Essai Zeppelin 21 VPro Commander

Un vrai loup de mer !

Chez Zeppelin, chantier 100% français, la robustesse est au cœur de la culture d'entreprise. Normal pour un constructeur qui fournit des commandos de marine et de nombreux professionnels. Le 21 VPro Commander confirme cette philosophie en révélant dans la mer formée des qualités exceptionnelles.

Texte et photos Jacques Anglès


 19 662 € sans moteur (tarif 2016)
 6.4 m
 14
 42,5 nds avec Mercury Verado 150 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 90 Juillet/Août 2012



“Trop fort n'a jamais manqué“, ce vieux dicton de marin me vient à l'esprit alors que le 21 VPro Commander de cet essai bondit de vague en vague, lancé bille en tête, dans une de ces mers courtes et dures dont la Méditerranée a le secret. Bien calé sur le bolster biplace (référence ZEP940 du chantier), main droite sur la manette de gaz avec le compte-tours en permanence à plus de 5 000 tr/min, j'apprécie la tenue de mer de l'engin, doublée d'une rigidité structurelle qui semble à toute épreuve. La sensation de sécurité est totale et la carène VPro, avec son V pincé à l'étrave s'évasant vers la poupe, ses virures saillantes et ses larges flaps fixes qui augmentent la portance et la stabilité longitudinale, est à la fête dans ces conditions. Pas de doute, c'est un bateau que l'on peut mener à la dure sans souci ! J'enchaîne donc des sauts de vagues sans crainte : la coque reste bien en ligne, les réceptions sont équilibrées et le contrôle de la trajectoire parfait. Virage long pour venir mer de travers, cela va toujours aussi bien et je remets un peu la gomme. Idem par vent et mer arrière avec un doigt de trim, où la carène ne révèle aucune tendance à enfourner dans les descentes de vagues.
Pratiquement impossible à prendre en défaut, cette coque est un régal à piloter en mode baroudeur. Il est vrai que notre exemplaire d'essai est bien servi par le 150 ch Verado à compresseur qui délivre un déjaugeage éclair (2"1) et une accélération à l'unisson (4"4 de 0 à 20 nœuds). Le chrono maxi, bon mais pas exceptionnel, permet de constater à haute vitesse que la carène est sensible au trim, sans jamais perdre sa superbe stabilité. Et elle est aussi capable de planer à basse vitesse, notamment grâce à la portance supplémentaire qu'apportent ses flaps rigides. En virages, le 21 montre un grip impressionnant, sans jamais décrocher ou partir à la contre gîte. Seul bémol, l'hélice ventile assez facilement quand on resserre le rayon de giration, phénomène qui peut être attribué à un montage un peu haut du moteur. À cette réserve près, le 21 VPro Commander se classe au top de sa catégorie pour la tenue de mer et la sécurité en navigation.
Mais revenons à notre “trop fort n'a jamais manqué“, qui pourrait servir de devise au chantier sarthois, habitué à une clientèle exigeante (marine nationale, institutions maritimes, professionnels ou baroudeurs sportifs). Des gens pour qui la fiabilité et les qualités marines passent avant les accessoires de confort, ces derniers n'étant pas exclus pour autant. Pour ce faire, la série Commander part d'un “châssis“ nu, aménageable à la carte selon le programme de chacun. La coque elle-même est une véritable poutre, ultra-rigide et étanche (aucune ouverture dans le plancher). Sa construction associe le polyester (pour la carène) et le contre-plaqué marine (pour le plancher et le tableau arrière, en okoumé). Le plancher est collé, vissé et stratifié sur des longerons, puis assemblé à la coque et protégé par une épaisse résine avec anti-dérapant incorporé dans la masse (micro-billage). L'épaisseur du tableau arrière, renforcé par deux fortes équerres stratifiées sur le plancher et le fond de coque suffit à convaincre de la robustesse de l'engin. Enfin, une mousse polyuréthane injectée dans la coque assurant l'insubmersibilité en cas de rupture du polyester (choc), contribue à la rigidité et atténue les résonances dans la mer. Ainsi construit, le 21 VPro Commander est un des rares semi-rigides homologués insubmersibles, et peut donc naviguer au- delà de six milles sans canot de survie (avec un maximum de trois personnes à bord).
L'aménagement du cockpit est à la carte, en piochant dans le riche catalogue des accessoires maisons (consoles de pilotage, banquettes, coffres, roll-bar, etc). Cela permet éventuellement de répartir la dépense sur plusieurs saisons, mais il est impératif de savoir ce que l'on veut dès la commande car tous les accessoires se boulonnent sur des inserts, incorporés au plancher ou au tableau arrière lors de la construction (pas question de visser quoi que ce soit directement dans le plancher, sous peine de perdre la garantie). Le modèle de notre essai est ainsi doté d'un équipement complet : davier d'étrave à rouleau, console de pilotage avec banquette/coffre avant, leaning-post avec deux coffres dessous et banquette/coffre arrière. De plus, des inserts destinés au montage d'un arceau inox ont été pré installés sur le tableau arrière. La technique de fabrication limite toutefois l'importance des aménagements, puisque le volume intérieur de la coque est entièrement alloué à l'insubmersibilité. Donc : pas de grands coffres ni de bain de soleil standard (le chantier propose du sur mesure) mais tout de même une table de pique-nique en option. On déplore toutefois l'absence d'échelle de bain “familiale“ au catalogue des accessoires (seul est proposé un modèle pour clubs de plongée).
La fabrication du flotteur est tout aussi sérieuse. Elle fait appel au tissu Orca (type Néoprène/Hypalon) de 1 670 décitex, la meilleure référence pour ce qui est de la solidité et de la durabilité d'un canot pneumatique. Comme la coque, le flotteur est livré presque “nu“ (plus précisément avec saisines nylon complètes et poignées de portage en caoutchouc), avec options à la carte (listons de diverses épaisseurs, doublage antichoc de la proue, renforts en néoprène dans les zones soumises à fortes contraintes, etc.). Compte tenu des options nécessaires pour obtenir un bateau bien équipé (à l'exemple de notre modèle d'essai), le prix final est comparable à des modèles de grandes marques avec pont aménagé de série.



photo Zeppelin  21 VPro Commander


photo Zeppelin  21 VPro Commander


photo Zeppelin  21 VPro Commander


photo Zeppelin  21 VPro Commander





CONCLUSION
Très attirant pour des plongeurs/pêcheurs passionnés ou des professionnels de la mer, ce Zeppelin peut aussi s'adapter à un programme familial grâce aux multiples équipements à la carte que propose le chantier. Il fait la différence avec des modèles purement plaisance dans la mer formée, où sa construction à toute épreuve et sa tenue de mer sans faille permettent de naviguer vite et en sécurité. Un bateau pour connaisseurs, très marin et efficace mais peu soucieux du design ou du bain de soleil. On aime !




6
3
4
5
2