Essai Zodiac PRO 12 Man

Efficace et ludique

Fidèle à l'esprit Zodiac Pro, avec un aménagement simple et pratique, le nouveau Pro 12 Man se distingue sur l'eau par son pilotage très ludique et sa tenue de mer parfaitement sûre. Une réussite !

Texte et photos : Jacques Anglès


 n'est plus au catalogue
 5.2 m
 12
 36,7 nds avec Tohatsu 90 ch TLDI

6236suzukimarine570x143
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 42 Juillet/Août 2004




Avec son flotteur rouge que soulignent un liston blanc et noir et des poignées en caoutchouc massif, ce nouveau Zodiac Pro 12 Man (version Pack confort) a incontestablement fière allure, conjuguant la sobriété de pro qui caractérise cette gamme à une finition nette et de bonne facture. Autant dire que l'engin a l'air sérieux et c'est là un bon point. Le flotteur est réalisé en Strongan duotex, l'évolution la plus moderne des tissus Zodiac à enduction de PVC, avec une qualité d'assemblage industriel sans reproche. Comportant cinq compartiments, ce flotteur est longé sur toute sa longueur par de solides mains courantes en cordage de nylon souple qui ne cisaillent pas les mains quand on s'y cramponne. Bons points également pour les grosses poignées de portage en caoutchouc massif et pour les renforts à mi-longueur du boudin. à bâbord, du côté du passavant large, Zodiac n'a pas oublié d'y ajouter une poignée sur la face interne du boudin pour faciliter la remontée des plongeurs. à la proue, un davier à rouleau évitera le ragage de la chaîne sur le flotteur, avec un gros taquet en inox à côté pour tourner la ligne de mouillage. La partie polyester fait tout aussi sérieuse, avec un gel-coat impeccable et un anti-dérapant efficace, type pointe de diamant, sur tout le fond de cockpit. Celui-ci remonte d'environ 20 cm sur les côtés, assurant une bonne protection des flotteurs qu'apprécieront les plongeurs et les pêcheurs. Le coffre avant, moulé d'une seule pièce avec le cockpit, augmente la rigidité structurelle. Sous le capot, un astucieux coffre à mouillage amovible permet d'accéder au réservoir de carburant fixé dans les fonds. Une cloison, elle aussi amovible, divise ce coffre en deux compartiments, l'un à l'avant pour l'ancre et sa ligne de mouillage, l'autre pour ranger du matériel. Autre bonne idée : l'orifice de remplissage de carburant est placé dans une cuvette moulée sous le capot du coffre avant, avec un conduit auto-videur, ce qui élimine tout risque de déverser du carburant dans le cockpit ou sur les flotteurs. Le réservoir, placé sous le plancher avant, assure un bon équilibre des poids. Enfin, la console et la banquette de pilotage biplace (pack Confort), vissées sur le plancher, offrent des coffres suffisants mais sans excès de volume. On apprécie en revanche le passage de tous les câbles du moteur dans la console et sous le plancher, ce qui est un progrès par rapport au Pro 9. La carène se caractérise par son étrave en V profond, deux longues virures et un méplat de bouchain qui augmente la portance à basse vitesse. L'arrière des flotteurs s'appuie sur l'eau à l'arrêt – assurant une bonne stabilité au mouillage – mais est bien dégagé de l'eau en navigation. Dans l'ensemble, cette revue de détail est très positive : les fondamentaux (réservoir fixe, baille à mouillage, coffres, etc.) sont bien conçus et la réalisation inspire confiance. Pour une utilisation familiale il suffira d'y ajouter une échelle de bain et une table de pique-nique. C'est toutefois en mer que le Pro va achever de nous convaincre, bien servi par le Tohatsu 90 ch dont la pêche pimente agréablement le pilotage. Dès le déjaugeage, obtenu en 3,5 secondes, on commence à apprécier la franchise de comportement : le bateau ne se cabre pas à l'accélération et reste bien en ligne sans tirer à droite ou à gauche. La montée en régime est rapide et il suffit de la suivre au trim pour conserver à toutes les vitesses une assiette parfaite, presque à plat, la carène survolant le clapot avec une stabilité jamais prise en défaut, que ce soit en latéral, en longitudinal ou en tenue de cap. Même à pleins gaz, on peut lâcher le volant, le Pro 12 continue tout droit ! La bonne sensibilité au trim permet d'adapter l'assiette à toutes les conditions, que ce soit par mer de face, de côté ou de l'arrière. Cette carène se montre en même temps tout-à-fait tolérante aux erreurs de réglage : trim trop négatif, elle n'enfourne pas, trim trop positif elle ne perd pas sa stabilité latérale. Cette stabilité se confirmera lors de quelques sauts de vagues bien enlevés à plus de 30 nœuds sur un gros clapot désordonné : le bateau reste bien en ligne, avec un bon amortissement à la reprise de contact. Nos mesures confirment ces excellentes sensations, avec près de 37 nœuds en pointe et, plus important encore, une vitesse de croisière de 25 nœuds en régime économique

Ce comportement, à la fois très sûr et sportif, se confirme en virage. Que soit en courbes larges ou en virages serrés engagés sans ménagement, cette carène reste imperturbablement accrochée à sa trajectoire, tout en ne gîtant que modérément. Bref, ce Pro 12 Man peut être mis entre toutes les mains tout en se montrant très ludique pour des pilotes confirmés..



photo Zodiac PRO 12 Man


photo Zodiac PRO 12 Man


photo Zodiac PRO 12 Man





Conclusion
Fidèle à l'esprit de la série Pro, ce modèle privilégie un cockpit dégagé plutôt qu'une surcharge d'aménagements, avec une tenue de mer qui permet de sortir en sécurité par tous les temps. Il s'adresse en priorité aux sportifs, plongeurs ou pêcheurs, qui apprécieront l'espace disponible et la bonne protection des boudins par les flancs de cockpit remontants. Si ces baroudeurs peuvent se contenter d'une simple console de pilotage, nous préférons tout de même la version Pack Confort de notre essai, bien adaptée aux sorties familiales, pour un budget raisonnable.




Maxi_22052008-185630image_3 Maxi_22052008-185630image_4 Maxi_22052008-185630image_5