Essai Valiant V 450 Sport

Un sacré caractère !

Pas besoin de viser la puissance maxi pour faire du V-450 Sport un ensemble vivant et performant. Avec son look et son tempérament dynamiques, il n'usurpe pas son appellation "Sport", mais sait aussi se montrer docile lorsqu'on adopte un rythme de balade en famille. L'option solarium en fait un candidat aux escales "farniente".

Texte et photos Philippe Leblond


 n'est plus au catalogue
 4.5 m
 7
 31,4 nds avec Mercury 40 ch 4T

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 78 Septembre/Octobre 2010




A la fin de l'année dernière, soit 18 mois après leur restylage (consoles, sièges), les Vanguard, maintenant désignés par la simple lettre "V", ont bénéficié de retouches "cosmétiques". Sur les flotteurs bicolores, le gris anthracite a remplacé l'habituel bleu marine, et la bande antiragage reçu un liseré et des saisines rouges. Mais, pour le V-450 Sport le lifting est allé plus loin, avec une toute nouvelle console et un siège arrière redessiné. Ainsi, la console se voit-elle dotée d'une façade arrière sculptée, avec un jambage central laissant de la place pour les jambes lorsqu'on pilote assis. Le retrait de la façade postérieure laisse aussi plus de liberté aux genoux, lorsqu'on pilote debout (pas de risque de se cogner). Quant à la banquette de pilotage biplace, elle est adossée à un coqueron de polyester, dont le dessin évoque un capot arrière de roadster automobile. Pour le reste, on s'en tient aux ingrédients habituels de cette gamme avant tout destinée à un usage familial, comme l'atteste l'équipement proposé en option : solarium avec son support, petite plate-forme avec échelle de bain, glacière pour le pique-nique… Pour ce qui est de la dotation standard, on trouve un coffre à mouillage rapporté, avec ouverture verticale, dont la porte est amortie par un joint de caoutchouc. Sa fermeture "chromée", en plastique peint, fait bel effet, mais on peut douter de sa résistance au sel… et aux chocs ! Le nez du flotteur, doté d'un taquet coinceur, est dépourvu de guide de mouillage. La console comporte un petit siège sur l'avant, et laisse un large passage, étant décalée vers tribord. Une poignée à gauche et la saisine à droite offrent de bonnes prises à son occupant. Le passager de la banquette arrière dispose, lui aussi, d'une poignée fixée sur la console. Si le confort offert par les sièges est satisfaisant, le rangement est, en revanche, limité. Les deux coffres, que proposent le siège de console et la banquette, ne sont pas "secs" et peu volumineux. Par ailleurs, le vide-vite de type "guillotine", situé au fond du coffre arrière, n'est pas d'un accès commode. Pour être franc, en découvrant ce Valiant, avec son modeste 40 ch, On ne s'attendait pas à ce qui allait suivre… On ne s'attendait pas à dépasser les 30 nds, avec ce petit 3-cylindres 4-temps. Une valeur que nous avons obtenue largement, mais pas dans la facilité. Il a fallu "s'employer" au volant de ce garnement de V-450 qui, s'il brille par ses performances, ne se laisse pas aisément apprivoiser. Pour atteindre cette vitesse sans prendre de risque, avec deux personnes à bord, il faut un peu d'expérience, car lorsqu'il est bien trimé, il roule d'un bord sur l'autre avec une amplitude grandissante, et se laisse aller, de surcroît, à un léger mouvement de lacet. Seul à bord, cela devrait être plus délicat encore, mais plus chargé, tout devrait rentrer dans l'ordre.

Par ailleurs, au déjaugeage, il n'est pas superflu d'installer un équipier en avant de la console pour limiter le fort cabrage, car le pilote perd, durant quelques secondes, la visibilité vers l'avant. Ce faisant, nous avons signé un temps très honorable : 4 secondes. Autre point positif, le petit semi-rigide espagnol est capable de planer à seulement 8,7 nds (3 200 tr/min), ce qui laisse une bonne marge pour choisir sa vitesse de croisière, jusqu'à 4 800 tr/min, soit près de 20 nds, régime au-dessus duquel le bruit du 4-temps américain devient envahissant. Compte tenu de ces valeurs élogieuses, on peut se prendre à rêver de ce que l'on pourrait tirer d'un 60 ch, la puissance maxi autorisée… Se prendre à rêver, ou plutôt s'interroger car ce petit monstre se montre déjà coriace avec 40 ch, et son comportement n'est pas plus facile en virage, lorsqu'on le brutalise. Il vire de manière un peu saccadée, car il conserve un mouvement de pompage qui rend plus compliquée la maîtrise de la trajectoire. Un "marsouinage" déjà présent à mi-régime, et qui nécessite de bien répartir les charges dans le cockpit. Mais, on serait tenté de ne pas trop l'accabler, car il se pourrait bien que le moteur d'essai ait été monté un peu haut… Quoi qu'il en soit, le V-450 n'est disponible en package qu'avec 30 ou 40 ch, puissances qui nous semblent bien suffisantes. .



photo Valiant V 450 Sport





Maxi_07012011-0927302 Maxi_07012011-0927303