Essai MV Marine 780 Confort FB

La fougue et la classe

Ce semi-rigide haut de gamme joue sur tous les tableaux : une présentation soignée qui fait la part belle au teck et aux surfaces de farniente, un fort tempérament marin, et un cockpit confortable pour balades entre amis ou raids-croisières. à vous de choisir le programme !

Texte et photos Jacques Anglès


 37 615 € sans moteur (tarif 2008)
 7.8 m
 20
 44,8 nds avec Suzuki 250 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 66 Juillet/Août 2008




Depuis sa création en 1994, le chantier napolitain mise sur la qualité plutôt que sur la quantité. Présente en Italie, en France, en Espagne et en Croatie, la marque y jouit d'une image flatteuse par rapport à une diffusion qui reste relativement confidentielle dans chaque pays, compte tenu d'une production totale de 200 à 250 unités par an. Cette notoriété tient tout d'abord à une esthétique soignée dont témoigne le 780 Comfort. On reconnaît en effet de loin le gros flotteur blanc souligné, au niveau du liston, d'un parement noir et jaune où s'inscrit le logo du bateau, bien lisible. Et quand on s'approche, les détails viennent confirmer la sensation de qualité : plats-bords et plates-formes arrière en teck, taquets inox escamotables sur le "museau" de proue, marche-pieds antidérapants sur le boudin, design étudié, à l'exemple de la console "rentrante" (pour ne pas se cogner les genoux) ou du massif de proue avec guindeau encastré (en option), gel-coat impeccable, poignées inox pour les passagers, etc. Le flotteur est réalisé avec le même soin, en CR/CSM Orca 1670 décitex (de Pennel & Flipo). Autre trait distinctif, le MV 780 (comme d'ailleurs le 35 Vesuvus, modèle amiral du chantier) est proposé, au choix, en motorisation hors-bord (notre essai) ou in-board (avec un 225 ch Mercruiser MPI en puissance conseillée). Le second procure un pilotage plus doux (poids plus centré) mais fait perdre la grande soute arrière, aisément convertible en confortable cabine-tente grâce à un kit optionnel, qui est l'un des points forts de ce modèle. Le cockpit en deux zones avant-arrière, avec ses deux grands bains de soleil, est typiquement méditerranéen et la console de pilotage décentrée (disposition peu fréquente sur une unité de cette taille) dégage un large passage entre l'avant et l'arrière. Cet agencement procure en outre des coffres particulièrement volumineux sous les solariums, tout au moins sur la version hors-bord. On note également des détails bien pensés : rangement très pratique de la table de cockpit sous le capot de la soute arrière, logement pour un frigo optionnel prévu sous le siège frontal de console, poignées de maintien pour les passagers bien placées. Quelques critiques tout de même : le pilote ne dispose d'aucun appui en pilotage debout, la console décalée, assez étroite, n'abrite que le pilote contre les embruns, et l'accès aux plates-formes arrière est peu commode (surtout avec le roll-bar fixé sur les plats-bords). Malgré cela, on voit bien qu'il s'agit d'un bateau conçu par des gens qui naviguent, pour des gens qui naviguent. Cela se confirme sur l'eau, ou la carène, en V profond, avec deux virures et un contre-bouchain très marqué juste sous le flotteur, montre des qualités marines au-dessus de tout soupçon. Jugez-vous mêmes : sous un mistral bien établi levant une mer quelque peu chaotique avec des creux de 2 m, j'ai poussé le V6 Suzuki 250 ch à 5000 tr/mn, avec une vitesse de 30 à 35 nœuds, en toute sécurité. Certes, à ce régime, les sensations sont sportives, avec sauts de vagues suivis de réceptions bien en ligne, mais le comportement du MV 780 emporte l'adhésion, et ceci quel que soit l'angle d'attaque des vagues. Par mer de travers ou de trois-quarts avant il file droit, sans trop de coup de raquettes sous les boudins, malgré la dureté des vagues, et le pilote est à la fête, profitant d'une direction hydraulique douce qui favorise un pilotage en finesse. Par mer arrière ou trois-quarts arrière, on peut "allumer" sans risque d'enfourner en dévalant les vagues. En ligne droite, j'ai apprécié la stabilité de route, et en virages, le MV 780 a montré une excellente accroche, à laquelle contribue le puissant contre-bouchain, avec un angle de gîte modéré. Résumons : excellente stabilité en latéral (par mer de travers) comme en longitudinal, bonne réactivité au trim, inscription précise dans les trajectoires. Bref, un pilotage ludique que reflètent les excellents chronos de vitesse maxi et de déjaugeage. Dans ces conditions dures, il est toutefois préférable, pour le confort des passagers, de réduire sensiblement le rythme : à 20-25 nœuds, le MV 780 passe en douceur, et s'il le faut, on peut descendre jusqu'à 13-14 nœuds en restant déjaugé. Seule ombre au tableau, les embruns mouillent les passagers arrière par vent fort de travers, seul le pilote étant abrité par la console. à cette réserve près, le bilan est plus que positif..



photo MV Marine 780 Confort FB


photo MV Marine 780 Confort FB





Maxi_16012009-145528image_8
Maxi_16012009-145528image_9