Essai Joker Boat Clubman 28

Une valeur sûre

Faire évoluer un modèle qui a connu une brillante carrière n’est pas toujours un exercice facile. Fort de ses 35 années d’expérience, le constructeur italien y est pourtant parfaitement arrivé. En conservant l’ADN de la marque, le nouveau Clubman 28 s’offre une cure de jouvence dont voici les principales recettes.

Texte et photos Franck Van Espen


 82 300 € sans moteur (tarif 2016)
 8.25 m
 16
 40 nds avec Yamaha 300 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 106 mars/Avril 2015



Chez Joker Boat, on a toujours joué la carte du haut de gamme et cela se remarque dès le premier coup d’œil avec une présentation générale soignée et un accastillage de qualité. Côté esthétique, le style est resté le même mais avec des flotteurs disponibles dans des teintes grises texturées mates, très tendance, issues de la gamme "Fabric Impression" d'Orca. Les deux demies plateformes qui encadrent l’unique moteur (rappelons toutefois que le bateau est aussi disponible en bimoteur) ont gagné en surface pour faciliter l'embarquement depuis un quai où tout simplement améliorer l'accès à la baignade. L’échelle de bain est intégrée dans l’une d’elle, ce qui permet de ne pas gêner la circulation et préserve l'élégance de la poupe. Un point crucial auquel le constructeur semble attacher une très grande importance, comme on peut l’observer avec le mécanisme du dossier arrière. En basculant vers le moteur, cet "obstacle" s'efface tout en ayant comme deuxième vertu d’allonger le solarium. Selon l’importateur, un système encore plus simple verra le jour sur les prochains modèles… Ce dernier nous précise que le Clubman 28 a été francisé par les Affaires Maritimes avec des dimensions "nettes" de 7,99 m et 3,09 m, un avantage pour la taxe sur la coque et la place au port… Le solarium arrière est aussi un exemple en matière de modularité. En quelques secondes, il se transforme en espace repas, en posant la table sur un tube inox. Les coffres situés sous les assises, fermes mais confortables, sont d’un volume plutôt généreux. L’un d’eux à tribord renferme une mini armoire électrique qui comporte les deux coupe-batteries. Le teck, issue d'une courte liste d'options (la dotation de série est généreuse !), recouvre la majorité du cockpit et les plats bords, ce qui renforce l’agrément général du Clubman. Autre équipement de référence : le leaning-post qui intègre une mini cuisine. Grâce à un astucieux système, le support de la banquette permet de piloter aussi bien en position assise que debout, tout en étant parfaitement protégé du vent par un pare brise efficace. En plus de son réfrigérateur de 49 litres, cette kitchenette dispose d’un évier flanqué d'un espace pour un grill à gaz. L’arrivée pour l’eau chaude est pré-installée. Lorsque le bateau est configuration bain de soleil, une tablette se déploie pour pique-niquer confortablement. Le tableau de bord est suffisamment spacieux pour accueillir un écran multifonction de bonne dimension, car celui de chez Yamaha est un peu petit à notre goût. Détail qui semble accessoire, mais la présence d’un vide-poches symbolise toute l’attention du chantier envers ses clients. Autre gros changement par rapport à l’ancienne version, la console dispose désormais d’un coin toilette avec WC électrique, relié à une cuve à eaux noires, accessible par une porte relevable sur la partie avant. Cet espace habituellement peu soigné est ici agrémenté de deux miroirs et d’une porte en teck. Quant à la partie avant, elle est occupée par un immense solarium, juste au-dessus d’un grand coffre et d’une baille à mouillage qui dissimule le guindeau. Toujours ce souci d'élégance qui caractérise les Italiens… Comme l’ancre en inox sort d'un écubier d’étrave, donc hors de la vue du pilote, un compteur de chaîne permettrait de mieux contrôler sa remontée. Le taud de soleil, dont l’emplacement est toujours un problème, est ici caché sous les coussins de la proue pour se déployer facilement. Si l’opération est assez simple, on peut simplement regretter l’encombrement de l’arceau et surtout sa proximité avec les boudins. Dans un souci de fiabilité, le constructeur est resté fidèle aux valves de gonflage en inox, plus résistantes aux chocs éventuels et au vieillissement que celles en plastique. Autre modification majeure : la carène a été totalement revue. Même si l’ancienne possédait d’excellentes capacités à passer dans le clapot, la nouvelle dispose d’un V encore plus prononcé à l'avant mais plus évolutif. Ainsi, le Clubman ne présente aucune phase de cabrage. Dès que l’on accélère, la coque conserve une assiette linéaire, hydroplanant dès 10 nœuds et 2 500 tr/min. En augmentant le régime moteur, seul le trim permet de réduire sa surface de contact avec l’eau, mais sans aucune exagération. On peut toutefois relever un gain en vitesse de l’ordre d’un où deux nœuds, selon les régimes. La commande de gaz (de type électronique) est curieusement assez ferme, mais après réflexion, cela permet aussi de mieux garder le contrôle du régime lorsqu'on navigue sur une mer plus agitée. La mer étant calme, pour tester les capacités de franchissement de cette nouvelle carène, nous avons dû nous contenter des sillages d’une hauteur d’environ 80 centimètres formés par quelques vedettes. Le résultat a été au-delà de toutes nos attentes. La coque ne transmet pratiquement pas la moindre secousse ! A plein régime, soit 6 000 tours, le six cylindres Yamaha pousse le Clubman 28 jusqu’à 40 nœuds, une performance honnête mais sans plus. Pour gagner quelques nœuds, il faudra plutôt opter pour une double motorisation (maxi 500 chevaux) mais la consommation, inévitablement, s'en ressentira. Bien qu'étant un quatre temps, le Yamaha 300 ch est nerveux et les passagers ont intérêt à bien se tenir lors d’un démarrage en "mode sport". La musicalité du V6 est toujours aussi agréable, avec des accords qui font parfois penser à ceux du célèbre flat-six de chez Porsche.



photo Joker Boat Clubman 28


photo Joker Boat Clubman 28


photo Joker Boat Clubman 28


photo Joker Boat Clubman 28





Conclusion
Le mariage Yamaha et Joker Boat forme indéniablement un couple séduisant. La nouvelle version du Clubman 28 démontre toute l’expérience du chantier, très à l’écoute des utilisateurs. La marque offre de surcroît un service de semi customisation, atout commercial non négligeable qui s'ajoute à un niveau d’agrément proche de la perfection. Classé dans le segment haut de gamme, le Clubman 28 est un bateau raffiné qui possède une multitude de détails particulièrement bien pensés pour faciliter la vie à bord. N’est-ce pas là, ce que demandent la plupart des plaisanciers ?




Ft_moteur
Aime_bien
Dyna
Concurrence
Mesures-stats