Essai Zodiac Pro 7

Baroud et pêche

Son apparence ne trompe pas ! Le Pro 7, dernier-né de chez Zodiac, donne dans le style viril avec son look para militaire. Sa carène, taillée pour naviguer dans une mer difficile, est bien assortie avec son plan de pont modulable, d'allure spartiate et fonctionnelle. Et ses accessoires de pêche lui donnent une destination toute trouvée !

Texte et photos Philippe Leblond


 28 794 € sans moteur
 6.75 m
 16
 42,8 nds avec Yamaha 225 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Essai paru le 15/02/2018

Fiche technique

Longueur 6,75 m
Largeur 2,54 m
Diam. maxi des flotteurs 57 cm
Nbre de compartiments 5
Puissance maxi 250 ch (184 kW)
Puissance conseillée par Pneumag 200-225 ch
Poids sans moteur 790 kg
Rapport poids/puissance 4,7 kg/ch (avec le moteur de l'essai)
Nombre de personnes 16
Couchage 0
Charge utile 1960 kg
Matériau flotteurs CR/CSM Orca 1 670 décitex
Capacité carburant 200 l
Catégorie CE B
Constructeur Zodiac Nautic (92 - Sèvres)
Importateur Réseau de concessionnaires
Droits annuels sur la coque exempté
Droits annuels sur le(s) moteur(s) exempté



Lorsque le nouveau Pro 7 déborde l’extrémité de la jetée principale, c’est comme s’il partait en mission. Son physique austère va comme un gant au programme d’utilisation qu’a défini le bureau d’études Zodiac qui a visé la polyvalence sportive : raid, plongée, pêche, glisse tractée… Quatre programmes qui seront tout à fait dans ses cordes et avec, pour l’heureux propriétaire, le choix parmi les nombreux accessoires du catalogue pour équiper son cockpit à la carte, et positionner console de pilotage et siège où bon lui semble. Il est également possible de choisir entre deux teintes de gel-coat (gris clair ou gris anthracite) et plusieurs couleurs pour les flotteurs. Pour ce faire, le configurateur du site de Zodiac est d’une aide précieuse.  



Au ponton



« Noir c’est noir » chantait Johnny… Là, avec notre Pro 7 d’essai on y est presque ! Les épais flotteurs noirs encadrent un pont gris anthracite, agrémenté ici et là d’un accastillage à la peinture noir mat (balcon avant, mains courantes de console et de leaning-post). Le cockpit, autovideur à l’arrêt (deux gros nables de vidange au tableau arrière), montre une belle surface utile. Celui-ci peut encore gagner en espace en ôtant la banquette triplace et en optant pour un siège jockey en lieu et place du leaning-post biplace du modèle d’essai. La console (deux modèles sont proposés), ainsi que le ou les sièges, peuvent être positionnés à la demande : plus vers l’avant afin de laisser une grande surface libre côté poupe, ou inversement. L’accès à la baignade, qui se fait ici par une petite échelle de bain directement fixée sur le tableau arrière (peu pratique), peut aussi s’améliorer à l’aide d’une petite plate-forme (option). On notera que le retour du plancher moulé sur la face intérieure des flotteurs, s’il apporte une rigidité structurelle appréciable, ne sera pas du goût de certains pêcheurs qui aiment bien pouvoir glisser leurs pieds à la base des flotteurs afin d’y prendre appui avec leurs genoux… Par contre, à la différence de nombre de semi-rigides typés « pêche/plongée », avares de rangements, le Pro 7 se montre plutôt généreux dans ce domaine, avec deux cales sous la plancher (une à l’arrière, l’autre à l’avant qui peut être convertie en vivier), et des rangements secs dans le leaning-post et la console (ouverture en bascule), plus un coffre à l’avant en supplément de celui du mouillage et de la cale technique située derrière la banquette arrière. Notez aussi le caractère pratique du nable de réservoir de carburant équipé d’un petit bac de débordement, évitant de répandre de l’essence sur le plancher. Un bémol tout de même : les couvercles de coffres ne comportent ni vérin ni ressort pour les maintenir en position ouverte…



Pour l’amarrage et le mouillage, l’accastillage assure l’essentiel : deux beaux taquets à l’arrière (mais peu facile d’accès lorsque le dossier de banquette est relevé), une bitte d’amarrage en avant du puits de mouillage et une petite delphinière avec chaumards pour guider les amarres et davier basculant pour libérer l’ancre plus facilement. En revanche, on déplore l’absence de passe-bout qui ne permet pas de fermer le couvercle du puits de mouillage lorsqu’on est à l’ancre. Il est à noter que le poste de pilotage a été déporté sur tribord, afin de bénéficier d’un passage suffisamment large à bâbord. Si la console et le leaning-post avaient été au centre, les passavants auraient été vraiment étroits, car le Pro 7, non content d’être transportable flotteurs gonflés (2,54 m), possède des tubes de fort diamètre (57,5 cm). Pour ce qui est des places assises en navigation, on peut compter sur cinq vraies places (trois sur la banquette et deux au leaning-post) et ajouter deux ou trois équipiers sur le flotteurs bâbord qui se tiendront aux mains courantes de la console et du leaning-post. La position de pilotage est efficace, avec deux assises indépendantes et confortables, et la possibilité d’officier indifféremment debout ou assis, grâce aux repose-pieds plantés dans la base de la console. Par contre, concernant la disposition des commandes, il aurait été préférable d’inverser l’implantation du bloc contact et du levier de gaz, lequel est trop décalé à tribord, et gêne du même coup le copilote. Spacieux et bien distribué, le tableau de bord devrait satisfaire pêcheurs et plongeurs qui apprécient de pouvoir monter des combinés GPS-sondeur aux écrans toujours plus grands. Cette fois, ce sera sur étriers, mais il y a toute la place voulue sur le bord supérieur du tableau. Autre bon point, la console et son haut pare-brise garantiront une bonne protection lors des sorties hivernales.



