Essai Capelli Tempest 900 WA

Toujours une référence…

Cela fait bientôt cinq ans que ce grand semi-rigide de croisière balade sa silhouette sympathique le long de nos côtes. L'intelligence de sa conception, alliée à des performances de haut vol et à un comportement marin éprouvé, en font l'un des fers de lance de la gamme Tempest. D'autant que les concurrents à cabine de son niveau sont encore rares…

Texte Philippe Leblond - Photos DR


 132 260 € avec 2 x Yamaha 250 ch 4T (tarif 2016)
 9.3 m
 18
 51 nds

Yamaha_juil018_petitespuissances_728x90_v3_
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 63 Janvier/février 2008




Lors de son lancement, il y a plus de quatre ans, le Tempest 900 WA était encore un modèle marginal. Depuis, de nombreux autres constructeurs ont sorti des semi-rigides de croisière (principalement les Italiens). Pourtant, le Tempest est encore tout à fait dans le coup, pour ne pas dire une référence, LA référence... Rares sont les challengers pouvant prétendre le déboulonner dans cette catégorie des 9 à 10 mètres. D'abord, il y a son esthétique flatteuse, due autant à un dessin élégant qu'à la qualité de fabrication. Ensuite, il y a son comportement marin, en tout point remarquable. Enfin, il y a le confort et la fonctionnalité de ses aménagements, sans oublier le niveau de ses performances, avec des chiffres qui parlent d'eux-mêmes… Bref, une réussite indiscutable qui s'est encore traduite par 80 ventes en 2006. Qui dit mieux à ce niveau de prix ? Destiné à la croisière côtière, tout en disposant du potentiel pour réaliser de longues traversées (certification B, 150 à 175 milles d'autonomie), le Tempest 900 WA est doté d'un plan de pont adoptant le profil « walkaround » (dans ce cas, plutôt « sundeck »), avec une cabine sous pont, laissant de part et d'autre des espaces de circulation pour préserver la liberté de mouvements nécessaire sur un bateau digne de ce nom. Ainsi, malgré la présence de la cabine, il est aisé de se rendre du cockpit sur le solarium avant ou jusqu'au dispositif de mouillage, doté d'un guindeau électrique. Un long balcon en inox et des hiloires en polyester sécurisent les déplacements, ce qu'apprécieront les parents de jeunes enfants, d'autant que dans la partie arrière, le creux de cockpit est vraiment important. L'agencement de la poupe est d'ailleurs un modèle du genre. Le grand carré (cinq places assises) est doté d’une table amovible qui sert aussi au carré de la cabine et se convertit en un grand bain de soleil. Le leaning-post placé en dos-à-dos de la banquette médiane offre deux places, bien à l’abri du la console dotée d’un pare-brise panoramique et enveloppant. Pilote et copilote bénéficient d’une excellente position, tant assis que debout, et d’une visibilité sans obstacles. à bâbord de la banquette arrière, un passage a été ménagé pour l’accès à la petite plate-forme avec son échelle de bain. La douchette est à portée de main. à la différence de ce qui se fait souvent aujourd’hui, le bloc cuisine est à l’intérieur, à l’entrée de la cabine (on peut y tenir debout lorsque la porte est ouverte), avec son évier, son frigo et son plan de travail en Corian. Il manque quand même un réchaud, bien agréable pour le café du matin… Côté tribord, bien que dissimulé dans un coffret en bois verni, le WC marin est en espace ouvert. La grande couchette double occupe l’avant de ce beau volume ventilé par un capot de pont et deux hublots. Sans luxe ostentatoire, la cabine est l’image du reste du bateau, fonctionnelle mais bien finie, avec son sol couvert de Flexitek. Si les rangements sont nombreux à bord, on déplore toutefois l’absence d’équipets latéraux, bien pratiques pour les petites affaires. Convaincant au port, le 900 WA l’est tout autant en mer. Dans une houle de 1 m à 1,50 m, nous avons pu envoyer toute la cavalerie (500 chevaux quand même !), sans retenue. Le comportement de ce grand Tempest n’est pas seulement efficace et sûr. Il est même excitant, grâce à une paire de 4-temps (F250) doués de bonnes reprises et d’une belle sonorité. Bénéficiant d’une ergonomie de pilotage quasi parfaite, le pilote ne résiste pas au plaisir de sauter d’une vague à l’autre, d’autant que la carène fait preuve d’un équilibre et d’une souplesse peu communs. Virant avec une gîte intérieure marquée, le 900 WA tourne dans un rayon très court, malgré son gabarit, avec une précision et une docilité dignes d’éloges. Et les performances sont au diapason. Planant en moins de 5 secondes, dès 12,5 nds et 2 100 tr/mn, le 900 WA adopte sans mal une vitesse de croisière en adéquation avec le plan d’eau. Et quand le vent se calme, il peut même se payer le luxe de dépasser les 50 nœuds ! Pas mal pour un semi-rigide au confort de limousine….



photo Capelli Tempest 900 WA


photo Capelli Tempest 900 WA





Maxi_24062008-140550image_2
Maxi_24062008-140550image_3