Essai Capelli Tempest 800 Open

De multiples atouts

Ce nouveau Tempest prête guère le flanc à la critique. Ces points forts sont nombreux et concernent tout autant ses aptitudes statiques, avec un pont bien organisé et accueillant, que dynamiques, avec un pilotage sain et plaisant, assorti de performances de haut niveau. Succès en cours !

Texte et photos Philippe Leblond


 82 360 € avec Yamaha 300 ch 4T (tarif 2016)
 7.91 m
 18
 45
Banniere_axa

4_yamjui20_ban_pubgammehb_540x245
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 105 Janvier/Février 2015



Ce nouveau semi-rigide de la gamme familiale du constructeur italien (arrivé chez les revendeurs au printemps 2014) ne dévoile rien d'exceptionnel, ne se singularise par aucune astuce de conception inédite, mais il réunit peu ou prou, tous les ingrédients de la recette d'un succès annoncé. Passons sur la qualité de fabrication qui, bien qu'étant dévolue à son chantier tunisien, donne de belles garanties, de même qu'au soin apporté à la finition, comparable à celui appliqué dans les ateliers italiens. Cette qualité positionne les Tempest un peu au-dessus de la moyenne, tout en leur permettant de se proposer à un tarif très concurrentiel, du fait également du partenariat commercial avec Yamaha qui, depuis plus de dix ans, fait de Capelli l'un des leaders sur le marché français du semi-rigide. Tubes bien coupés et assemblés dans la longueur (à l'italienne), mais sans variation du diamètre (ce qui donne un nez esthétiquement un peu lourd), polyester blanc cassé d'un brillant uniforme, accessoires solidement fixés… Pas besoin de scruter dans le détail le nouveau 800 open pour comprendre qu'il est fidèle aux exigences de la marque. Et pour ce qui est de celles des utilisateurs, dont le profil correspond à la famille ou à un groupe d'amis avides de farniente dans les criques aux eaux chaudes et translucides, le 800 Open ne devrait pas les décevoir, déployant à leur intention un confort remarquable à tous égards, à l'exception des coussins dont la mousse est un peu raide… En effet, en termes de plan de pont, ce nouveau Capelli a tout bon. Il y a, bien sûr, les deux spacieux solariums dont la surface cumulée excède les six mètres carrés, les nombreuses places assises (une douzaine, grâce à la grande banquette de poupe en U !), la volumineuse console, qui offre une protection appréciable au pilote et copilote en navigation, et abrite un WC (chimique en standard, marin en option, avec réservoirs d'eaux noires), les deux plates-formes de bain, agrémentées de la douchette, et la possibilité de dresser deux tables de pique-nique à l'escale, en convertissant les deux bains de soleil, sans oublier le meuble "cuisine" pouvant s'équiper d'un frigo, d'un réchaud ou d'une plancha. A cela s'ajoute d'autres options (mât de ski, sono hi-fi, revêtement de pont en simili teck) dont on peut regretter que certaines ne soient pas de série, tel que le guindeau électrique, justifié par la masse du bateau (près de 2,5 tonnes en charge), ou le taud de soleil, mais qui n'est pas proposé sans le coûteux arceau polyester (5 657 € à lui seul !).
Autre point fort de l'aménagement du Capelli : la préservation des espaces de circulation. Malgré tous ces éléments de confort, les déplacements sur le pont se font sans encombre, que ce soit pour se rendre au solarium/carré à la proue, ou pour la manœuvre de mouillage (la large delphinière, formée d'un coqueron de polyester peut également servir à débarquer pas l'avant), s'installer autour du carré de poupe ou accéder à la baignade par un passage ouvert spécialement dans le dossier de la banquette. Dernier point d'importance pour les sorties en équipage nombreux : le rangement. Le 800 Open est capable de stocker toutes les affaires de ses passagers grâce à sa grande cale arrière (skis, wake-board), son coffre avant et, bien sûr, la généreuse console (1,42 m de hauteur intérieure). Il y a aussi le socle du leaning-post/kitchenette, à condition que l'option frigo ne vienne pas condamner le coffre.
Avant de quitter le port, les manœuvres de dégagement du ponton nous donne l'occasion d'apprécier la stabilité latérale du Tempest, avec des flotteurs au contact de l'eau. De bon augure pour les mouillages, pas toujours à l'état de piscine. Le gros V6 de 300 chevaux (près de 4,2 litres de cylindrée !), presque inaudible au ralenti, se réveille lorsqu'on pousse les gaz, une fois franchi le balisage des 300 mètres qui parcourt la baie de Cavalaire. Le Tempest 800 (qui a été mis à notre disposition par l'agent de La Croix-Valmer, Rio & Fils) bondit hors de l'eau, presque sans cabrer, adoptant son assiette planante en moins de 4 secondes, tandis que la marque des 20 nœuds tombe la seconde suivante. Il n'y a pas à dire, le coupleux V6 ne manque pas d'énergie, faisant entendre un grognement rageur, mais pas aussi mélodieux qu'attendu. Quelques touches sur le bouton de trim, et la carène continue de s'aérer sans pour autant donner de signes de roulis. Alors que nous touchons le régime maxi de 5 700 tr/min, les cristaux liquides du GPS se figent sur 45,1 nœuds. Une belle perf, considérant le gabarit du Tempest 800, et l'antifouling nappant ses œuvres vives occasionnant un "frein" évalué à 4 nœuds ! Un familial à près de 50 nœuds, cela pourrait devenir sportif, mais nous ne sommes pas du tout inquiets, en raison de la stabilité et de la facilité de prise en main. Vérification faite, en sautant le sillage bien creux d'un Guy Couach, ou en enchaînant les virages rapides et serrés avec docilité et précision. Toutefois, la vocation de ce Tempest est avant tout la promenade en bord de côte, même si sa certification B l'autorise à certaines traversées. Dans le petit clapot rencontré à Cavalaire, il "déambule" calmement à 4 000 tr/min, soit à 28,7 nœuds, tout en conservant une consommation acceptable (44 l/h), et sans que les occupants aient besoin de hausser la voix pour se féliciter du confort de navigation. Parvenu en "recherche" de mouillage, en bord de côte, le Capelli profite de son V évolutif pour planer dans le calme à seulement 2 400 tr/min (11,3 nœuds), bien à plat, sans que le visibilité du pilote vers l'avant ne soit gênée.



photo Capelli Tempest 800 Open


photo Capelli Tempest 800 Open


photo Capelli Tempest 800 Open


photo Capelli Tempest 800 Open





Conclusion :
Devant une demande grandissante pour un modèle venant combler le trou existant dans la gamme Tempest, entre le 770 et le 850, Capelli a sauté le pas et dévoilé au Nautic de Paris 2013 ce nouveau 800 qui a déjà trouvé sa clientèle. Proposé en package avec deux niveaux de puissances (250 et 300 ch), l'écart de prix anecdotique (2 000 €) nous ferait choisir le 300 ch. Etonnamment, il n'est pas proposé avec le F225F, qui serait encore à même de donner vie à ce beau semi-rigide…




Aime
Moteur
Dyn
Concur
Stat