Essai Valiant V 620 T

Un caractère de pur-sang !

Dynamique à souhait, le constructeur portugais n'est pas avare de "refaire ses gamme ", quand il ne présente pas de nouveaux modèles (comme le 570, ou le Dynamic 380 présenté dans les News). Nous avons profité d'une revue générale de La Rochelle, pour faire le point sur les quatre modèles les plus représentatifs de la série Vanguard.

Texte & photos : Philippe Leblond


 n'est plus au catalogue
 6.15 m
 17
 37,8 nds avec Mercury 135 ch Optimax 2T

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 42 Juillet/Août 2004




Répondant à une fabrication de type industrielle, la gamme plaisance Vanguard est produite dans l'usine Valiant de Vila Nova de Cerveira, au Portugal. Cette série de semi-rigides, destinée en priorité à une utilisation familiale, est l'une des plus diffusées en Europe, et notamment en France. Cette gamme comporte sept modèles, allant de 4 à 7,50 mètres. Nous avons essayé, à La Rochelle, les quatre unités les plus représentatives du marché : 450, 520, 570 et 620. Ces canots sont tous dotés d'une carène en polyester en V évolutif, et d'un flotteur en PVC d'une densité de 1 100 décitex. Tous les quatre sont commercialisés en package, avec des hors-bord de marque Mercury ou Mariner, deux ou quatre temps, à arbre long. Au-delà de leurs tarifs attractifs, ces semi-rigides bénéficient d'aptitudes marines évidentes. Pour ce qui est des emménagements, la qualité est plus inégale… Revue de détail…A propos de Valiant…L'entreprise Valiant a connu un développement express puisque créée en 1994, elle est devenue en l'espace de seulement 10 ans, l'une des premières dans le secteur du pneumatique de plaisance et à usage professionnel. Situé à 30 minutes de Vigo, ce chantier portugais s'étend sur 20 000 m2 dont 8 000 m2 couverts. Une piscine de 200 m2 permet d'effectuer divers tests (stabilité, largage, contrôle qualité…). Sa rapide ascension sur le marché européen n'a pas échappé à l'œil averti des dirigeants de Brunswick (ce groupe détient entre autres pépites US Marine et Mercury Marine) qui ont pris une participation capitalistique conséquente chez Valiant. La production atteint aujourd'hui environ 4 000 unités par an, avec à peine plus de 100 employés, grâce à un mode de fabrication industriel où la robotisation assure les principales étapes de la production avec l'emploi d'un tissu de type PVC et du Thermowelding (fusion et calandrage à haute pression), sans parler de l'injection sous vide pour les coques… De ce point de vue, le chantier portugais marche sur les traces du Groupe Zodiac, le numéro un mondial ayant depuis longtemps opté pour ce type de production, à la différence de la grande majorité des constructeurs de pneumatiques qui utilisent le Néoprène/Hypalon et un mode de fabrication artisanale. Avec ce beau spécimen, on se trouve presque en haut de la gamme Vanguard. L'habitabilité garantit du confort pour toute la famille en navigation comme au mouillage où il déploie un vaste solarium. Bien motorisé, il offre aussi de fortes sensations de vitesse et montre un caractère de pur-sang. Bien que supposé capable de recevoir 150 chevaux sur son tableau arrière, le 620 a déjà fort à faire avec le très féroce 135 ch Optimax.Ce dernier lui donne des performances de premier ordre et le pousse dans ses retranchements dans le domaine du comportement, notamment en raison de la présence de l’effet de couple de l’hélice. Ainsi, le pilote a entre les mains un ensemble vraiment sportif. Un chiffre déjà significatif du punch qui anime ce bateau, le temps de déjaugeage : à peine plus de trois secondes. Et les 37,8 nds que nous avons « arrachés » sur un plan d’eau défavorable sont nettement en retrait du vrai potentiel de ce bateau qui doit pouvoir aisément passer le cap des 40 nœuds, avec une utilisation optimale du trim. Tout cela pour dire que 135 chevaux suffisent amplement à procurer des sensations fortes et à assurer une vitesse de croisière élevée en charge et à tracter sans faiblesse un monoskieur exigeant. Le réservoir de carburant de 106 l peut paraître un peu limité en contenance pour un 135 ch 2 temps. Pourtant à 26 nœuds de croisière, ce qui est plutôt élevé, ce Valiant pourra parcourir plus de 100 milles. Et avec un 4 temps de la même puissance, l’autonomie montera à 130 milles… Le 620 entre donc dans les semi-rigides à grand rayon d’action, avec un programme assez étendu puisque son bain de soleil amovible peut satisfaire à la fois les adeptes du bronzage et les actifs, pour qui la pêche ou la plongée nécessite un cockpit plus dégagé. Les amoureux de la baignade goùteront la poupe équipée de deux petites plateformes, elles aussi recouverte de faux teck, d’une échelle en inox et d’une douchette d’eau douce. Pour le ski, Valiant a bien fait les choses puisqu’à la place des habituels anneaux de tableau arrière, il propose un vrai mât de ski. Les pratiquants du wake-board apprécieront… Pour le mouillage, on franchit un cap avec l’adoption d’un davier basculant intégré dans son socle en polyester pourvu d’un taquet inox. Au rayon des regrets, on peut signaler la mauvaise position de conduite debout, la hauteur excessive du siège-coffre située devant la console, et le volume de rangement limité, si l’on n’a pas recours à l’option bain de soleil avec ses coffres latéraux.

.



photo Valiant V 620 T


photo Valiant V 620 T





Mini_22052008-185107image_8