Essai Solent 650

In(solent) de facilité !

Ce semi-rigide anglais au tempérament sportif nous a enthousiasmés par l'efficacité de sa carène, et le plaisir qu'on éprouve à ses commandes. Facile à maîtriser, il fait preuve d'une aisance remarquable dans la vague. En plus de cela, sa construction est sérieuse, et il propose un équipement à la carte, sans prétention mais bien étudié.

Texte Philippe Leblond. Photos Yann Lebreton


 20 584 € sans moteur (tarif 2006)
 6.5 m
 10
 46 nds avec Mercury Optimax 150 ch 2T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 52 Mars/Avril 2006




Le chantier de Fareham, près de Portsmouth, n'est pas loin du bras de mer qui sépare l'île de Wight de la côte du Hampshire (sud de l'Angleterre). Un lieu bien connu des marins puisqu'il s'agit du Solent, dont les bateaux en question tirent leur nom. Et pour qui connaît le Solent, question terrain d'essai, c'est parlant ! Ce corridor liquide, étroit et exposé aux vents, est souvent balayé par un clapot cassant, à même de mettre les carènes au supplice.Notre prise en main ne s'est pas déroulée dans le Solent, mais sur la côte ouest de Belle île, avec une bonne petite de houle d'un mètre, animée par un vent de 3 à 4 Beaufort. De quoi juger sur pièce ce Solent placé en milieu de gamme, mais déjà nanti d'une robuste constitution, et arborant comme la plupart des semi-rigides Anglais, une carène étroite et profonde. Poussé par un Mercury 150 ch Optimax, le Solent 650 a atteint 46 nds sur un plan d'eau ne favorisant pas spécialement la vitesse de pointe. Une belle « perf » donc, surtout lorsqu'on sait qu'il peut accepter 225 ch ! à l'instar des roadsters automobiles anglais, légers et vitaminés, ce 6,50 m qui ne pèse que 450 kg affiche un rapport poids/puissance attractif. Vif à la barre, faisant preuve d'un bon équilibre dans le saut de vague, presque insensible à l'effet de couple (les carènes en V profond le sont souvent), même avec un trim nettement positif, virant serré avec un bon grip, sans ventiler et en toute sécurité, il tire un excellent parti de la nervosité du 2-temps Optimax qui lui dispense ses reprises rageuses. Il forme avec le Mercury 150 ch un tandem sportif et homogène, procurant de superbes sensations en toute sécurité. Plus on va vite, plus le bateau est à l'aise ! Cette marque importée depuis l’année dernière par Atlantic Ribs (Ploemeur), la société du pilote d’Offshore Marc Dano, comporte cinq modèles, de 5,40 m à 7,50 m. Situé au centre de la gamme, le 650 que nous avons pu prendre en main est doté d’un élégant flotteur bleu à diamètre progressif, en tissu Néoprène/Hypalon de 1 200 décitex. Il est collé sur une carène en V profond, presque constant, qui se signale par un bouchain vif d’une bonne hauteur. Toutefois, à l’arrêt, les flotteurs sont quand même au contact de l’eau. Le plancher en contreplaqué marine, stratifié sur les deux faces, est revêtu d’un antidérapant projeté efficace et dont la couleur est au choix (plusieurs teintes sont aussi proposées pour la coque et les tubes !). L’agencement de la partie avant propose, à la demande, une petite baille à mouillage, ou un pont surélevé qui peut servir de support à un solarium optionnel avec un coffre en supplément. La haute et large console qui contient la trappe à essence, est surmontée d’un petit saute-vent en plexi, offrant ainsi une bonne protection lorsqu’on pilote assis sur les sièges jockey. Ceux-ci sont au nombre de quatre, dont deux biplaces, soit six places confortables et sécurisantes. En l’absence de coffre arrière (une banquette-coffre est aussi proposée), le rangement est concentré dans la console et la base des sièges. Un roll-bar inox avec feux de navigation figure aussi sur la liste des options. Le réservoir de 160 l est logé, presque au niveau de la console, entre les deux varangues principales, sous le plancher. Une capacité suffisante pour envisager de longues promenades sans ravitaillement….



photo Solent 650


photo Solent 650





Maxi_14052008-145256perf