En mer



C’est sans trop de surprise que nous avons validé notre essai dans le Pertuis rochelais. Pour la simple et bonne raison que la carène du Pro 7 est héritée directement du Bombard Explorer 690 et du Zodiac Open7, semi-rigides dont nous avons déjà pu apprécier le comportement (voir essais sur Pneumag.com). A ses commandes, on retrouve les mêmes qualités dynamiques que celles de ses frères, le même allant, la même sensibilité aux réglages de trim, la même facilité de pilotage… Le comportement est sain dans toutes les figures imposées, quel que soit la direction des vagues et la vitesse. La stabilité de cap n’est jamais prise en défaut, même à vive allure dans près d’un mètre de creux. Le confort aussi apporte satisfaction, avec quelques petites envolées conclues par des réceptions en souplesse, grâce à une assiette toujours proche de l’optimale et donc sacrément rassurante pour d’éventuels novices qui auraient la main lourde sur les gaz… Idem en virages, avec une inscription franche, un grip ferme et régulier, sans coups de raquette, et des sorties en pleine motricité. Autre point positif, la déflexion, avec une carène qui ne mouille pas et une console qui coupe bien du vent (force 2-3), grâce à son haut pare-brise…



Rapide, le Pro 7 l’est, mais sans excès : 42,8 nœuds avec le gros V6 Yamaha de 225 ch (4 160 cm3 !), c’est le moins que nous puissions en attendre. Il convient quand même de préciser que le plan d’eau, un peu remuant, n’a pas aidé à la performance. Il n’en reste pas moins que les rythmes de croisière, 25,4 nœuds à 3 500 tr/min et 33,1 nœuds à 4 500 tr/min, sont satisfaisants, comme les sont les rendements avec, respectivement, 0,89 et 0,69 mille par litre. L’autonomie se révèle correcte aussi, avec 160 milles à 3 500 tr/min. Plus impressionnantes, sont les accélérations. Les chronos parlent d’eux-mêmes ! Avec 2’’8 pour déjauger, le Pro 7 bondit hors de l’eau, sans guère cabrer, et la poussée du Yamaha F225 se poursuit, très énergique, bien au-delà des 20 nœuds qui sont franchis en seulement 3’’9. Pour conclure, le Pro 7 donne satisfaction dans tous les compartiments de la navigation, et si l’on peut considérer qu’il supportera parfaitement les 250 chevaux que lui autorise sa fiche technique, il pourra tout aussi bien se contenter de 200 chevaux.



 



photo Zodiac Pro 7


photo Zodiac Pro 7


photo Zodiac Pro 7


photo Zodiac Pro 7


photo Zodiac Pro 7


photo Zodiac Pro 7


photo Zodiac Pro 7


photo Zodiac Pro 7





Qualité de réalisation        

Comportement        

Performances      

Equipement        

Adéquation programme      

Rapport qualite/prix      

Le comportement marin et le confort dans la vague
La déflexion de la carène efficace
Le poste de pilotage déporté sur tribord
L'espace libre sur le pont
L'équipement adaptable avec de nombreux accessoires
L'absence de vérins pour les couvercles de coffres
L'accès aux taquets arrière peu commode
La position du levier de gaz trop décalée
Le coffre à mouillage sans passe-ligne

Face a la concurrence…

Modéle Coaster 650 Barracuda 220 Super Pro 660 Big Game
Marque Joker Boat (Italie) BWA Nautica (Italie) Lomac (Italie)
Imporlation Hyères Espace Plaisance (83 - Hyères) Réseau de revendeurs Stélie Nautic + réseau de revendeurs
Longueur 6,57 x 2,48 m 6,65 x 2,75 m 6,48 x 2,55 m
Nb de personnes 16 15 18
Matériau flotteur CR/CSM CR/CSM CR/CSM
Prix 32 490 € (sans moteur) 26 400 € (sans moteur) 25 400 € (sans moteur)
PERFORMANCES
Vitesse maxi 42,8 nds à 5 900 tr/min
Vitesse de croisière rapide 33,1 nds à 4 500 tr/min
Vitesse de croisière economique 25,4 nds à 3 500 tr/min
Temps de jaugeage 2,8 secondes
Accélération de 0 a 20 nds 3,9 secondes
Vitesse minimale d’hydroplanage n.c.
Consommation en usage courant (estimation) 22 l/h
Autonomie en usage courant (estimation) 8 h 10 min
Hélice de l'essai 18'' intox trois pales