Essai Stingher 686 XS

De quoi naviguer !

L'un des points forts de ce "moins de sept mètres" est sans conteste son exceptionnelle autonomie. Même équipé de la puissance maxi, ce semi-rigide conçu pour les sorties en famille délivre des rendements économiques qui devraient inciter son capitaine à naviguer sans retenue. Et comme son prix est attractif…

Texte et photos Philippe Leblond


 29 400 € sans moteur (tarif 2016)
 6.93 m
 12
 44,3 nds avec Yamaha 200 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 95 Mai/Juin 2013



Peu connue en France, cette marque italienne est cependant familière aux visiteurs du Salon de Gênes. Stingher, comme Predator, est produite par le chantier milanais, Italboats. Stingher se signale toutefois, par des modèles plus ambitieux. Rarement commercialisés en France, ces semi-rigides italiens ont, semble-t-il, trouvé un interlocuteur sérieux en Ferret Marine, qui possède l'expérience de ce type de bateaux et un bureau sur le petit mais sélect port de La Vigne, au Cap-Ferret (Bassin d'Arcachon).
Dans une gamme qui s'étend de la petite annexe de 2,20 m au grand semi-rigide de 9,60 m, le 686 XS est le modèle le plus stratégique pour le marché français, avec ses 6,93 m, tout près de la limite taxable (7 mètres), et son gabarit propice au transport routier, flotteurs légèrement dégonflés. Comme ses frères de chantier, le 686 se signale par une carène dont l'angle de quille est sans doute le plus prononcé de la production italienne, coutumière d'un V plus évolutif. D'une facture simple mais soignée, ce semi-rigide destiné avant tout aux sorties en équipage nombreux repose, au mouillage, sur des flotteurs en tissu Orca 1 670 décitex (couleur au choix moyennant un supplément de 500 euros), assemblés dans la longueur. Un coup d'œil au cockpit suffit pour constater un nombre de vraies places assises supérieur à la moyenne dans ce segment du marché : trois sur la banquette arrière, deux plus deux sur le leaning-post avec son siège "back to back", plus deux autres sur le siège devant la console. Soit neuf places confortables pour les longues navigations ! Il est aussi possible de s'installer sur les tubes lorsqu'on veut naviguer au maximum de l'homologation (12 personnes), mais les poignées en forme de sangles, qui remplacent, comme souvent sur les semi-rigides italiens, les classiques saisines en cordage tressé, ne sont pas ergonomiques.
Autre argument clé en faveur du Stingher, dans l'optique des sorties en famille : la capacité de rangement. Le pont contremoulé ménage plusieurs coffres volumineux, à commencer par la soute arrière. Le leaning-post offre également deux rangements dont un sec, accessible en soulevant l'assise de pilotage. La console aussi réserve un bon volume de stockage, auquel s'ajoutent les deux coffres qui supportent le matelas du solarium, capables de recevoir des objets longs (skis, cannes, gaffe…). Le coffre à mouillage, doté d'un capot avec passe-bout, présente une large ouverture et une belle profondeur. Aucune raison, dès lors, de ne pas embarquer la bouée du petit dernier, ou les engins de glisse tractée chers aux ados… Tout peut tenir ! Au mouillage, les deux solariums sont en mesure d'accueillir une bonne partie de l'équipage, celui de la poupe pouvant s'ombrager, grâce au cabriolet calé contre l'arceau polyester qui supporte aussi les feux de navigations et d'éventuelles antennes GPS ou VHF. Un bémol : l'absence de table pour le pique-nique… Pour ce qui est d'accéder à la plate-forme de bain et son échelle (la douche de pont est à portée de main), l'absence de coursive latérale, en vogue ces derniers temps, est ici compensée par la présence de larges plats-bords antidérapants. On notera au passage la présence de deux taquets inox bien dimensionnés. Un troisième se trouve à la proue, sur la petite delphinière dont le davier paraît, pour le coup, plutôt léger. Pour autant, l'option coûteuse du guindeau électrique (4 126 €), assortie d'une delphinière plus imposante, ne nous paraît pas indispensable sur un tel bateau…
Bien installé aux commandes du 686 XS (attention cependant à l'angle de la console au niveau des genoux !), le moment est venu de solliciter la mécanique. En l'occurrence l'excellent V6 Yamaha de 3,3 litres, malheureusement condamné à terme par la commercialisation du nouveau F200 quatre cylindres (voir essai dans les News). Réponse immédiate du "Yam", qui propulse le Stingher hors de l'eau en à peine plus de trois secondes, passant la marque des 20 nœuds en 5"3, pour atteindre un peu plus de 44 nœuds au régime maxi de 6 000 tr/min. Une belle perf compte tenu du gabarit du bateau… Planante dès 10,5 nœuds et 2 500 tr/min (pas mal pour un V aussi profond !), la carène du 686 XS s'est surtout signalée par de super rendements aux allures de croisière, entre 3 000 et 4 000 tr/min (de 18,8 à 29,2 nds). Notez bien : à 3 500 tr/min, soit à la vitesse idéale de 25 nœuds, le Stingher est capable de couvrir plus de 300 milles ! Un chiffre exceptionnel pour un semi-rigide de cette catégorie, obtenu grâce aussi à un réservoir généreux (300 litres). Des chiffres de consommation qui permettront d'espacer les passages à la pompe. En pleine saison, c'est appréciable…
Sur le plan du pilotage, la carène aiguisée du 686 XS s'est comportée comme on l'attendait. Efficace dans le clapot, bien équilibrée, accrocheuse en virage, réactive au trim et donc vivante à piloter, tout en restant facile, même à haute vitesse (pratiquement pas de roulis). Quelques petits décollages dans le gros clapot anarchique à proximité du Banc d'Arguin (jusqu'à un mètre de creux) ont révélé les aptitudes sportives du Stingher qui n'a pu éviter quelques impacts secs en réception (mais dans une mer aussi désordonnée, c'est inévitable). Plus chargé, le bateau se montrera plus confortable, notamment avec le plein d'eau, le réservoir étant placé à l'avant. A signaler aussi un léger mouvement de pompage (dû en partie à l'absence de chargement) dans les virages serrés pris avec du gaz. Rien d'inquiétant, le bateau conservant un grip impressionnant et des relances énergiques en sortie de virage.



photo Stingher 686 XS


photo Stingher 686 XS


photo Stingher 686 XS


photo Stingher 686 XS





Conclusion :

Bien construit (sa coque armée de deux impressionnantes varangues a démontré sa rigidité dans la vague), le 686 XS est un semi-rigide réservant un vrai plaisir de pilotage, et une habitabilité intéressante dans l'optique de sortie entre amis ou un famille. Ses nombreuses places assises, sa belle surface de bain de soleil (4 m2), sa capacité de rangement et les nombreuses options proposées en font un bateau bien en phase avec son programme. Il n'en reste pas moins que, pour un usage familial, un 150-chevaux serait amplement suffisant.




3
6
4
5
2