Essai Northstar 950 OP

L’orient express

Ce grand semi-rigide turc est un baroudeur à la fois costaud, marin et véloce, qui permet de sortir à peu près par tous les temps. Nous avons pu le mettre à l’épreuve dans une mer difficile et apprécier son cockpit spacieux et fonctionnel, avant qu’il ne rejoigne Groupama Team France, en vue de l’America’s Cup.

Texte et photos Philippe Leblond


 46 332 € sans moteur
 9.5 m
 20
 54,8 nds avec 2 x Suzuki 300 ch 4T

6236suzukimarine570x143
Orca-logo_rvb

Essai paru le 07/06/2017



L’America’s Cup vient de se terminer pour le catamaran à foils Groupama Team France, éliminé en qualifications malgré deux belles victoires. Ceux qui ont suivi l’épreuve auront sans doute aperçu, non loin de lui, le grand Northstar d’assistance piloté par Bertrand Pacé, le coach du défi français. Nous avions pu essayer ce solide baroudeur équipé de deux Suzuki DF300, l’été dernier, avant qu’il ne rejoigne la base des hommes de Franck Cammas, à Lanvéoc puis aux Bermudes. Notre essai s’est déroulé en Baie de Quiberon, par des conditions musclées. Mais avant de parler manettes des gaz, embarquons pour une visite détaillée…

*Au ponton*
Tout juste avons nous attaqué le tour du propriétaire, qu’Eric Forgue, l’importateur de la marque en charge de fournir ce 950 OP à Groupama Team France, nous préviens : « Comme tu le vois, la position de conduite est un peu particulière. C’est Bertrand Pacé qui l’a voulue ainsi, pour se dégager du siège plus facilement lorsqu’il échange bord à bord avec l’équipage du catamaran. » En effet, le siège X-Craft à amortisseur est fixé légèrement en retrait ce qui fait qu’on se trouve un peu loin des commandes lorsqu’on est assis. Cette particularité illustre bien la philosophie du chantier turc qui se met en devoir de satisfaire des demandes spécifiques pour fournir des semi-rigides (de sa série OP) sur mesure. La personnalisation esthétique est aussi « à la carte », les couleurs de flotteurs et de sellerie étant libres et sans supplément de prix.

Le 950 est le plus grand modèle de la gamme OP qui regroupe pas moins de 16 semi-rigides dont les dimensions s’échelonnent de 3,35 m à 9,50 m. Une bonne moitié de ces bateaux doivent être considérés comme des annexes, le premier modèle véritablement intéressant pour des loisirs nautiques polyvalents étant le 540 OP. S’il existe un large fossé entre le 950 OP et son dauphin, le 720 OP, le premier nommé est très étroitement dérivé du second. Même silhouette, même identité de baroudeur dans sa robe intégralement noire (tubes, gel-coat et sellerie), le 950 OP est un 720 OP en plus grand. Nettement plus grand. Ce qui a permis de planter six sièges X-Craft en arrière de l’imposante console surmontée d’un T-top, ce dernier étant destiné à recevoir des appareils de mesure et la communication par satellite pour les bulletins météo. Sièges et console sont solidement fixés à l’aide d’inserts inox placés sous le pont construit en monolithique, avec sandwich en nid d’abeilles. Et il reste encore beaucoup de place en avant du tableau arrière intérieur, sur lequel se dresse un mât de traction qui, quand il ne sert pas au remorquage, s’acquitte de l’amarrage. Un tableau percé de six vide-vite, qui sert aussi de cale technique pour la centrale hydroélectrique du moteur, avec ses deux trappes d’accès. Pour ce qui est du carburant, Northstar a vu grand avec pas moins de 600 litres dans un réservoir en polyéthylène sous le plancher, allongé à fond de cale, afin d’abaisser le centre de gravité du bateau. Les deux batteries sont logées sous la console, qui sur sa face avant intègre un gonfleur électrique Turbomax. La partie avant présente une grand surface libre, avec au sol deux beaux coffres. Leurs lourds couvercles témoignent du sérieux de la construction. On peut sauter dessus du quai à pieds joints sans arrière-pensée ! Dans la pointe, se trouve deux autres coffres symétriques et, dans le même volume contremoulé, la baille à mouillage surmontée d’un second mât de traction, parfait également pour l’amarrage.

Au poste de pilotage, il est possible d’affiner sa position sur les sièges à amortisseur grâce à trois niveaux de réglage en hauteur. Une poignée permet au copilote de se tenir en navigation, tandis que le tableau de bord d’une surface généreuse (pas encore équipé en électronique lors de l’essai) peut accueillir aisément une centrale de navigation avec deux grands écrans, une VHF fixe et un système audio, et n’omet pas l’indispensable boîte-à-gants. Par contre, la barre à roue avec sa boule de manœuvre n’est pas le volant rêvé pour piloter un semi-rigides capable de dépasser 50 nœuds…

*En mer*
Bien sûr, 600 chevaux sur le tableau arrière ce n’est pas rien. Mais, atteindre 54,8 nœuds sur un plan d’eau pas très favorable et avec la prise au vent d’un T-top, ce n’est pas rien non plus ! Pas de doute, la carène du 950 OP est véloce. Il est vrai que le rapport poids/puissance à lège est impressionnant : 3,9 kg par cheval. Digne d’un bateau de sport ! De cette belle V-max découleront à coup sûr des rendements favorables. Bien que n’ayant pu effectuer un relevé des consommations, il est certain que le Northstar pourra couvrir environ 250 milles sans passer à la pompe, soit largement un trajet Nice-Calvi aller-retour, et avec des allures proches de celle du NGV (30 à 38 nœuds aux régimes de référence : 3 500 et 4 500 tr/min). On peut même espérer mieux, dans ce domaine, avec une paire de 250 chevaux. Par ailleurs, les chronos d’accélération, brillants avec les deux Suzuki DF300, laissent supposer que ce bateau pourrait se contenter de 2 x 200 ch, avec une vitesse de pointe sans doute supérieure à 40 nœuds.

Aux commandes de ce binôme Northstar/Suzuki taillé pour la haute mer, nous avons pu apprécier sa présence dans la vague, au large de La Trinité-sur-Mer. Dans un clapot haché de 70 à 80 cm, entre 30 et 40 nœuds soit aux allures de croisière, la carène du 950 OP reste très confortable et ne mouille pas. Ce sera un peu moins le cas plus au large, face à un vent de force 6 et dans des creux de 1,50 m, avec quelques claques et quelques salves d’embruns difficilement évitables. Toutefois, la tenue de cap reste rigoureuse et l’assiette bien équilibrée (hélices en contre rotation), le Northstar procurant un sentiment de sécurité remarquable et témoignant d’une rigidité structurelle à toute épreuve, ne trahissant aucune vibration ou torsion lors des gros impacts. L’expression « fort comme un Turc » est un cliché inévitable… Stable à plus de 50 nœuds avec une bonne dose de trim positif, il fait preuve de la même assurance en virage. Dans les courbes rapides et serrées, avec beaucoup de gaz, il reste très manœuvrant et précis, avec une gîte intérieure marquée et régulière. Son grip est impressionnant et les relances des Suzuki énergiques, malgré une légère ventilation des hélices que l’on a aussi ressentie lors de nos tests d’accélération, ce qui ne l’empêche pas de déjauger en moins de quatre secondes !



photo Northstar 950 OP


photo Northstar 950 OP


photo Northstar 950 OP


photo Northstar 950 OP


photo Northstar 950 OP





Perf_northstar
Apprec_northstar