Essai AB 15 VST

Des allures de grand

Ce petit se donne des airs de grand. Une pointe de vitesse supérieure à 30 nœuds, un cockpit en polyester bien équipé, des flotteurs de fort diamètre qui en imposent… Bref, on a du mal à se faire à l'idée que ce semi-rigide compact ne fait que 15 pieds ! Ce qui n'est pas le moindre de ses mérites.

Texte et photos Philippe Leblond


 7 414 € sans moteur (tarif 2006)
 4.55 m
 9
 31,3 nds avec Honda 50 ch 4T

6236suzukimarine570x143
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 54 Juillet/Août 2006




Ce petit semi-rigide produit au Vénézuela a le don de bluffer son monde. En apparence, il a tout d'un grand, avec ses gros flotteurs qui lui donnent de l'assise, son pont contre-moulé qui englobe la poupe et offre un grand coffre arrière, son étrave bien défendue, surmontée d'une petite delphinière en polyester, ses taquets rétractables… On sent bien, comme en atteste les cadènes de levage à l'intérieur de son cockpit, qu'il a été pensé comme un « tender » à l'intention des propriétaires de yachts américains. Pour autant, il se voit très bien dans le rôle de premier bateau de la famille, d'autant que ces qualités nautiques lui autorisent de belles balades…En embarquant par l'arrière, on note tout de suite l'importance prise par le bac moteur au détriment de la surface de cockpit. Il est vrai que la raison en est le relevage complet du moteur qui nécessite un dégagement important vers l'avant. On note aussi l'absence d'échelle de bain. Le moulage arrière, lequel aurait pu être traité antidérapant, renferme le coffre volumineux qui sert de support à l'assise de la banquette de pilotage biplace. Cette dernière, recouverte d'une sellerie de qualité, possède un dossier rabattable pour faciliter l'accès vers l'arrière. Le sac de sécurité trouvera facilement sa place dans ce coffre qui contient la batterie, et dont la base est percée de deux vide-vite pour évacuer l'eau embarquée. La console rapportée est bien dessinée avec sa face postérieure concave évitant les chocs aux genoux. Étroite, elle laisse un large passage latéral à bâbord. Elle est surmontée d’un petit pare–brise protégé par une main courante. Par contre, côté rangement, si l’accès est favorisé par le relevage du petit siège frontal, le câblage des commandes limite sérieusement le volume disponible. Mais, on peut se rattraper avec le coffre avant qui est un peu grand pour n’être qu’une baille à mouillage. Doté d’un coussin, il offre à l’escale une place assise supplémentaire. Le flotteur de 48 cm en CR/CSM est habillé sur la partie polyester d’une bande de finition qui atteste du soin apporté à l’assemblage.

Si debout, le pilote se trouve un peu à l’étroit, malgré le bon dessin de la console, assis, sa position est impeccable. Cette prise en main va nous révéler un bateau vivant à piloter, mais légèrement handicapé en évolutions serrées par le montage haut du moteur. Ce qui déclenche en virage une ventilation intempestive, nuisant un peu à l’homogénéité du comportement, par ailleurs satisfaisant, il est vrai sur une mer bien calme. Bien que le réservoir de 90 litres (un bon point pour l’autonomie) soit situé sous la console, on notera un cabrage prononcé au déjaugeage, qui s’explique par la prépondérance des masses vers l’arrière, et l’absence de mouillage dans l’étrave. Une fois la carène dans ses lignes, le Honda libère ses chevaux et profite de ce montage haut pour propulser l’AB 15 au-delà des 30 nœuds, une belle performance compte tenu du poids élevé de ce petit semi-rigide qui a décidément tout d’un grand.

.



photo AB 15 VST


photo AB 15 VST





Maxi_09052008-114012aime
Maxi_09052008-114012perf