Essai Zar 95 Sport Luxury

Limousine express

Avec ce nouveau semi-rigide haut de gamme, Zar Formenti entend marier confort et performance. Son cockpit convivial est un atout au mouillage, et avec 700 chevaux le 95 SL file bon train. De surcroît, sa cabine offre la possibilité de prolonger le séjour en mer. Généreux ce nouveau Zar !

Texte Philippe Leblond – Photos Philippe Leblond et DR


 135 480 € sans moteur
 9.6 m
 14
 46,8 nds avec 2 x Suzuki 350 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Essai paru le 06/12/2018

Fiche technique

Longueur 9,6 m
Largeur 3,3 m
Diam. maxi des flotteurs 60 cm
Nbre de compartiments 6
Puissance maxi 2 x 350 ch (522 kW)
Puissance conseillée par Pneumag 2 x 250 ch - 2 x 275 ch
Poids sans moteur 2500 kg
Rapport poids/puissance 4,5 kg/ch (avec le moteur de l’essai)
Nombre de personnes 14
Couchage 2
Charge utile 0 kg
Matériau flotteurs CR/CSM Orca 1 670 décitex
Capacité carburant 600 l
Catégorie CE B
Constructeur Zar-Formenti (Italie)
Importateur Nauticstore + réseau revendeurs
Droits annuels sur la coque 178 €
Droits annuels sur le(s) moteur(s) 1 520 €



Présenté en première mondiale au salon de Gênes, fin septembre, ce tout nouveau modèle issu du chantier Formenti vient se placer en second au sommet de la gamme, en dauphin du 97 Skydeck. Le nouveau venu, outre un design plus actuel et plus anguleux (à l’image des autres Zar signés Carlos Vidal) se montre moins généreux en volume habitable dans la partie cabine que son grand frère, mais possède un plan de pont plus convivial et en partie « walkaround » (le passavant tribord est un peu étroit), c’est-à-dire avec une circulation presque de plain-pied, en tenant compte des trois petites marches, et sécurisée par un petit pavois. Découvrons plus en détail ce grand semi-rigide bimoteur, étudié pour de longues sorties de jour collectives, ou la petite croisière en amoureux…



Au ponton



Fidèle à sa conception du semi-rigide, le chantier milanais a fait rentrer un maximum de confort dans l’espace disponible. D’où l’impression de surcharge éprouvé dès que l’on met le pied à bord d’un Zar. A l’opposé des semi-rigides baroudeurs et spartiates appréciés des pêcheurs et plongeurs, les Zar ne laissent pas beaucoup d’espace libre sur le pont. Il est vrai que la maison Formenti ne jure que par les semi-rigides équipés tout confort. De ce point de vue, on est servi avec le 95 Sport Luxury qui exploite l’espace habitable au millimètre, malgré ses dimensions généreuses. Reconnaissons que Zar a pris soin de conserver une certaine aisance pour ce qui est des déplacements à bord, avec une plate-forme de bain pleine largeur, permettant de passer d’un bord à l’autre devant les deux moteurs, lesquels sont fixés sur la prolongation de la carène, presque au niveau de l’extrémité des flotteurs. Cet espace prolonge utilement la surface de cockpit. La banquette arrière laisse un passage latéral arrière grâce à un élément de dossier amovible, tandis que le leaning-post et la console/cabine légèrement déportés sur tribord, ménagent un large passavant à bâbord (un peu étroit du coup à tribord). Ces deux « coursives » sont légèrement encaissées et procurent un sentiment de sécurité lors des déplacements sur le pont, ce qu’apprécieront les parents de jeunes enfants.



Autre constante chez Zar, la présence de deux grands solariums totalisant 6,50 m2 (!) de surface « farniente ». Tous deux peuvent se transformer en dînette, auxquelles peuvent s’attabler, à chacune, huit et six convives pour l’apéro ou un pique-nique, celui de la poupe étant bien servi par la kitchenette adossée au leaning-post. Un bloc-cuisine complet avec deux frigos « tiroirs », un réchaud à gaz deux feux, un évier, une planche à découper et un placard. Les rangements, justement, ne sont pas en reste avec une cale profonde et deux coffres latéraux sous la banquette arrière, celui de bâbord renfermant les coupe-batteries. On trouve aussi deux grands coffres sous la banquette avant, celui de bâbord étant assez long pour digérer des skis, des cannes ou l’indispensable gaffe. Et si tout cela ne suffit pas à abriter les affaires de l’équipage, il reste la cabine… Celle-ci possède une hauteur sous barrots de 1,88 m (1,85 m dans la salle d’eau). La spacieuse couchette double (198 x 160 cm) est facilement accessible malgré la présence des sanitaires (lavabo, douche, WC marins) à bâbord. La ventilation des lieux est assurée par trois hublots, tandis que l’apport en lumière naturelle est assuré par les vitrages de la console. A base de bois cérusé gris et de gel-coat blanc, la déco est élégante mais un brin austère, mais le confort largement suffisant pour envisager de petites croisières en couple.



