Essai Zar 65 Suite

Effort de convivialité

Décliné à partir du 65, ce modèle baptisé "suite" se signale par un plan de pont modifié qui offre une banquette en U et une table de pique-nique ajoutant à la convivialité de ce modèle destiné aux sorties en famille. En résultent de nombreuses places assises et une surface de bain de soleil accrue.

Texte et photos Philippe Leblond


 41 460 € sans moteur (tarif 2016)
 6.5 m
 12
 38,7 nds avec Suzuki 175 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 102 Juillet/Août 2014



Le 65, qui est l'un des fers de lance de la gamme du chantier Formenti, s'est vu adjoindre trois déclinaisons qui visent à accroître encore le confort déjà remarquable qu'il propose : le 65 Suite, le 65 Plus et le 65 Suite Plus. La première, qui est celle de notre essai, ajoute au modèle de base une banquette de poupe en U qui peut recevoir une table pour le pique-nique, servant également de rallonge au solarium arrière. La version Plus est le modèle de base, mais disposant d'une console plus volumineuse pour accueillir en son sein un WC marin, tandis que la Suite Plus combine ces deux éléments de confort, ce qui en fait le bateau le plus cher des quatre. Ce qui fait aussi du 65 l'un, sinon le, semi-rigide de sa catégorie le mieux-disant en termes de confort "passif" (au mouillage) ! Nous verrons plus loin que le confort "actif" (en mer) fait aussi partie de sa partition.
Au Salon de Gênes, en embarquant sur ce modèle apparu il y a déjà plus de dix ans, pas de surprise sinon son "total look" gris (coque, pont, flotteurs et sellerie), une infidélité à l'habituel code "noir et blanc" des Zar, dévoilée l'année dernière par le chantier milanais. Déjà nanti d'une longue carrière, le Zar 65, reste pourtant d'actualité, comme nous l'a confirmé cet essai. La raison principale en revient principalement à une conception sophistiquée et clairvoyante qui, aujourd'hui encore, prête difficilement le flanc à la critique. Sa destination familiale et méditerranéenne, parfaitement assumée dès le départ, ne le trahit pas en 2014. En effet, côté confort, le 65 Suite continue de mettre "les petits plats dans les grands". En premier lieu, une surface de bain de soleil qui n'a que peut d'équivalente à bord d'un 6,50 m, avec deux solariums spacieux, et de surcroît se prêtant chacun à l'aménagement d'une dînette à l'heure de l'apéritif ou du pique-nique. Il est ainsi possible de disposer de coins-repas adultes et enfants (les jeunes pousses aussi adorent se retrouver entre elles !), avec au total facilement huit à dix convives, également répartis entre la poupe et la proue !
Autre point fort du 65 Suite, un nombre de vraies places assises en navigation, ce qui quelque part est indispensable dans la mesure où les flotteurs, emprisonnés dans leur gangue de polyester, sont inutilisables… Enfin, autre impératif d'un semi-rigide familial, parfaitement rempli par ce Zar : le rangement. Difficile d'en demander plus au 65 Suite, tant il se montre généreux et ingénieux pour ce qui est d'ingérer le matériel hétéroclite d'une famille au grand complet : grand coffre avant, rangements sous le siège devant la console, ainsi que dans cette dernière et sous l'assise pilote, sans oublier les équipets latéraux avant, celui derrière le dossier ouvrant de la banquette arrière, les coffrets à amarres de la plage de bain et, bien sûr, l'immense soute arrière. D'autant que dans cette dernière, le propriétaire (perfectionniste) a fait installer une grande plaque de plexi transparente, sur laquelle garder au sec les affaires, sans pour autant occulter les fonds. Bien vu !
