Essai Altamarea (Wave) Wave 35

Sous le signe du soleil

Né sous le soleil sicilien, ce canot de luxe fait valoir son pont spacieux et ses solariums XXL, pour la balade estivale et le farniente dans les criques. La croisière est aussi au programme, avec un intérieur luxueux et une grande cabine-tente optionnelle. Des bons points, mais aussi quelques faiblesses…

Texte et photos Jacques Anglès


 111 900 € sans moteur (tarif 2016)
 11.3 m
 16
 45 nds 
avec 2 x Honda 250 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 95 Mai/Juin 2013



Créé en 2003 à Palerme sur un des rivages les plus ensoleillés de Méditerranée, le chantier Altamarea construit des semi-rigides haut de gamme, avec un catalogue de six modèles (5,80 m à 11,30 m). Peu connus en France jusqu'à l'année dernière, les Altamarea sont aujourd'hui importés par la société aixoise Maxalex. Le Wave 35, essayé ici, est le modèle amiral de la marque. Il se distingue par sa silhouette effilée et basse sur l'eau, avec un flotteur de fort diamètre à la poupe qui s'amincit progressivement vers la proue en accentuant le profil tendu de la ligne. Le tube couleur Camel offre un contraste agréable avec le pont traité en blanc et rehaussé de quelques éléments couleur tabac métallisé (tableau de bord et capot de cuisine). Le teck massif jointoyé de blanc, qui garnit la plate-forme arrière (de série) et le plancher (en option), apporte une ultime touche de luxe. Incontestablement, l'engin a de l'allure et donne envie d'embarquer, même si l'on peut trouver la console trop proéminente malgré son design profilé. Le Wave 35 est proposé avec motorisation in-board ou hors-bord (notre essai). Cette dernière a l'avantage d'offrir, à la place du compartiment moteur de la version in-board, une vaste soute arrière aménageable (en option) en cabine-tente, complétant la cabine principale pour un programme de croisière familiale. Le modèle in-board bénéficie par contre d'une plage arrière plus grande.
Le plan de pont fait la part belle au farniente avec deux grands solariums, l'un à l'avant, l'autre à l'arrière, totalisant six à huit belles places, parfaites pour les haltes dans les criques. Et si le soleil est trop fort, le grand bimini, astucieusement dissimulé dans une gorge sur le pourtour du pont arrière, se déploie en quelques secondes, ombrageant toute la partie arrière. On appréciera de même la commodité de circulation que procurent les passavants extra-larges et les marches d'accès au pont avant, bien proportionnées. Côté places assises, le poste de pilotage offre deux fauteuils confortables à l'abri de la haute console (où seul le pilote bénéficie d'un petit cale-pied) auxquels s'ajoutent quatre à cinq places sur la grande banquette arrière. Face à cette dernière, la cuisine, spacieuse, s'adosse classiquement au poste de pilotage. Elle est dotée d'un évier et d'un frigo (plaque de cuisson en option). Mais on regrette l'absence d'un vrai carré/coin-repas, que ne compense pas le plateau, trop haut et trop étroit, qui s'adapte au dos du bloc cuisine. On pourrait pallier ce défaut avec un plateau mieux conçu ou une vraie table amovible, fixée au sol, devant la banquette. Enfin les rangements sont suffisants (même avec la soute arrière aménagée en cabine-tente), mais pas tous faciles d'accès.
Terminons par l'intérieur, où règne un luxe de bon aloi. La hauteur sous rouf est généreuse et l'aménagement offre, dans l'ordre, une large entrée avec rangements latéraux sur bâbord, une salle d'eau parfaitement équipée à tribord (lavabo, douche et WC électrique) et un lit double king-size à l'avant, le tout étant bien aéré (hublots latéraux panneau de pont à l'avant) et bien éclairé. En résumé, cette visite montre une fabrication soignée, un équipement standard abondant (guindeau électrique, frigo, douche, eau chaude, WC électrique, radio-lecteur CD marine, mât porte-antennes...) et des idées intéressantes (alarme antivol satellitaire, soute arrière cloisonnée), mais révèle par ailleurs certains manques (absence de carré, pas de cale-pied ni poignées de maintien pour le copilote...).
Plutôt séduisant à l'arrêt le Wave 35 l'est-il autant en navigation, avec deux Honda BF250 au tableau arrière ? Cette motorisation, assez sage au regard de la puissance maximale autorisée (700 ch), va montrer par ses excellents résultats qu'elle suffit amplement pour la balade et la croisière. Premier bon point, la bonne manœuvrabilité au ralenti permet de se dégager sans peine des pontons serrés du port de Cannes. Au déjaugeage, le Wave 35 se cabre légèrement avant de reprendre une assiette presque horizontale, quelques secondes pendant lesquelles la proue masque la visibilité vers l'avant. Les reflets de la console sur l'intérieur du pare-brise, fumé et très incliné, créent également une gêne sous certains éclairages. En revanche le pilote et le copilote sont bien à l'abri du vent et des embruns. Les chronos de déjaugeage et d'accélération de 0 à 20 noeuds sont tout à fait satisfaisants. Le bateau se montre vivant à piloter avec cette puissance et, au vu de l'excellent chrono de 45 nœuds inscrit au GPS, une motorisation supérieure ne s'impose nullement. Mieux vaut souligner les bonnes vitesses de croisière (20 à 30 nœuds) obtenues aux régimes de meilleur rendement (3 500-4 500 tr/min), ainsi que la tenue de cap dont fait preuve cette longue coque sur une mer de force 4 bien formée (vagues courtes de 0,80 m à 1 m). Les flotteurs, bas sur l'eau, encaissent quelques coups de raquette (par mer de travers surtout), mais cela ne nous empêchera pas de revenir au port à 30-35 nœuds par mer trois-quarts arrière avec un bon confort, mais en notant quelques bruits parasites qui semblent provenir du grand capot arrière (mal verrouillé ?). En virages, le bateau montre un comportement sain, mais la direction beaucoup trop dure, en particulier en sortie de virage, altère le plaisir de pilotage. Le chantier doit absolument améliorer ce point (une direction assistée s'impose). On observe en outre une nette tendance à la ventilation des hélices en virages serrés. Bref, si la coque semble saine, un petit travail de mise au point s'impose.



photo Altamarea (Wave) Wave 35


photo Altamarea (Wave) Wave 35


photo Altamarea (Wave) Wave 35


photo Altamarea (Wave) Wave 35





Les grands solariums pour la balade au soleil, le confort intérieur et la possibilité d'ajouter une cabine arrière pour la croisière, sont les points forts de ce modèle, auquel il ne manque qu'un vrai carré pour la convivialité des repas. Les deux Honda de 250 ch délivrent d'excellentes performances et le comportement est sain, mais le chantier se doit de modifier la direction pour améliorer l'agrément de pilotage. Bref, ce nouveau Wave 35 a besoin de mise au point pour séduire totalement une clientèle toujours exigeante à ce niveau de prix, même si son tarif est attractif.




2
5
3
4