Essai Capelli Tempest 690

Tempest, what else ?

Que dire de ce nouveau Tempest, si ce n'est qu'il est bien sous tous rapports… On pourra sans doute stigmatiser son poids sur la remorque, et son besoin d'une mécanique puissante pour atteindre le niveau de performance qui est le sien. Pour le reste, la balance penche vraiment du bon côté. Alors, que lui demander d'autre ?

Texte Philippe Leblond - Photos Philippe Leblond et Jacques Anglès


 48 340 € avec Yamaha 200 ch 4T (tarif 2008)
 6.84 m
 16
 44,9 nds

Yamaha_juil018_petitespuissances_728x90_v3_
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 66 Juillet/Août 2008




La place de Capelli dans l'univers très concurrentiel du semi-rigide de loisirs est de plus en plus consistante. Lorsqu'on observe et détaille le 690, l'une de ses dernières productions, on comprend vite les raisons de cette montée en puissance du chantier italien qui, s'il n'hésite pas à lancer de grandes unités – pourquoi laisserait-il à ses concurrents ce créneau porteur ? - N'en néglige pas pour autant son entrée et son milieu de gamme, renouvelant régulièrement les modèles existants. Il a été l'un des premiers à appliquer aux semi-rigides le "edge design", transposé avec succès du domaine automobile à celui de la plaisance par le chantier anglais Sunseeker, il y a une dizaine d'années. On retrouve bien sûr ce dessin structuré, ponctué d'arêtes vives, sur le 690, mais sans exagération. Une vraie réussite esthétique. La qualité du gel-coat, l'utilisation du simili teck (Flexitek), et l'assemblage soigné des flotteurs en tissu Orca contribuent aussi à la qualité perçue du produit, tout en tenant le pari d'une politique de prix "agressive" grâce à la délocalisation de la construction en Tunisie et à la commercialisation en packages avec Yamaha. La présence grandissante des Tempest sur notre littoral n'a donc rien de surprenant, d'autant que leurs qualités nautiques sont au diapason. Ce qui frappe lors de l'inspection du Tempest 690, c'est l'apport massif d'éléments de confort, combiné au souci de préserver la fonctionnalité propre au semi-rigide. La facilité de circulation en est un exemple. Les plates-formes de part et d'autre du moteur, les plats-bords en polyester, couverts de Flexiteck (un bon antidérapant), le passage latéral, le long de la banquette à bâbord, et les passavants de chaque côté de la console garantissent des déplacements sûrs et aisés. La facilité d’accès aux rangements et leur nombre témoignent aussi de ce sens pratique. La grande cale arrière qui ouvre facilement, grâce à deux vérins à gaz, présente un grand volume proprement agencé, contenant la batterie, la pompe de cale et le câblage du moteur avec la poire d’amorçage, sans pour autant gêner le chargement. La présence du coupe-circuit dans une niche dédiée, à la base de la banquette, est aussi très commode. Par ailleurs, la base du leaning-post (coffre non étanche) et un vide-poches avec porte en vrai teck, côté pilotage, apportent un peu de rangement supplémentaire dans cette partie du bateau. Reste ensuite le très volumineux coffre sec de la proue et la baille à mouillage indépendante, qui servent de support à un vaste solarium. Un second bain de soleil est en projet à l'arrière (114 x 154 cm), dans le cas où l'on ne sert pas de la jolie tablette en teck, articulée sur le dos du leaning-post, autour de laquelle on peut prendre l'apéritif à cinq, en utilisant les flotteurs. En navigation, en comptant le siège frontal de console, on peut asseoir confortablement six personnes. Et les amateurs de baignade ne sont pas en reste, avec le passage latéral arrière qui mène à la plate-forme avec échelle, et dans lequel se trouve logée la douche de pont. En termes d'accastillage, le Tempest est bien pourvu aussi. On apprécie les quatre taquets bien dimensionnés et placés stratégiquement, l'élégant roll-bar en inox (rabattable pour le transport) qui supporte les feux de navigation, l'échelle de bain en inox et teck, non coffrée mais pratique, l'option du guideau traversant avec ancre sur écubier d'étrave… En revanche, le placement de la main courante de leaning-post, destinée aux passagers arrière (debout par mer formée), empêche de s'y asseoir, et la delphinière en polyester ne possède pas d'antidérapant (évitez d'embarquer par l'avant !). On peut aussi souligner l'absence de renforts de flotteurs à mi-longueur, seul endroit où l'on peut s'y asseoir, et les saisines peu ergonomiques. Pour le reste, comme pour le poste de pilotage bien agencé, avec pare-brise très protecteur, où la qualité de la finition, force est de constater que l'on ne trouve pas grand-chose à redire. Bien que produisant des performances élevées, le Tempest 690 reste très homogène dans son comportement. Il est d'une prise en main facile, et ses réactions sont "soft" même lorsqu'on exploite toute la puissance du moteur. Sa pointe de vitesse à près de 45 nœuds, avec le concours d'un réglage de trim nettement positif, est plus que respectable pour un semi-rigide à l'équipement complet. Au régime maxi, c'est tout juste si l'on constate une amorce de roulis. En revanche, on ne décèle aucun mouvement de "pompage" qui se produit parfois sur ce type de semi-rigide à la largeur de proue généreuse, lorsque l'air se compresse sous elle. Bref, une stabilité de cap et d'assiette qui incite le pilote à profiter sans arrière-pensée du potentiel nautique de ce semi-rigide prompt à déjauger (3''3 seulement !) et capable de soutenir sans effort, et dans le confort, des allures de croisière de 22 à 27 nœuds (de 3 500 à 4 000 tr. mn). Bien en accord avec son utilisation familiale, le Tempest 690 n'en est pas pour autant un semi-rigide de sport. Le comportement dynamique est prévenant et le confort de navigation privilégié aux sensations fortes. Ainsi, le bateau vire avec une gîte intérieure assez limitée et une légère glisse, qui rend les virages rapides moins physiques pour l'équipage. La carène ressort des courbes énergiquement, grâce à une motricité qui n'est pas prise en défaut (pas de ventilation). Elle dispense aussi un confort appréciable dans le clapot, et s'avère bien équilibrée lorsqu'on la bouscule un peu dans la houle (plus d'un mètre avec force 5 en sortie de baie de La Ciotat). Les réceptions s'effectuent en souplesse, et l'assiette reste sereine. La bonne position de conduite (debout seulement), la douceur et la précision des commandes participent aussi au plaisir de mener ce semi-rigide qui s'accommode parfaitement des 200 chevaux du Yamaha 4-temps. Il est possible d'opter pour un moteur moins puissant, mais pas en dessous de 150 ch, car le Tempest est assez lourd. .



photo Capelli Tempest 690


photo Capelli Tempest 690


photo Capelli Tempest 690





CONCLUSION
Correctement construit, habilement fini, intelligent de conception, le Tempest 690 s'installe d'emblée parmi les références du marché des moins de sept mètres (pas de taxe). D'autant qu'à cette esthétique soignée et à ce confort familial (solarium, carré, nombreuses places assises, rangements multiples), il ajoute une belle efficacité en navigation, alliant confort et performances.




Maxi_16012009-133858image_6
Maxi_16012009-133955image_2
Maxi_16012009-133858image_4 Maxi_16012009-133858image_5 Maxi_16012009-133955image_3