Au-delà de ce cahier des charges "balade-farniente" généreusement respecté, le 65 Suite n'oublie pas l'accastillage avec de nombreuses mains courantes et poignées en inox, celle en caoutchouc des flotteurs, les taquets bien placés, les fermoirs de coffres réglables et verrouillables, les vérins pour assister l'ouverture des coffres, les goulottes de drainage et les joints de caoutchouc pour éviter les bruits parasites en navigation, les pagaies… Cela n'empêche pas Formenti de proposer une longue liste d'équipements optionnels, parmi lesquels, un taud de soleil, un kit camping sur mesure, un frigo et un guindeau électriques…
Roi de la modularité de cockpit et du détail qui fait la différence, Zar n'est pas pour autant parfait, et nous avons relevé quelques points qui mériteraient d'être améliorés. A savoir, les coussins et matelas un peu trop fermes, l'accès à la plate-forme de bain peu aisé (pas de passage dans le dossier de banquette, plats-bords étroits), la main courante de banquette arrière gênante pour les jambes, le pare-brise peu protecteur, l'absence de blocage de l'assise pilote en position leaning-post… Finalement, peu de chose au regard des nombreux points positifs.
Il est temps d'aller goûter en mer aux aptitudes du 65 Suite, dont la carène typique des autres bateaux de la marque, avec ses bouchains inversés proéminents, n'est pas sans évoquer celle des anciens Outrage de Boston Whaler. Bien installé en position debout, grâce à l'assise relevable du siège pilote, le barreur bénéficie d'une lecture parfaite des instruments, et notamment du compas situé dans son axe de vision. Premier constat, lorsque la vitesse augmente, le pare-brise assez bas ne protège pas le visage du flux d'air. Autre remarque, le DF175 fait ce qu'il peut au démarrage, mais le poids élevé du Zar plombe un peu le chrono en dépit d'un cabrage contenu. Les 20 nœuds sont franchis en près de 5 secondes... En découle une impression d'un manque de vivacité qui n'est pas rédhibitoire dans le cas du 65 Suite, à qui l'on ne réclame pas d'exploit chronométrique, considérant sa destination plutôt familiale que sportive. La vitesse de pointe inférieure à 40 nœuds, confirme un niveau de performance qui risque de s'avérer modeste si l'on navigue avec un équipage nombreux (6 à 8 passagers)… Dans ce cas, un 200 ou un 225 ch (la puissance maxi) serait préférable.
Si le poids s'avère pénalisant dans le registre de la performance chiffrée (à l'exception des rendements qui sont plutôt satisfaisants, par exemple à 3 500 et 4 000 tr/min, en croisière), c'est un allier précieux dans celui du confort à la mer. Le Zar passe dans la houle et le clapot en souplesse, et ses bouchains plaquent bien la vague d'étrave, faisant en sorte de ne pas mouiller les occupants. Et malgré le relatif manque de puissance, on apprécie la docilité et la précision de barre dans les virages de différents rayons, même lorsqu'on brutalise la manette des gaz. A 20-25 nœuds dans le clapot de 50-60 cm, le 65 Suite s'avère très agréable. Et son autonomie, supérieure à 200 nautiques, est un gage de longues promenades, ponctuées d'escales sous le soleil.



photo Zar 65 Suite


photo Zar 65 Suite


photo Zar 65 Suite


photo Zar 65 Suite


photo Zar 65 Suite





Conclusion :
Parfaitement étudié pour ce à quoi il est destiné, le 65 Suite "se plie (ou se déplie) en quatre" pour apporter un maximum d'agrément à l'équipage : nombreux sièges, solariums spacieux, dînettes (celle de la proue est optionnelle), rangements à gogo, confort en navigation… Quelques options bien ciblées permettent d'augmenter, si besoin était, les prestations de ce semi-rigide solidement construit et soigneusement fini. Pour des sorties en équipage réduit, le 175 ch est un bon choix. Dans le cas contraire, il faudra opter pour une puissance supérieure.




Moteur_zar
Aime_zar
Mesures_zar
Concurence
Mesures_stat_zar