Essai BSC Classic 61

Un classique qui tient son rang

Assez spacieux pour accueillir une famille nombreuse, ce modèle plaira aussi aux pêcheurs et plongeurs pour son cockpit bien conçu et ses nombreux rangements. à cette polyvalence, il ajoute un solide tempérament marin en signant de belles performances avec une puissance modérée.

Texte et photos Jacques Anglès


 33 500 € avec Suzuki 115 ch 4T (tarif 2009)
 6.12 m
 10
 37,5 nds
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 72 Juillet/Août 2009




Soleil printanier sur la rade d'Hyères pour cet essai en compagnie de l'importateur et de trois gamins, trop heureux de profiter de l'occasion pour pimenter leurs vacances. Pendant que le 115 ch Suzuki chauffe dans un ronron à peine audible, présentons brièvement le BSC 61. Au cœur d'une gamme de dix modèles (4,30 m à 9,98 m), le BSC 61 est un des grands classiques de la marque. Très classique il est vrai en matière de conception navale, Roberto Colzani, le fondateur de BSC, a toujours préféré l'efficacité aux effets de style, avec des carènes bien balancées et des cockpits fonctionnels. Résultat : ses bateaux sont bougrement agréables, à défaut d'être à la pointe du design ! Commençons par le test de navigation. Amarres larguées, petit coup de marche arrière pour se dégager du ponton, bref virage avant pour prendre l'axe du chenal, c'est facile. Le BSC 61 se manœuvre avec précision, sa carène en V profond évitant les dérapages intempestifs. Pendant la sortie au ralenti, je constate que mon jeune équipage se déplace à bord avec facilité à la recherche de la meilleure place, mettant en évidence deux points forts de ce bateau : la commodité de circulation et le nombre de places assises. Avec sept places dans le sens de la marche, sans compter le sun-deck avant, le BSC se montre vraiment généreux ! Chacun étant calé, j'appuie sur les gaz : à peine 3,5 secondes plus tard, le BSC 61 est déjaugé, bien en ligne, sans s’être cabré en passant sur sa vague. C'est déjà un bon point à son actif compte tenu de sa motorisation relativement modérée. Assis ou debout, la position de pilotage est correcte, mais oubliez le dossier basculant de la banquette servant d'appui fessier : trop dur ! En accélérant le bateau montre une excellente stabilité, avec une assiette sans reproche et les boudins bien dégagés de l'eau. Un bémol : la direction (monocâble) est ferme. Pas étonnant, tant elle est directe (3 tours 1/4 de butée à butée !). C'est bien pour la précision de pilotage, mais pas confortable en balade. Une démultiplication plus grande suffirait à pallier cet inconvénient avec le 115 ch ; avec un 150 ch, la direction hydraulique est conseillée (en option). Cela dit, on peut se féliciter de la vitesse de croisière de 23,4 nds à 4 000 tr/min, régime auquel le 4-cylindres reste discret et sobre (16-17 l/h). Bonne note également pour le rendement constant entre 3 500 et 4 500 tours, qui permet de moduler la vitesse de 18,7 à 27,7 nds sans consommer plus en "litres par mille" et de disposer d'une autonomie de 220 milles au meilleur rendement ! Autres points forts de cette carène décidément très réussie : sa réactivité au trim, sa facilité de franchissement dans la vague et son accroche en virage, malgré une gîte faible qui oblige à se tenir pour contrer la force centrifuge. Quant à la vitesse maxi (37,5 nœuds, carène bien "aérée", avec une stabilité parfaite), elle est remarquable avec un 115 ch. Et l'on est loin des limites dynamiques de la coque, qui devrait supporter sans problème un 150 ch pour exprimer tout son tempérament sportif, avec les 45 nœuds en vitesse-cible. Indubitablement, cette carène sortie en 2001 peut tenir la dragée haute à nombre de modèles plus récents.Fort de son tempérament marin, le BSC 61 a aussi de quoi plaire à ses passagers. à cet égard, le cockpit récolte des bons points, sans échapper totalement à la critique. Par exemple l'absence de vérins sur les capots de coffres avant, l'inconfort du dossier de pilotage en position leaning-post, le drainage imparfait du cockpit ( "gouttières" peu profondes, une seule évacuation axiale à l'arrière), et les assises de sièges fermes. On regrette aussi l'impossibilité d'installer une table et la mauvaise lisibilité du tableau de bord (cadrans à plat sur le haut de console ou masqués derrière le volant). Les bons points dominent néanmoins le tableau. Nous avons déjà souligné la commodité de circulation et le nombre de places assises, assez exceptionnel dans cette catégorie. On y ajoutera trois atouts fondamentaux : d'abord les rangements, nombreux et pratiques, à l'exemple du vide-poches fermé sous le volant ou du long coffre latéral à l'avant, pour skis ou cannes à pêche, avec des coussins permettant d'ouvrir chaque coffre sans avoir à tout enlever. Ensuite, le super-bain de soleil avant ( 2 m de long avec son allonge !), complété par un solarium arrière grâce au dossier rabattable de la banquette. Enfin l'équipement standard de qualité, sinon tout à fait complet : taquets solides, astucieux davier inox repliable, réservoir d'essence inox avec jauge réservoir d'eau installé. Pour un confort optimal, il faut passer par quelques options (échelle de bain, douche, taud de soleil allonges bains de soleil...). Mais n'oublions pas l'essentiel, à savoir une construction soignée en tout point, qu'il s'agisse de la coque polyester (solidement structurée et bien finie, avec antidérapant efficace et gel-coat sans défaut) ou du flotteur, réalisé en CR/CSM de 1 670 décitex (Orca de Pennel & Flipo) et bien protégé sur l'extérieur (proue et extrémités arrières comprises) par un double liston en caoutchouc épais.

.



photo BSC Classic 61


photo BSC Classic 61


photo BSC Classic 61





CONCLUSION
Classique avec intelligence, ainsi pourrait-on résumer les qualités de ce modèle éprouvé. Capable d'en remontrer à de plus jeunes en termes de performances et de confort, avec un cockpit très accueillant, il sait aussi se mettre au goùt du jour côté habillage. Ainsi, le millésime 2009 est livré avec un flotteur blanc rehaussé de parements couleur sable et d'une sellerie dans les mêmes tons, du meilleur effet. Chic et indémodable, ce semi-rigide ne prend pas une ride au fil des ans.




Maxi_29012010-1406046
Maxi_29012010-1407072
Maxi_29012010-1406044 Maxi_29012010-1406045 Maxi_29012010-1407073