Essai Zar 61

La boîte à malices

Formenti nous a habitué à des productions sophistiquées, et le 61 n'échappe pas à la règle. L'aménagement de confort dans l'optique d'une utilisation nous réserve un tas de bonnes surprises. En revanche, si le comportement est à la hauteur, les performances sont en retrait.

Texte et photos Philippe Leblond


 38 520 € (tarif 2016)
 6.07 m
 12
 38,5 nds

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 59 Mai/Juin 2007




Les semi-rigides Zar se singularisent par une présence très développée du polyester. La proue comme la poupe englobent entièrement le flotteur et se prolongent loin vers le centre, ne laissant apparaître qu'une petite partie de tissu gonflable (de l'Orca 1 670 décitex). Ce qui a deux conséquences directes : d'une part un poids nettement plus élevé que la moyenne, et la quasi-impossibilité de s'asseoir sur les flotteurs. Autre considération, plus subjective, l'esthétique : les amateurs de pneumatiques traditionnels restent un peu tièdes face à cette silhouette si particulière… De la visite du propriétaire ressort une évidence : le Zar n'est pas avare en équipements de confort ! Les vraies places assises sont au nombre de sept (la sellerie, de très belle qualité, se montre un peu ferme), le siège biplace situé devant la console étant un modèle du genre, grâce à sa largeur et son épais dossier. Quant au siège pilote, il dispense une excellente position de conduite, que ce soit assis, ou debout, grâce à l'assise relevable en position de leaning-post. Autre point fort pour un bateau de six mètres : les bains de soleil sont au nombre de deux et de dimensions remarquables (190 x 141 cm pour celui de l'avant, 206 x 160 cm pour celui de l'arrière). De surcroît, le solarium de la proue est transformable en dînette, ce qui sera fort apprécié au mouillage. Toujours dans le registre du confort, n'oublions pas la douchette de pont avec son réservoir de 55 litres (située sous le pont avant) et la possibilité de monter un kit camping qui permet de coucher quatre adultes en utilisant les deux solariums. Enfin, côté rangement, le 61 est on ne peut plus généreux avec des cales larges et profondes (sous les deux bains de soleil, la console et le siège pilote) que l'on peut toutes verrouiller à l'aide d'un cadenas. On trouve des petits équipets supplémentaires, l'un dans l'appui-tête du bain de soleil arrière (parfait pour les amarres), les deux autres sur les plates-formes de bain, celui de bâbord contenant l'échelle. L’accastillage n’est pas en reste, avec une large delphinière antidérapante, intégrant un guindeau électrique (option), et armée de deux robustes taquets. On relève également de nombreuses mains courantes (ou poignées) en inox, de part d’autre du solarium avant, et pour les sièges passagers, sans oublier celle de la console qui protège le pare-brise et offre une bonne prise au copilote. L’arceau inox (option), facilement démontable grâce à de grosses molettes, supporte les feux de navigation et un projecteur pour les approches nocturnes. Au-delà de cet inventaire, très complet pour un semi-rigide de cette catégorie, il convient de signaler la qualité apportée à chaque composant du Zar, et sa finition irréprochable.

Impressionnant dans sa conception et son niveau de réalisation, le Zar 61 ne va pas nous décevoir en navigation. Son comportement est homogène que ce soit dans la vague, par mer de face, d’arrière ou de travers, ainsi qu’en virage. Tournant avec une gîte intérieure prononcée, il se montre très maniable et facile à contrôler, même en sollicitant toute la puissance de l’Evinrude 175 ch DI (remplacé depuis par l’E-tec) même dans les virages serrés, où l’hélice ne ventile pas. Ce V6 2-temps, à la fois léger et nerveux, contribue à donner un comportement vif à ce lourd semi-rigide, grâce à ses reprises vigoureuses.

En revanche, il ne peut pas réaliser de miracle en vitesse de pointe, où le Zar se montre plus lent que ses concurrents en restant sous les 40 nds, malgré une hélice à pas long (5 100 tr/mn de régime maxi au lieu de 5 500 tr/mn). Au final, et en dépit de ce manque relatif de vitesse, le 61 est sans doute le meilleur Zar qu’il nous ait été donné d’essayer..



photo Zar 61


photo Zar 61





Maxi_20032008-150456on_aime
Maxi_20032008-150456performances