Essai Northstar 910 RS

A la conquête de l’Europe

*La Turquie, qui se classe parmi les grands constructeurs de yachts, compte bien aussi connaître le succès dans le secteur du semi-rigide. A l'exemple du chantier Northstar, qui a misé sur la qualité pour se confronter à ses homologues européens.*

Texte et photos Franck Van Espen


 110 811 € sans moteur (tarif 2016)
 9.25 m
 10
 49,5 nds avec 2 x Suzuki 300 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Essai paru le 06/01/2016



Installée en France depuis bientôt près de dix années, cette marque originaire de Turquie poursuit son développement avec le lancement du 910 RS qui devient le plus grand modèle dans la gamme open. Commandé par un plaisancier qui navigue dans le Golfe de Saint-Tropez, ce nouveau bateau affiche un design assez unique avec une imposante structure en polyester sur l’avant et une grande console centrale protégée par un toit rigide superbement profilé. La puissance maximale de 2 x 300 chevaux proposée par Suzuki a été retenue pour propulser cette coque de 1800 kg, ce qui laisse augurer des performances de haut niveau.

*Avec cette puissance, une direction assistée hydroélectrique s’avère indispensable*

Certes, le Northstar 910 RS est rapide, mais il n'a pu dépasser la barre des 50 nœuds le jour de notre essai. Par ailleurs, il est assez difficile de lui reconnaître un tempérament sportif. En comparaison avec l’automobile, il s’agit plutôt d’une grosse berline misant d'abord sur le confort, en se moquant des imperfections de la "route" et conservant une très grande stabilité. Le relevage des trim n’a que peu d’influence sur l'assiette du bateau, la carène restant toujours en contact avec l’élément liquide avec une fâcheuse tendance à répercuter un manque de précision dans la direction à plein régime. S’agit-il d’un montage des moteurs un peu trop bas, où simplement d’un mauvais calcul de pincement où bien encore de l’absence d’une assistance hydro électrique ? Difficile à dire… mais de nouveaux réglages sur les prochains modèles apporteront sûrement une réponse positive à ce phénomène. Dès que l’on réduit la vitesse, le bateau retrouve par contre une trajectoire plus facile à contrôler et l’on peut apprécier toutes les capacités de la coque à franchir confortablement le clapot en toute sécurité et sans la moindre projection d’embruns. A condition de forcer sur la barre, nous avons pu enchaîner quelques virages serrés afin d’évaluer la tenue du Northstar. Le bateau se montre plutôt sécurisant sans occasionner le moindre dérapage, même si la gîte intérieure est assez conséquente en raison d’un V assez prononcé.

Debout, la position de conduite est parfaite, grâce à la possibilité de se caler dans des bolsters ergonomiques qui dispensent d’un excellent maintien latéral. La console proéminente offre une surface généreuse pour placer les deux trop petits cadrans de l’instrumentation Suzuki et un écran multifonction Garmin. Le pilote et son passager apprécieront l’excellente protection offerte par le pare-brise et le toit rigide soutenu et rigidifié par des supports en inox très imposants. D’ailleurs tout dans ce bateau paraît surdimensionné, notamment l'accastillage qui pourrait être monté sur un bateau d'un gabarit supérieur. A l’image des taquets rétractables, grands et robustes, le constructeur turc n’a pas mégoté sur la qualité des équipements. Tout ce que l’on touche est inhabituellement épais et solidement maintenu pour résister aux chocs et à l’agressivité de l’oxydation de l'univers marin. Autre point fort du Northstar 910 RS, tous les équipements présents à bord sont proposés en standard. Il n'y a pratiquement rien à ajouter au tarif standard, en dehors d’un évier et d’une douche dans la console. Le constructeur turc propose même une solution assez inédite pour allonger le solarium avant. Il suffit d’actionner un interrupteur pour que le plancher se relève électriquement jusqu’au se mettre à niveau de la première partie fixe. C’est assez génial et pratique mais notre seul regret est que ces deux planchers ne se relèvent pas plus haut pour former une table. Celle-ci est par contre prévue dans le meuble cuisine à l’arrière mais les places assises en dehors de la banquette sont malheureusement peu nombreuses. Les plats-bords des structures latérales recouvertes d’origine de teck permettront de s’asseoir mais à condition de se satisfaire d'un confort limité.

*La grande soute arrière bénéficie d'un éclairage par led*

Le coffre principal nous permet aussi de constater que l’excellent niveau de finition n’est pas seulement présent à l’extérieur. Le revêtement des fonds de cale est soigné, tout comme l’installation du chargeur de batterie ou du tableau électrique avec ses disjoncteurs et coupe-batteries. On y trouve même une lampe à led pour pouvoir ranger du petit matériel de nuit, bien que le volume existant soit assez réduit du fait de la présence des batteries et du réservoir d’eau de 80 litres. Le capot est solidement maintenu par deux vérins et l’étanchéité est assurée par un joint parfaitement posé. Nous sommes malheureusement un peu moins séduits par l’intérieur de la porte de la console qui est presque à l'état brut. Dommage aussi que l’installation électrique derrière le tableau de bord ne soit pas aussi soignée et rangée que dans la soute arrière… Nous apprécions par contre le système de maintien des différents coffres avec des fermetures fermes et très pratiques et qui ne font aucun bruit en navigation. Conformément à l’état d’esprit du bateau, l’ancre est en inox et elle plaquée contre l’étrave. Le guindeau est dissimulé dans le premier coffre avant avec une commande présente au niveau du poste de pilotage. L’autre avantage du Northstar est qu’un certain niveau de personnalisation est possible, tout en restant raisonnable en matière d’aménagement. Convivial dans cette version, il gagnerait à proposer un passage direct pour rejoindre les plateformes à l’arrière. D’autant plus que l’échelle de bain, habilement intégrée, n'occasionne aucune gêne dans les déplacements. Comme quoi, il est toujours possible d’envisager quelques améliorations même si pour un premier grand modèle, Northstar a fait preuve d'une certaine expérience.



photo Northstar 910 RS


photo Northstar 910 RS


photo Northstar 910 RS


photo Northstar 910 RS





Conclusion
Le Northstar 910 RS justifie son prix de vente assez élevé par un équipement standard pléthorique et surtout un niveau de fabrication de grande qualité. Une telle puissance sur une carène, qui ne semble pas à priori destinée à une utilisation sportive, ne s’avère sans doute pas indispensable. Deux hors-bord de 250 chevaux lui seront largement suffisants pour balader une famille dans le plus grand confort. Pour un premier modèle de ce type, le 910 RS démontre un très grand potentiel, avec des aménagements qui devraient être améliorés au fil du temps.




06
03
04
05
02