Essai Capelli Tempest 1000 CC

Top confort pour la famille !

Tenue de mer, confort du pont et équipement complet sont les premiers points forts de ce familial qui en affiche beaucoup d'autres. Les performances ne sont pas en reste avec la motorisation 2 x 250 ch Yamaha de notre essai. Bref, tout ce qu'il faut pour de belles escapades avec famille et amis.

Texte et photos Jacques Anglès


 151 220 € avec Yamaha 2 x 250 ch 4T (tarif 2016)
 9.62 m
 22
 45 nds
Banniere_axa

4_yamjui20_ban_pubgammehb_540x245
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 103 septembre/Octobre 2014



Au large de Cavalaire, le mistral nettoie le ciel de ses derniers nuages et des crêtes scintillantes fleurissent la mer qui se creuse rapidement. Des conditions idéales, à défaut d'être confortables, pour évaluer ce grand canot. Cap au large donc, pour voir ce que le bougre a dans le ventre, en remettant à plus tard la traditionnelle revue de détail. Rappelons que ce modèle se décline en deux versions : Open (1000 CC) ou à cabine (1000 WA). Affichant 900 kg de moins que le WA, le 1000 CC peut adopter une motorisation moins puissante (en l'occurrence deux V8 Yamaha de 250 ch), avec à la clé une économie substantielle. En outre, il offre une cabine qui, sans rivaliser avec le luxe du 1000 WA, permet des week-ends à deux avec un confort suffisant. Abrité par la haute console surmontée d'un pare-brise panoramique très protecteur, le poste de pilotage est sans reproche : volant et commandes tombent bien sous les mains, et le leaning-post-banquette assure un excellent appui lombaire. On y dispose de deux larges places pour le pilote et le copilote, voire trois en se serrant un peu. Et pour se tenir en navigation, une bonne poignée en inox et la solide main-courante qui encadre le pare-brise font parfaitement l'affaire. J'opte pour le pilotage debout, la position assise étant moins agréable (malgré un bon cale-pied) car trop haute par rapport au volant et à la commande de gaz.
Deux ou trois tests brefs avant de lancer l'attaque, et c'est parti ! Avec un appui franc sur la double poigne de gaz, le déjaugeage en trois secondes ressemble à un coup de pied au c..., mais la coque reste parfaitement en ligne et ne lève pas le nez d'un iota. Les V6 Yam' ont du punch et le prouvent, avec tout juste 4,6 secondes pour atteindre les vingt nœuds ! On en oublierait presque que le programme de ce modèle est d'abord la balade… Dans des creux d'un bon mètre, pouce sur la commande de trim pour régler l'assiette au mieux, cette carène (relativement étroite pour sa longueur) s'avère "passante" et autorise des vitesses élevées tout en restant confortable (20-25 nœuds par mer de face, plus de 30 par mer de travers et arrière). Stabilité et tenue de cap sont au rendez-vous, de même que l'accroche et la précision des trajectoires en virages. La sensation de sécurité, constante, et le chrono maxi de 45 nœuds viennent couronner un bilan dynamique sans reproche.
Bien qu'il montre d'indéniables qualités sportives (confirmées par un chrono de 53 nœuds avec 2 x 300 ch), le programme de prédilection de cet open à console centrale est la balade estivale en équipage nombreux, grâce un pont très spacieux et fort bien conçu. Comptez bien : à six, c'est du luxe, à huit c'est encore du grand standing, jusqu'à douze cela reste correct, au-dessus on tend vers la colonie de vacances ! Au premier coup d'œil, on remarque l'impressionnante surface du pont-solarium avant, qui offre quatre à cinq places pour lézarder au soleil (à condition de se passer du balcon inox optionnel qui en réduit l'espace). Le grand carré arrière, avec sa banquette circulaire en mesure d'accueillir huit convives offre lui aussi un bel espace. On n'y regrette que la table de série, juste suffisante pour les apéros, soit trop petite pour les repas. Le chantier se doit d'améliorer ce point. À défaut, on peut acheter ou bricoler facilement un plateau plus large. À l'heure du farniente, ce même carré se convertit en second solarium, grâce à un kit inclus dans l'équipement standard et, à l'arrière, un portillon de sécurité facilite le passage vers l'échelle de bain. La zone centrale est elle aussi bien conçue. Outre le poste de pilotage déjà évoqué plus haut, la cabine sous la console s'avère assez confortable pour des nuitées occasionnelles malgré sa hauteur limitée, avec une banquette côté bâbord (transformable en couchette double) et, côté tribord, un frigo et un WC. Avec la cuisine dissimulée sous l'assise du leaning-post (dotée d'un réchaud à gaz mono feu et d'un évier), le confort est complet. Dans l'ensemble, le 1000 CC mérite donc une très bonne note de confort et de convivialité, le seul bémol concernant le manque de fluidité des déplacements (passage carré-zone centrale, passavants étroits). L'équipement de série mérite également quatre étoiles, avec roll-bar en polyester, guindeau électrique, réfrigérateur, cuisine équipée, WC marin, douche de pont, etc., soit toute une série d'équipements habituellement vendus en option. Pour "finir" parfaitement ce bateau, il ne faut ajouter que le taud de soleil (pour le confort au mouillage) et la direction assistée, indispensable avec ce type de motorisation. Ajoutons pour terminer que la réalisation reflète la grande expérience du chantier : c'est sérieux sans faire de tape-à-l'œil, tant pour le flotteur (Néoprène-Hypalon Orca 1 670 dtx de Pennel & Flipo, double liston périphérique, renforts et mains courantes bien placés) que pour le polyester (bonne rigidité structurelle, gel-coat sans défaut, antidérapant efficace en fond de cockpit, panneaux de coffres renforcés). De même, l'accastillage est complet et de bonne facture, à l'image du davier basculant, des taquets robustes, des fermoirs de coffre à tension réglable, des vérins de retenue sur les capots ou des parements en Flexiteck sur les plats-bords. Enfin, comme toujours chez Capelli, l'esthétique est moderne mais sait éviter les effets de manche spectaculaire, avec une conception qui n'oublie jamais les aspects fonctionnels.



photo Capelli Tempest 1000 CC


photo Capelli Tempest 1000 CC


photo Capelli Tempest 1000 CC


photo Capelli Tempest 1000 CC





Conclusion :
Avec une accumulation de bons points, en dynamique comme en confort de vie, face auxquels de rares réserves, ce grand day-boat apparaît bien placé dans sa catégorie, d'autant plus que son tarif est attractif et son équipement complet. La motorisation 2 x 250 ch fait valoir son tempérament sportif et sûr. Avec 2 x 300 ch, c'est un missile, mais il reste facile à piloter. A défaut d'être d'une autre marque, son principal concurrent pourrait bien être le Tempest 900 WA, un petit frère au programme et aux performances pratiquement identiques, pour un budget nettement inférieur.




Moteurs
Appreciations
Mesure_dyn
Concurence
Mesures_stat