Essai Ribcraft 6.80 Pro

Pêcheur "intégriste"

Vacanciers amateurs de farniente, passez votre chemin ! Ce baroudeur robuste et spartiate s'adresse avant tout aux pêcheurs ou plongeurs. Qualités marines et cockpit aménageable à la demande sont ces principaux arguments.

Texte et photos Philippe Leblond


 23 150 € sans moteur (tarif 2016)
 6.8 m
 14
 42,8 nds avec Suzuki 200 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 96 Juillet/Août 2013



On ne peut pas dire que le Ribcraft 6.8 Pro fasse les yeux doux à la gent féminine ! Son physique est plutôt du style intimidant, austère, spartiate. Plus près de l'outil professionnel pour cale de mise à l'eau, que du bateau stylé pour frimer entre les pontons des marinas sélectes. Mais c'est précisément pour son tempérament "cash" que son propriétaire l'apprécie. Importée par la société Concar'Nautic (Concarneau), la marque implantée dans le Somerset, au cœur de la campagne anglaise, se compose ainsi d'une dizaine de modèles (de 4,20 m à 12 m), tous des semi-rigides à caractère professionnel.
Mais, comme nous le montre le bateau de notre essai, cette conception aussi simple soit elle, permet de composer un bateau sur mesure. Pour cela, le chantier britannique propose un large choix d'accessoires. N'attendez pas qu'il déploie des trésors de confort, du type solarium, banquette convertible en carré, douchette, ou autres WC… Non, son catalogue est exclusivement peuplé de consoles, de sièges jockey de timoneries, de roll-bars et autre T-tops… Ribcraft propose même une customisation des tubes, avec le logo de votre entreprise ou association, comme ce modèle aux couleurs de Greenpeace, dont le logo figure en bonne place dans la brochure.. Pour ce qui est de notre bateau d'essai, il présente une carène en V profond, jusqu'au tableau arrière, avec une implantation des flotteurs élevée. Le plancher typique des modèles pro, est en contre-plaqué marine stratifié posé sur un réseau de renforts cloisonnés, au sein duquel vient se placer le réservoir (180 l). Les tubes en Orca 1670 décitex sont ici de diamètre constant et assemblés dans la hauteur, ce qui ne sert pas la fluidité de la ligne. A cet égard, la forme pincée du nez est en rupture avec les canons esthétiques d'aujourd'hui. Ce petit air rétro, le 6.8 Pro s'en moque, il vise un maximum de rigidité pour braver les mers sans trop se soucier du bulletin météo du jour. Le tableau arrière classique est percé de deux gros vide-vite à manchons relevables. Pêcheur passionné, le propriétaire de ce Ribcraft a opté pour une console large, dont la main courante barre en partie des passavants déjà pas bien larges… Aux sièges jockey, il a préféré un double bolster (pilotage debout obligatoire) dont les dosserets sont réglables en hauteur. Face au manque évident de rangement, il a ajouté un coffre ouvert, fixé au cadre inox du bolster. L'ancre et sa chaîne trouvent place dans un coffre fermé, flanqué d'un solide taquet inox. En revanche, le nez du bateau ne comporte ni davier ni guide pour la ligne de mouillage…
Il fait frais, le ciel est couvert et la mer bien "bretonne", alors que nous sortons du port de Concarneau. Bien abrité derrière le haut pare-brise, nous ne tardons pas à apprécier le caractère marin du Ribcraft qui face à une bonne brise de sud-ouest et des creux serrés dépassant un mètre taille bravement sa route vers le large sans mouiller. Par contre, face à la vague, on constate une assiette naturellement positive, même avec le trim complètement rentré, bien que le poste de pilotage soit en position avancée. Le réservoir est pourtant placé sous le bolster (donc assez central), mais il ne nous reste que 80 litres… Nous abattons vers la pointe de Beg-Meil, protectrice, pour effectuer nos mesures de vitesse. En naviguant avec mer par le travers, le Ribcraft fait apprécier son passage et sa tenue de cap, à condition de bien régler le trim. Une fois à l'abri, nous faisons donner la cavalerie et poussons le trim en positif. Résultat, avec un peu de roulis à la clé : 42,8 nœuds. Pas mal sur un plan d'eau pas idéal. Et les chronos d'accélération sont bluffants, notamment le 0 à 20 nœuds, abattu en moins de 4 secondes ! En virage, le Ribcraft fait preuve d'une grande efficacité, avec une bonne gîte intérieure permettant à l'équipage de bien supporter la force du grip et les sorties de virages énergiques en l'absence de ventilation. De retour au port, à plein régime avec mer par l'arrière, on note cependant de petites ruades de la poupe lors des remises de gaz à la réception des sauts, malgré un montage moteur excentré (3 cm tribord), ayant pour but d'atténuer l'effet de couple. Rien de grave cependant.



photo Ribcraft 6.80 Pro


photo Ribcraft 6.80 Pro


photo Ribcraft 6.80 Pro


Typiques des semi-rigides de type professionnel, le Ribcraft est une base "marine", avec étrave bien défendue, flotteurs robustes (assemblage par sections dans la hauteur) et cockpit aménageable à la demande. Le propriétaire de notre bateau d'essai, en bon passionné de pêche, a choisi un poste de pilotage avancé afin de bénéficier d'une grande surface libre de pont à l'arrière. Notez tout de même le grand coffre ouvert, fixé au au cadre du double bolster de pilotage.




Le comportement marin du 6.8 Pro est efficace dans toutes les évolutions, que ce soit dans la mer formée, en pilotage sportif, ou dans les virages pris pleins gaz. Sa constitution robuste est apparue évidente dans la houle cassante de notre essai. Un petit bémol toutefois concernant un "nez" un peu léger à notre goût, malgré un poste de pilotage placé dans la moitié avant.




2
3