Essai BSC Ocean Sport 80

Service complet !

Vrai, le nouveau BSC n'oublie rien. Il y a quelque chose d'agaçant à essayer de la prendre en défaut sans pouvoir le faire, sinon sur des détails… Spacieux, confortable, élégant, il n'est pas à chasser la performance pour élargir son tableau de chasse, mais ses prestations nautiques sont tout à fait en accord avec sa philosophie.

Texte et photos Philippe Leblond


 50 340 € sans moteur (tarif 2016)
 7.9 m
 18
 42,2 nds avec Suzuki 250 ch 4T
Banniere_axa

570x145_ocean
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 91 Septembre/Octobre 2012



Pimpant et convivial en diable, le pont du nouveau BSC (il a été dévoilé au Salon de Gênes l'automne dernier) incite immédiatement à un tour de propriétaire en règle. Et des choses à voir, il y a en a ! L'un des plus grands mérites de ce beau semi-rigide qui cible une clientèle familiale aisée, réside sans doute dans la profusion d'éléments de confort qu'il propose sans faire obstruction à la fonctionnalité qu'impose un usage marin. Ainsi, malgré les nombreux coffres, banquettes et la volumineuse console, la circulation à bord demeure fluide et sécurisante. Relevons notamment le passage latéral arrière vers les deux plates-formes de bain, moulées autour du bac moteur, et les passavants relativement larges. L'accastillage, généreux et facile d'accès, rend aussi les manœuvres de mouillage et d'accostage aisées. Les quatre taquets d'amarrage, fixés en surplomb des flotteurs, évitent ainsi le ragage des amarres sur le tissu enduit, le guindeau électrique (dommage qu'il ne dispose pas de télécommande…) manœuvre l'ancre à demeure sur son davier basculant, l'échelle est intégrée dans la plage de bain (pas de risque pour les pieds !), le roll-bar qui supporte les feux de navigation et le cabriolet est assez haut pour ne pas s'y cogner la tête et ses charnières permettent de le rabattre pour le transport routier. Quant aux mains courantes, elles sont bien placées et offrent une bonne prise, qu'on se tienne debout derrière le leaning-post en navigation, où qu'on s'agrippe à la console dans les passavants. Terminons avec les deux dalots habillés d'inox, percés dans la plage arrière, pour le passage des élingues vers les anneaux du tableau arrière. Encore un détail bien pensé pour faciliter le grutage du bateau.
Bien pensé, le 80 Ocean l'est aussi par le confort qu'il est en mesure d'apporter à un équipage nombreux. Comme tous les BSC, il dispose d'un nombre important de rangements, à la fois pratiques et volumineux. Ainsi rien ne "traîne" sur le pont. A commencer par les amarres qui prennent place dans des coffrets spécifiques, situés à l'extrémité des hiloires de cockpit en polyester. Pour le matériel encombrant, il y a la grande cale de poupe qui épouse la forme en U de la banquette. Un caillebotis vient couvrir le fond de coque pour que les affaires qui y sont stockées ne traînent pas dans le résidu d'eau, inévitable à cet endroit. Par contre, il est dommage que cette cale ne soit pas cloisonnée en trois coffres, puisqu'elle offre trois couvercles d'accès. Les trois coffres avant apportent aussi différentes solutions de rangement, le plus grand étant capable de recevoir skis ou planche de wake. Et si cela ne suffisait pas, on trouve aussi une cale sous les pieds du pilote, et l'abri de console, qui peut aussi servir à stocker du gros matériel. Ajoutons également les deux équipets secs du leaning-post (lorsqu'il n'est pas équipé de l'option kitchenette). Précisons que tous ces coffres sont équipés de capots à vérins, de fermoirs réglables pour cadenas et de joints de caoutchouc pour éviter les bruits parasites en navigation.
Sur le plan pur du farniente, comme tout bon semi-rigide méditerranéen, le 80 Ocean se montre généreux à l'égard des amateurs de bronzette, avec deux grands solariums (celui de la poupe vient de la conversion du carré) et une douche de pont. La convivialité est aussi l'un de ses points forts avec un carré en U, capable d'asseoir sept convives autour d'un bon pique-nique grâce à sa grande table en polyester qui s'intègre dans une empreinte du plancher, et ne pose ainsi aucun problème de stockage. Pour que rien ne manque, il est possible de monter, dans le leaning-post, une petite cuisine optionnelle qui regroupe un mini frigo, un évier et un réchaud. La cerise sur le gâteau, c'est la présence dans la console d'un WC marin électrique et d'une seconde douche (comme sur notre bateau d'essai), permettant de faire sa toilette à l'abri des regards. Et pour le réservoir d'eau douce, BSC n'a pas vu petit : 170 litres !
Après cette inspection statique, passons à l'action ! A la différence de son grand frère, le 85 Ocean (voir essai dans Pneu Mag n°87), le 80 n'est pas conçu pour la bimotorisation. Capable de recevoir un 300 ch, l'exemplaire de Passion Nautique, distributeur pour la Corse du Sud, se contente d'un Suzuki 250 ch. Nous allons voir sans tarder que cette mécanique lui convient très bien. Fort d'une belle cylindrée (3,6 l) le V6 nippon permet au BSC de planer en 4"5 et de dépasser les 20 nœuds en à peine plus de 5", grâce aussi à un cabré quasiment inexistant. L'accélération est linéaire, bien pleine, jusqu'à la vitesse maxi qui s'établit, moyennant une bonne louche de trim positif, à 42,2 nœuds. Bien sûr, d'aucuns feront la fine bouche sur cette marque somme toute courante, mais il ne faut pas perdre de vue que le 80 Ocean est assez lourd (de surcroît les réservoirs étaient pleins) et que, dans l'optique de la location, Fabrice Bousquet a opté pour une hauteur de montage moteur standard (+ 2 cm) et une hélice à pas plutôt court, comme l'indique notre léger surrégime. Les plus sportifs opteront pour le 300 ch, ce qui devrait leur permettre de dépasser à coup sûr 45 nœuds. Plus significatives sur ce type de semi-rigide sont les vitesses intermédiaires : 21,6 nds à 3 500 tr/min et 29,4 nœuds à 4 500 tr/min. Sans posséder de chiffres de consommation, on sait par expérience que c'est dans cette fourchette de régimes que sont obtenus les meilleurs rendements. Si le 80 Ocean ne se montre pas vraiment fun à la barre, il a l'avantage d'être super homogène avec cette puissance, et de pouvoir être mis entre toutes les mains, sans hésitation. Sa stabilité, tant longitudinale que latérale, est rassurante, de même que son comportement dans le gros clapot (il ne mouille pas !), le V de carène amortissant efficacement les impacts. Pour ceux qui rêvent de parties de ski nautique, le BSC s'avère très manoeuvrant en virage, tournant court même "pleins gaz", et se relançant efficacement, en l'absence totale de ventilation de l'hélice.



photo BSC Ocean Sport 80


photo BSC Ocean Sport 80


photo BSC Ocean Sport 80


photo BSC Ocean Sport 80





CONCLUSION
Vous l'aurez compris, à la lecture de cet essai, le nouveau 80 Ocean, qui rejoint les 73 et 85 dans cette nouvelle définition orientée haut de gamme, regroupe de nombreux atouts dans l'optique de sorties en famille ou entre amis : pont spacieux, nombreuses places assises, surface de farniente maximale, confort et autonomie en croisière… Ajoutez à cela un physique avantageux et un tarif bien calculé, et voilà que le 80 Ocean se classe d'emblée parmi les références du marché des 25/27 pieds "tout confort".




6
3
4
5
2