Essai Capelli Tempest 600 Open

Les recettes d'un "bon plan"…

Pour 30 000 euros, l'offre combinée de Capelli et Yamaha a vraiment de quoi séduire… Ce 6 mètres, bien servi par le F115, se montre performant et vivant à piloter. Son plan de pont offre, par ailleurs, de solides atouts pour les escales "farniente" au soleil. Une bonne "pioche", assurément, malgré quelques réserves…

Texte et photos Philippe Leblond


 30 700 € avec Yamaha 100 ch 4T (tarif 2016)
 5.92 m
 12
 38,7 nds avec Yamaha 115 ch 4T
Banniere_axa

4_yamjui20_ban_pubgammehb_540x245
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 108 Mars/Avril 2015



Même sur notre marché national pléthorique, les semi-rigides "confort" de 6 mètres et équipés d'un 115 ch ne sont pas légion à afficher un prix de vente de 30 000 €. Apparu l'an dernier, ce nouveau Tempest vient opportunément remplacer feu le Tempest 626, pour s'intercaler entre le 570 et le 650. Certes, il ne possède pas l'ampleur de pont du 650, mais comme lui, il propose deux vrais solariums, ce qui n'est pas tout à fait le cas du 570, dont la conversion de banquette arrière pour le bain de soleil peut au mieux accueillir un ou deux enfants. Voyons plus en détail le plan de pont de ce Tempest 600, mis à notre disposition par l'agent de La Croix-Valmer, Rio & Fils… En embarquant par l'arrière, via la petite plate-forme de bain, on apprécie la commodité du passage latéral laissé libre sur bâbord par la banquette arrière. Mais, cet atout pratique a un prix : il prive la banquette d'une troisième vraie place assise, ce que l'on peut regretter dans la mesure ou la face avant de la console n'offre pas de siège, contrairement à celle du 570. Concernant le siège de pilotage, un classique siège-coffre sur notre bateau d'essai, le chantier a la bonne idée de proposer, contre un supplément de 216 €, un leaning-post qui possède l'avantage de disposer d'une tablette pour le pique-nique et d'un volume de rangement comparable, sinon supérieur, à celui du siège standard. Tout en offrant une ergonomie de conduite meilleure, quand bien même le dossier dudit siège peut se rabattre vers l'avant pour profiter d'un appui fessier debout. Pour autant, on regrettera que Capelli continue de fournir des consoles pleines sur leur face arrière, au grand dam des genoux qui peuvent en voir de toutes les couleurs lors de sorties en mer formée. Globalement, on se sent bien installé derrière le volant et le boîtier de commandes, placés à bonne hauteur. Il n'en reste pas moins que ce siège n'est pas vraiment biplace. La main courante de pare-brise offre cependant une bonne prise à l'éventuel copilote qui pourra poser une fesse sur la partie libre du siège. Le tableau de bord, spacieux, réserve une bonne place pour l'intégration d'un combiné sondeur/GPS, et n'oublie pas un petit vide-poches toujours pratique, mais souvent boudé par les constructeurs. On notera tout de même l'absence de siège sur la face avant de la console. Le parti pris s'est fait ici en faveur de la liberté de mouvement et de la surface de bain de soleil, la rallonge de ce dernier venant en appui sur la console pour afficher la longueur exceptionnelle de 202 cm. Ceci, au détriment des vraies places assises, au nombre de trois à quatre (passage latéral arrière, siège pilote plutôt monoplace)… A l'heure de l'apéritif, on appréciera la présence de la petite table qui se dresse rapidement sur son pied amovible au creux du solarium et la stabilité latérale du Tempest 600, bien en appui sur ses flotteurs au mouillage. Autre bon point : la capacité de rangement. On pense à la soute sous la banquette arrière, aux coffres du siège de pilotage et de la console, mais surtout à l'immense cale située sous le solarium avant, dont l'ouverture est assisté par deux vérins. Petit bémol concernant le puits de mouillage, dont le capot est dépourvu de passe-ligne…
Il est bien temps de s'arracher au ponton de la capitainerie du port de Cavalaire pour aller tâter du pilotage de ce nouveau Capelli. Il n'y a pas que le Tempest qui soit nouveau, le Yamaha F115 l'est aussi ! Dès le premier coup de gaz, il fait apprécier son punch qui lui permet de sortir de l'eau en moins de quatre secondes et de casser la barrière des 20 nœuds en moins de six. Des résultats encourageants pour un bateau équipé confort et qui pourrait "embarquer" 25 chevaux supplémentaires (puissance maxi homologuée 140 ch)… . Avec celui-ci, il devrait dépasser les 40 nœuds, ce qui en ferait un bateau rapide au regard de son format et de sa destination résolument familiale… Mais tel quel, avec le F115, il est loin de se montrer apathique, accélérant vigoureusement jusqu'au régime maxi, tout en générant un peu d'effet de couple obligeant à tenir la barre plus fermement (pas d'hydraulique en standard), et le faisant s'incliner quelque peu sur bâbord. Ce mouvement parasite gâte un peu le confort de pilotage, mais devrait se dissiper moyennant un réglage fin de la dérive anticouple. Autre petit inconvénient dans le domaine du comportement, une tendance à "tomber" sur son flotteur intérieur dans les virages pris en mode sportif. Lorsqu'on braque serré, la gîte intérieure soudainement excessive incite à ne pas remettre trop de gaz en sortie. Par ailleurs, portant sur le flotteur intérieur, la carène perd de son accroche et de sa précision de trajectoire. En ligne droite, à la recherche de la vitesse maxi, le trim s'avère bien utile pour gratter quelques nœuds et atteindre les 5 800 tr/min, tout près du régime maxi préconisé. Le rendement est alors meilleur qu'à 5 500 tr/min, grâce à un gain de vitesse substantiel et à une consommation inférieure. Le ratio proche de 1 mille par litre est assez exceptionnel, tout comme il l'est aux régimes de croisière avec 1,35 m/l à 3 000 tr/min (15,2 nœuds) et 1,11 milles à 4 500 tr/min (26,3 nœuds). A ses allures, le moteur distille une sonorité discrète et le passage dans le clapot se fait assez confortablement. Quelques sauts dans les sillages de bateaux de passage, n'ont pu éviter quelques impacts secs, mais n'ont pas manqué de faire apprécier la rigidité structurelle du Tempest 600, témoignant du sérieux de sa construction.



photo Capelli Tempest 600 Open


photo Capelli Tempest 600 Open


photo Capelli Tempest 600 Open


photo Capelli Tempest 600 Open





Conclusion
Notre bateau d'essai était le premier exemplaire de cet ensemble pour lequel le chantier italien espère de gros volumes de ventes. Il est vrai qu'avec son gabarit passe-partout (moins de 800 kg avec le moteur et une largeur au gabarit routier, flotteurs gonflés), avec ses deux solariums, ainsi que son esthétique soignée et son prix tiré à quatre épingles, il possède de sérieux atouts. C'est l'avenir qui nous le dira, et même si quelques détails dénotent un peu dans cette panoplie de premier de la classe, notre première impression est favorable.




Moteur-fr
Aim_bien
Mesures_dyna
Concurrence
Mesures