Essai Master 699 Sun

Du soleil en plus

Cette nouvelle version du 699 adopte une modification de plan de pont qui génère cette fois-ci un vrai solarium de proue. Et qui offre, dans le même temps, une seconde dînette en complément du carré "VIP" situé à l'arrière ! Par ailleurs, le 699 Sun confirme ses bonnes dispositions en navigation.

Texte et photos Philippe Leblond


 40 800 € sans moteur (tarif 2016)
 7.45 m
 12
 39,7 nds avec Suzuki 200 ch 4T (4 cyl.)
Banniere_axa

545x145-estival
Orca-logo_rvb

Essai paru le 01/09/2016



Evolution du 699 apparu il y a bientôt cinq ans, le 699 Sun, sans remplacer son aîné, apporte ce que d'aucuns considéreront comme une amélioration, à savoir un solarium de proue plus généreux. Il est vrai que celui du 699, en raison d'un plan de pont faisant la part belle au carré de poupe et à une console pouvant abriter un WC, n'apportait pas l'espace escompté. Cette nouvelle interprétation conserve le même aménagement de cockpit, jusqu'au leaning-post, mais adopte une console de pilotage bien plus compacte, au profit d'une partie avant réagencée que nous allons détailler en montant à bord.

*Au ponton*
Le gabarit n'a pas changé. Le 699 Sun est, comme le 699, enregistré sous la barre fatidique des sept mètres, échappant ainsi aux droits de navigation qui réglementent la plaisance française (chic !). Un atout auquel s'ajoute la possibilité de transport sur remorque, mais pas sans avoir préalablement dégonflé légèrement les flotteurs (20 cm de trop). La silhouette non plus n'a pas changé, élégante et cossue, avec sa sellerie caramel et ses flotteurs anthracites rehaussés de blanc. La qualité fait toujours belle impression, associant un gel-coat au brillant uniforme et un tissu Orca "Fabric Impression" (rendu texturé mat) soigneusement coupé et collé. Par amarrage "cul à quai", l'embarquement est facilité par les belles plates-formes de bain recouvertes de teck synthétique, encadrant le moteur. La planche de bâbord dissimule une échelle inox télescopique, tandis que la douchette est à portée de main (réservoir 77 litres). Ici, pas de passage latéral pour faciliter l'accès au cockpit, mais ce dernier reste commode car l'arceau mixte polyester/inox qui supporte le cabriolet est assez élevé et permet de bien se tenir. On notera les taquets d'amarrage en bonne place sur les plats-bords. La partie fixe du solarium arrière qui dessine le dossier de la banquette en U (quatre à six places) reçoit ici le mât de ski. Avec le concours de la rallonge de solarium, cette grande banquette se convertit sans mal en dînette. Ce lieu de convivialité reste l'un des points forts du plan de pont, d'autant qu'il abrite le réfrigérateur "tiroir", élément indispensable d'un apéro réussi, même si celui-ci condamne une partie de la soute pour du rangement. Cette restriction sera en partie compensée par le grand coffre avant et le volume situé sous la rallonge du bain de soleil.

Plus en avant, on note la faible emprise au sol du siège de pilotage, dont l'assise rabattable permet de piloter debout en appui lombaire. Faible, mais un peu trop, car avec quelques centimètres de largeur en plus, ce leaning-post serait un vrai biplace… C'est ici que se produit le changement de conception qui différencie le 699 Sun du 699. La nouvelle console, beaucoup plus compacte n'offre plus la possibilité d'un abri WC - cela dit, l'autre obligeait à se faire très petit pour y accéder ! - ni du petit siège placé sur sa face avant. Par contre, elle a permis de donner au solarium des dimensions plus en rapport avec la destination du bateau (175 x 145 cm contre 150 x 128). Elle permet également de bénéficier d'un second carré pour pique-niquer au mouillage, grâce à une astuce : la rallonge de bain du bain de soleil possède un pied inox électrique qui en pressant un simple bouton devient une table pour quatre convives ! Elle offre aussi un peu de rangement supplémentaire, mais d'un accès peu pratique. Le puits à chaîne, qui forme une petite marche à la base de la delphinière, était équipé sur notre bateau d'essai d'un guindeau électrique optionnel à télécommande locale, très pratique pour visualiser la descente ou la remontée de l'ancre, lorsqu'on est seul à bord.

*En mer*
Voyons maintenant ce que nous propose cet élégant semi-rigide dans le clapot agressif du Golfe de Saint-Tropez, entretenu par une bonne brise et les nombreux sillages des grosses unités croisant, comme d'ordinaire, au large de la cité du bailli de Suffren… Après quelques photos dans la Baie des Canoubiers, je pousse franchement l'accélérateur. Premier constat, le Suzuki 200 ch quatre cylindres manque un peu de vigueur pour "arracher" le Master qui, il est vrai, n'est pas un poids plume, bien que nous ne soyons que deux à bord. Dans l'optique de navigations en groupe, avec le chargement correspondant, il faudra plutôt miser sur la puissance maxi (225 ch), ou pourquoi pas, sur le Suzuki 200 ch V6 qui figure toujours au catalogue, et propose une cylindrée sensiblement plus consistante (3 614 cm3 contre 2 867). Pour autant, avec un équipage réduit, le DF200 "downsizé" donne le change, avec une V-max toute proche des 40 nœuds, malgré des conditions peu favorables (plan d'eau agité et antifouling avec légère "barbe"). Dans des conditions optimales, les 42 ou 43 nœuds doivent être accessibles, ce qui pour un semi-rigide de cette catégorie est "dans les clous". Pour mémoire, nous avions atteint 44 nœuds avec le 699 (50 kg plus léger), propulsé par un Honda 200 ch. En tout état de cause, nous pensons qu'il ne faut pas descendre sous 175 ch pour que les perfs et le pilotage du 699 Sun conservent tout leur attrait. Silencieux et sobre, le DF200 4 cylindres saura se faire apprécier aux allures de croisière.

Question comportement, le 699 Sun remplit très bien sa mission : préserver un certain confort dans la "bouilloire" tropézienne et, ce faisant, sans projeter une goutte sur l'équipage, malgré la brise de force 3 à 4 ! Facile à prendre en main, car bien équilibré", ce semi-rigide met son pilote tout de suite en confiance. Notamment dans les virages "attaqués", avec une gîte intérieure naturelle, un grip franc, des trajectoires précises, une assiette constante et sans déclancher de ventilation de l'hélice. De quoi faire des demi-tours sans perdre de temps lorsqu'on doit récupérer un skieur ou un rider ayant lâché le palonnier.



photo Master 699 Sun


photo Master 699 Sun


photo Master 699 Sun


photo Master 699 Sun


photo Master 699 Sun





Perf_master
Appreciation_master