Essai Selva S 900

Une GT de la mer

Figure de proue de la nouvelle gamme Sport Line du constructeur italien, le S.900 possède un fort pouvoir de séduction : une ligne fluide et agressive, un cockpit bien agencé, des performances et un comportement sportifs… Et pour ne rien gâter, un prix package situé sous la barre symbolique de 100 000 euros.

Texte et photos Philippe Leblond


 98 595 € avec 2 x Selva 250 ch 4T (tarif 2011)
 9.0 m
 14
 47,2 nds
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 84 juillet/Août 2011



C'est à Pietrosella (Golfe d'Ajaccio), que nous avons testé cette grande nouveauté Selva 2011. Philippe Martinez et Igor Mori, responsables de Sud Plaisance, ont dû accélérer leur calendrier pour mettre à notre disposition ce S.900, le tout premier livré en France. Aguichant, ce grand Selva avec sa coque écarlate et ses graphismes rouges ! La série "Sport Line", lancée au dernier Salon de Gênes, accueille donc son troisième modèle, après les S.550 et S.700. Le label sport se traduit par l'adoption de carènes plus affûtées que celles des Evolution Line, des accessoires aux lignes profilées (consoles, sièges) et des "peintures de guerre" qui captent le regard.
La carène bien défendue, dont l'angle est encore de 24 degrés au tableau arrière, est surmontée d'une delphinière conçue pour recevoir un guindeau électrique (option). En revanche, les taquets sont sous-dimensionnés, alors que ceux de la poupe plus en accord avec le gabarit du bateau. Le pont contremoulé n'intègre que les coffres, la delphinière, la console et le leaning-post étant rapportés. En parlant de coffres, le S.900 n'en manque pas, avec une grande soute avant, dont le capot est assisté par deux vérins inox, et une seconde cale composée de trois coffres indépendants, sous la banquette en U. A cela, il convient aussi d'ajouter le très volumineux abri de la console, étudié pour recevoir un WC marin électrique en option (1,43 m sous barrots), sans oublier le rangement sous le leaning-post, généreux malgré la présence du mini frigo encastré. Bref, de quoi caser sans sourciller toutes les affaires de l'équipage.
Autre bon point pour le S.900, la facilité de circulation à bord, avec des passavants sécurisés par les mains courantes de la console et du siège de pilotage, et beaucoup d'espace en arrière de celui-ci lorsque le complément de solarium n'est pas installé. Ce dernier sert d'ailleurs de table pour dresser un carré capable d'accueillir six à huit personnes. Signalons aussi le petit rack à bouteilles et cannettes bien pratique, au dos du leaning-post. Par contre, l'accès à la baignade est étriqué dans la configuration "bimoteur"… Mais, n'oublions pas l'un des points cruciaux dans le cadre d'un programme balade/farniente : les places assises et la surface de bain de soleil. De ce point de vue, il n'y a pas à se plaindre non plus, avec au bas mot neuf passagers assis sur de vraies places (on peut en ajouter quatre avec les flotteurs) et environ 6m2 d'espace bronzette… Voilà qui atteste clairement de l'identité du S.900, semi-rigide conçu pour les longues journées en mer, avec de nombreuses heures passées au mouillage, en famille ou avec des amis. Reste que si l'équipement proposé est bien en adéquation avec cette utilisation, il sera nécessaire de recourir à quelques options payantes. En effet, le guindeau électrique, la douchette, le frigo, le WC marin (avec réservoir d'eaux noires), de même que le roll-bar et son taud de soleil sont facturés en sus. Un moyen pour rester sous la barre des 100 000 €, ce qui pour un semi-rigide de ce type, propulsé par 2 x 250 ch, est un prix hautement attractif. D'autant que, mis à part quelques petites insuffisances (capot de coffre avant un peu mince, charnières saillantes, absence de verrous et de joints de caoutchouc sur les coffres), ce S.900 a fière allure !
Voyons ce dont est capable ce grand "bébé" pour ses premiers pas… Bien installé derrière le volant, confortablement calé sur le leaning-post, le pilote jouit d'une visibilité sans faille… Sauf lors du démarrage où, en raison du léger cabrage, il perd un bref instant, l'étrave altière lui barre la vue. Mais c'est vraiment fugitif, pour la bonne raison que le S.900, avec ses deux Selva 250 ch de 3,3 l (les anciens V6 Yamaha), délivre des accélérations foudroyantes. Les chronos obtenus au déjaugeage, et de 0 à 20 nds) sont parmi les meilleurs de tous nos essais, malgré une carène en V profond qui nécessite pas mal de puissance et de vitesse (16,3 nds) pour hydroplaner. Une fois vaincue l'inertie du décollage, la poussée se poursuit sans faiblir jusqu'au régime maxi de 6 100 tr/min. En raison d'un mouvement de roulis s'intensifiant, il a été difficile de trimer afin de grapiller les quelques nœuds qui permettent de faire un peu mieux que 47,2 nds, une valeur un peu en retrait de ce que l'on espérait. Il convient de signaler, à ce sujet, que les hélices montées d'origine sont en alu et non en inox. Rare sur une telle puissance (toujours dans l'optique d'un prix canon)… Quelques jours plus tard, Sud Plaisance a rabaissé les moteurs, passant de + 4 à 0 cm (au-dessus du fond de coque). Philippe Martinez dit avoir atteint 48/49 nds, mais sans vraiment pouvoir trimer le bateau en raison d'une mer agitée. Mais, depuis notre essai, une information nous est parvenue comme quoi le S.900 aurait signé un 54 nds à 6 000 tr/min sur le lac de Côme, sur une eau pourtant moins dense que la mer… Un chiffre plus conforme au potentiel de ce beau semi-rigide, mais obtenu avec des hélices inox de 23 pouces au lieu de nos 19 pouces alu…
A côté de ces performances de haute volée, le comportement du S.900 n'est pas en reste. Réactif, marin, confortable dans une houle résiduelle de 60 cm, avec quelques amorces d'envolées réceptionnées en douceur, le Selva nous gratifie d'un comportement sain et rigoureux. Relation de cause à effet, il génère un véritable plaisir de pilotage. Que ce soit à haute vitesse, ou en virages "attaqués", avec un grip constant et de bonnes relances. De quoi envisager de longues navigations, cheveux au vent, malgré une autonomie un peu juste avec la puissance maxi. Avec un réservoir de 400 litres, ce serait mieux…



photo Selva S 900


photo Selva S 900


photo Selva S 900


photo Selva S 900





CONCLUSION
Esthétique sportive, comportement au diapason, le S.900 est à sa manière une GT de la mer, autorisant de longues virées, grâce à sa faculté d'avaler les milles avec aisance et confort. Une fois à l'ancre, son vaste plan de pont se prête complètement aux loisirs divers et variés : baignade, bain de soleil, pique-nique… Succès en vue !




6
3
4
5
2