Essai Seaclonic Family 530

Choisir la bonne puissance

Le Seaclonic est un semi-rigide léger pouvant se contenter d'une motorisation économique. Inutile d'opter pour la puissance maxi (90 ch). Nous l'avons testé avec des Honda 50 et 75 ch, et l'écart de comportement est déjà flagrant. Par ailleurs, encore à l'état de prototype, ce petit semi-rigide devrait voir son équipement évoluer.

Texte et photos Philippe Leblond


 8 990 € sans moteur (tarif 2011)
 5.2 m
 8
 31,6 nds avec Honda 50 ch 4T / 35 nds avec Honda 75 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 83 Mai/Juin 2011



Son importateur, Yves Brintet nous a tout de suite mis en garde sur quelques manques ou imperfections relevés sur ce premier exemplaire, exposé à Paris puis mis à l'eau pour notre essai. Inventaire à la Prévert des détails qui vont être revus : les taquets rétractables (un peu sous dimensionnés), les poignées de flotteurs "cheap" (la poignée chinoise de base) qui seront remplacées par de belles poignées en forme de taquets, la bande antiragage trop mince sera épaissie, les capots de coffres seront garnis de joints de caoutchouc et dotés de ressorts d'ouverture (pas encore installés), leurs charnières saillantes seront remplacées par des modèles "flush", les saisines en forme de brides seront plus ergonomiques, les pieds inox soutenant la rallonge de solarium seront télescopiques, un réservoir inox de 75 litres occupera la partie basse de la console, la baille à mouillage sera pourvue d'un capot avec passe-bout, la petite delphinière recevra un davier, le nez du bateau un guide de mouillage, enfin, le pare-brise de console sera d'un coloris différent.
En conséquence de quoi, le Seaclonic de notre essai doit être considéré comme une base de travail, mais elle montre une conception tournée vers l'utilisation familiale, le point le plus marquant étant la présence, malgré une longueur intérieure de cockpit restreinte, d'un leaning-post de pilotage en plus de la banquette arrière. Un bon point pour offrir plus de places assises, ce dernier étant un petit biplace, à l'image du siège devant la console. Nonobstant cette restriction, on devrait pouvoir asseoir jusqu'à cinq personnes, sans utiliser les flotteurs. Précisons également, que l'équipement de série du Seaclonic, version définitive, comportera outre le leaning-post, la console la banquette et les coffres, un petit bain de soleil avec rallonge, un roll-bar inox avec feux de navigation, un bastingage arrière avec anneau de traction (ski, wake), un coupe-batterie et le réservoir fixe de 75 litres. Une dotation respectable pour ce petit semi-rigide bon marché, à flotteurs PVC et cockpit autovideur, qui possède le profil type du "premier bateau".
Pour faire bonne mesure, nous avons essayé le Seaclonic avec deux des motorisations possibles : d'abord avec un Honda 50 puis avec un 75 ch (arbre long). Commençons par le BF50 qui, bien que pouvant sembler modeste pour animer ce bateau, a parfaitement rempli sa mission. Cela commence avec un temps de déjaugeage honnête (moins de cinq secondes) et un chrono de 0 à 20 nds modeste, mais loin d'être ridicule. Donc, avec deux personnes à bord et avec 25 litres de carburant, les accélérations sont convaincantes, et la vitesse de pointe aussi est "dans les clous", puisque nous avons dépassé les 30 nds à 6 100 tr/min, soit en léger surrégime. Il n'est pas certain que nous aurions fait mieux avec une hélice plus longue, et celle-ci aura le mérite de donner le change si l'on navigue plus en charge.
Au vu de ce que nous avons pu constater avec le 50 ch, nous nous doutions que le 75 ch serait proche de la limite cohérente sur ce semi-rigide court et léger. Avec le BF75, on gagne un cylindre et on double presque la cylindrée ! Autant dire que la différence s'est vite fait sentir, surtout en accélérations et en reprises. Le déjaugeage a été expédié en 3"1 et la barrière des 20 nds franchie en moins de 6 secondes ! Au-delà des 35 nds de vitesse maxi, c'est surtout les allures de croisière qui ont bénéficié du surcroît de couple offert par le 75 ch, avec plusieurs nœuds d'écart et des rendements (distance parcourue-essence consommée) qui devraient être au moins aussi bons que ceux du 50 ch.
Mais, c'est surtout en termes de comportement que la différence a été la plus flagrante. Autant le Seaclonic s'accommode sans mal du 50 ch, autant il frôle la surmotorisation avec le 75. Il est à craindre que le BF90 – même bloc que le 75 mais système V-tec en plus ! - soit la goutte qui fasse déborder le vase… À notre humble avis, il est préférable de ne pas envisager cette motorisation. Quoi qu'il en soit, avec le B50, le comportement est vif mais serein. Le trim aide à bien profiter des atouts de la carène, sans risquer de rupture d'assiette. La tenue de cap est satisfaisante, même par vent de travers (retirer un peu de trim), et le passage dans le clapot se fait sans encombre. Par contre, et ce n'est pas la faute du moteur, en virage, le Seaclonic voit son flotteur intérieur porter un peu trop, altérant la trajectoire et faisant ventiler l'hélice. Cette sérénité affichée par le Seaclonic avec le BF50 est moins évidente avec le BF75, du moins avec une ou deux personnes à bord. Les accélérations sont fulgurantes et les 395 kg du semi-rigide chinois semblent d'un coup plus légers. Avouons que nous avons éprouvé quelques difficultés à "tenir" le Seaclonic lors de nos mesures à haut régime. Il a fallu jouer de la barre et des gaz afin de contrer un roulis prenant de l'amplitude à chaque centaine de tours moteur supplémentaires. Les 35 nds ont été réussis au régime maxi et trimé, sur un petit clapot balayé par un vent soutenu. Néanmoins, cette motorisation devrait convenir pour naviguer en charge (quatre ou cinq passagers). Pour conclure, notre recommandation ira vers le nouveau Honda 60 ch, qui devrait permettre au Seaclonic de conjuguer au mieux performances et équilibre.



photo Seaclonic Family 530


photo Seaclonic Family 530


photo Seaclonic Family 530


photo Seaclonic Family 530


AU PONTON
Malgré la batterie, le coffre arrière peut accepter le sac de sécurité. Le solarium profite du coussin de siège de console pour afficher une dimension décente. L'un des principaux mérite du plan de pont et d'offrir un siège de pilotage dédié. Le coffre du siège avant ajoute un peu de rangement... Bien conçue, la console offre une position de pilotage efficace.




1