Pour ce qui est du poste de pilotage, son ergonomie est perfectible. En effet, l’assise pilote est un peu trop proche du volant et, en position relevée, son confort n’est pas optimal. Par contre, la position assise s’avère confortable, notamment grâce au repose-pieds (escamotable), et le copilote dispose d’une main courante bien placée. Si la protection du pare-brise est effective, la visibilité au travers du verre fumé, n’est pas excellente lorsqu’il n’y a pas de soleil. Spacieux, le tableau de bord autorise l’intégration d’une centrale de navigation à grand écran et possède un module supérieur dédié aux instruments des moteurs. Le grand vide-poches, situé sous le volant, est le bienvenu. Terminons cette visite avec la touche esthétique de personnalisation, le propriétaire pouvant choisir, sans supplément de prix, la teinte de la sellerie (8 couleurs au choix) ainsi que celle des tubes, à l’aide du nuancier Orca riche de 30 coloris ! Pour le polyester, à moins de se contenter du blanc ou du gris clair, le gel-coat anthracite (notre bateau d’essai) ou noir est en option.  



En mer



Pas commode le « plan » d’eau génois pour notre essai automnal ! Si le vent était un peu tombé (Force 3), la houle (1 m à 1,50 m) et le clapot cassant faisaient de la résistance. Des conditions qui ne nous ont pas permis de prendre le régime maxi du tandem de Suzuki 350 ch. Impossible de trouver une zone suffisamment calme pour pousser les 700 chevaux dans leurs retranchements. Avec trois personnes à bord et le plein de carburant, nous avons dû rendre la main à 46,8 nœuds, une performance dont se contenteraient bon nombre d’unités de conception plus sportive… D’après David Marcarino, de Nauticstore, le 95 SL aurait atteint 54 nœuds à 6 250 tr/min, lors des essais chantier. Un chiffre qui nous semble plausible, car nous n’avons pas pu mettre pleins gaz, ni presque trimer… Dans une mer de ce type, nous avons pu constater une certaine légèreté du nez, le bateau se dressant un peu trop sur les crêtes des vagues, ce qui entraînait quelques impacts secs en réception de sauts. Toutefois, en réduisant la vitesse à 25 nœuds, le 95 SL s’est montré à son avantage face au vent, sa profonde étrave travaillant bien le relief marin, préservant ainsi le confort des occupants à cette allure de croisière. La robustesse de la construction est apparue tout à fait satisfaisante dans ces conditions musclées, et s’est traduite par l’absence de bruits parasites ce qui, joint à la discrétion sonore des Suzuki à 3 500 tr/min, constitue un réel agrément lors des longues navigations.



Par cette météo peu clémente, nous avons pu apprécier la tenue de cap rigoureuse du nouveau Zar, et notamment l’absence de roulis avec mer par le travers. Quelques petites corrections de barre suffisaient à maintenir le Zar sur sa trajectoire. Avec mer par l’arrière, ce dernier soulage bien dans les creux, aidé par un peu de trim positif. En virage le 95 SL a aussi fait apprécier sa maniabilité, virant court avec un grip et une gite réguliers et se relançant énergiquement en sortie, avec l’excellent travail des Suzuki DF350AP, seuls hors-bord à posséder des doubles hélices contre rotatives. Une efficacité propulsive que nous avons aussi pu apprécier lors de nos tests d’accélération, avec une montée en régime fulgurante, accompagnée d’un concerto en six cylindres dans les hauts régimes. Résultat, des temps canons, considérant la masse d’un tel semi-rigide : 3’’8 pour planer et 4’’6 pour franchir les 20 nœuds, départ arrêté ! Bien sûr, si le 95 SL tolère parfaitement ce déferlement de puissance, il sera possible de se contenter de 2 x 300 ch, voire 2 x 275 ch, sans pour autant se « traîner ».



 



photo Zar 95 Sport Luxury


photo Zar 95 Sport Luxury


photo Zar 95 Sport Luxury


photo Zar 95 Sport Luxury


photo Zar 95 Sport Luxury


photo Zar 95 Sport Luxury





Qualité de réalisation          

Comportement      

Performances        

Equipement          

Adéquation programme        

Rapport qualite/prix      

Le comportement marin sûr
Les performances élevées
La livrée (anthracite/tabac) élégante
La surface de bain de soleil
Le carré de poupe spacieux et convivial
Le nez du bateau un peu léger
La visibilité difficile à travers le pare-brise
Le passavant tribord étroit
L’absence d’éclairage de lecture dans la cabine
Pas d’option vrai teck

Face a la concurrence…

Modéle 100 Cabin 30 Premium Envy 970
Marque BSC (Italie) BWA (Italie) Scanner (Italie)
Imporlation Réseau de revendeurs Réseau de revendeurs Scanner France (83 – Saint-Tropez)
Longueur 9,95 x 3,54 m 9,28 x 3,50 m 9,70 x 3,10 m
Nb de personnes 14 22 24
Matériau flotteur CR/CSM CR/CSM CR/CSM
Prix 118 680 € (sans moteur) 110 400 € (sans moteur) 114 000 € (sans moteur)
PERFORMANCES
Vitesse maxi 46,8 nds (Régime maxi non accessible en raison de l’état la mer)
Vitesse de croisière rapide 37,7 nds à 4 500 tr/min
Vitesse de croisière economique 24,5 nds à 3 500 tr/min
Temps de jaugeage 3,8 secondes
Accélération de 0 a 20 nds 4,6 secondes
Vitesse minimale d’hydroplanage 15,8 nds à 2 800 tr/min
Consommation en usage courant (estimation) 60 l/h
Autonomie en usage courant (estimation) 220 milles à 24,5 nds
Hélice de l'essai 16’’ x 24’’ inox 3 pales