Essai Francqueville F 688

Tendance 4 X 4 des mers

Aux commandes de ce canot, on ne se pose pas de questions quand il faut passer dans la mer formée : sa coque en alu à toute épreuve n'a peur de rien. Bateau de travail ou d'intervention en mer, c'est aussi un candidat sérieux pour passionnés de pêche large ou de plongée en mode baroudeur.

Texte et photos Jacques Anglès


 39 500 € sans moteur (tarif 2014)
 6.95 m
 16
 44,3 nds avec Honda 250 ch 4T

Bannie_re-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 101 Mai/Juin 2014



Taillé pour affronter la mer dans tous ses états, ce semi-rigide à coque tout aluminium est le premier modèle du jeune chantier marseillais créé par Philippe Francqueville. Plongé dès l'enfance dans la grande marmite du nautisme, formé en chantier naval et passionné de chaudronnerie alu, ce jeune entrepreneur avait donc de solides atouts en main pour construire "son" F 688, début 2012. Le résultat ? Un canot qui a de la gueule et inspire tout de suite confiance, avec sa proue rehaussée, son poste de pilotage style pro, avec le volant à peine incliné sur une console volumineuse associée à un large leaning-post biplace.
En atout maître, la coque tout alu montre un travail de chaudronnerie particulièrement soigné, sur une structure serrée de varangues/cloisons, de longerons et de lisses. Cet ensemble soudé compose une véritable poutre d'une rigidité absolue, tout en offrant un volume étanche qui rend l'engin totalement insubmersible, même avec le flotteur dégonflé. Le réservoir de carburant installé dans les fonds et le coffre arrière sont intégrés à cette structure soudée et concourent eux aussi à sa rigidité, de même que le plancher, lui aussi en alu. Ce dernier remonte largement sur les côtés afin d'assurer une bonne protection du flotteur. On dispose ainsi d'un vaste cockpit de plain-pied, sûr en navigation grâce à son franc-bord de belle hauteur, et assurant une circulation très facile grâce aux larges passavants (38 cm). Les seuls aménagements standard sont le poste de pilotage (console et leaning-post) et deux coffres (mouillage à l'avant, rangement à l'arrière). La console et le leaning-post, eux aussi en alu, réservent en outre deux rangements complémentaires de bonne dimension. Le T-Top qui équipe le F 688 de cet essai est optionnel. Le flotteur de gros diamètre est bien entendu réalisé en Néoprène-Hypalon, avec protection périphérique par un double liston et chemin de chaîne en caoutchouc pour préserver la proue du ragage de la ligne de mouillage. On appréciera aussi la présence de deux lignes de saisines en nylon tout le long du flotteur, à l'extérieur et à l'intérieur. Si l'ensemble dégage une impression de robustesse à toute épreuve, quelques points restent toutefois à peaufiner, notamment l'accès à l'échelle de plongée arrière (non fournie).
Côté carène, l'étrave haute et puissante est taillée pour passer dans les vagues sans risque d'enfournement. Assez pincé à l'avant, le V s'évase progressivement vers la poupe, avec un dièdre de 20 degrés au tableau arrière et une forme légèrement concave améliorant la portance. Enfin, l'installation du moteur sur bracket offre plus de commodité en cas de démontage. Équipé d'un 250 ch Honda (la puissance maximale autorisée), le F 688 révèle un fort tempérament marin dès que l'on prend les commandes. On apprécie tout de suite le confort du poste de pilotage, notamment grâce au leaning-post bien dessiné et souple. Bravo aussi pour la console, dont l'inclinaison vers le pilote et la face arrière "rentrante" évitent de se cogner les genoux, même en navigation sportive (une forme dont de nombreux constructeurs devraient s'inspirer). Très vif au déjaugeage, le F 688 s'élève sans cabrer et accélère rapidement. La direction hydraulique relativement peu démultipliée (4,5 tours) permet un pilotage précis en toutes circonstances. Parfaitement dans l'esprit de ce modèle, le grand volant presque à plat (avec maneton de manoeuvre, façon fishing-pro) n'incite pas aux fantaisies de pilotage, mais il procure en revanche beaucoup de confort pour aller loin et vite. Quelle que soit la vitesse, le F 688 dégage une sensation de sécurité permanente, à laquelle concoure largement la rigidité exceptionnelle de la coque en alu, bien supérieure aux carènes en composite (à l'exception de certaines coques de course). Une robustesse que l'on appréciera particulièrement par gros temps, où l'on pourra continuer à progresser rapidement s'il le faut, sans crainte de casser quoi que ce soit. En outre, l'excellente réactivité au trim permet d'ajuster l'assiette à l'allure et à l'état de la mer pour trouver le meilleur compromis vitesse/confort, sans jamais déséquilibrer le bateau, même si l'on trime à l'excès. En résumé, ce 4 x 4 des mers tient ses promesses, en précisant tout de même qu'il s'adresse à une clientèle aux attentes spécifiques.



photo Francqueville F 688


photo Francqueville F 688


photo Francqueville F 688


photo Francqueville F 688


Au Ponton
Bien qu'il soit superbement travaillé, l'aluminium brut confère au F 688 une allure de 4 x 4 des mers qui attire la curiosité sur les pontons, principalement du côté de la clientèle masculine, les dames notant plutôt son caractère rustique : ni bain de soleil ni banquette, encore moins de coin-repas ou de douche ! Les pêcheurs et plongeurs verront dans son cockpit totalement dégagé la possibilité d'embarquer facilement le matériel de leur passion, voire d'y ajouter quelques équipements spécifiques, vivier et porte-cannes pour les uns, râtelier à bouteilles et échelle perroquet pour les autres. Assurément, le choix de ce modèle ne peut être guidé que par une passion !




En Mer
Doté d'un 250 ch, le F 688 procure une sensation de sécurité constante due à sa robustesse de coffre-fort et à son équilibre dynamique. Dès le déjaugeage, la carène montre une stabilité latérale sans faille, un réglage d'assiette facile grâce à un trim réactif et une stabilité de route qui permet de lâcher le volant sans dévier du cap. En virages, l'attaque est franche, avec une gîte modérée et une accroche jamais prise en défaut (tenez-vous bien pour compenser la force centrifuge !). Les chronos sont excellents (0 à 20 nds en 5 secondes et V-max de 44,3 nds), mais le vrai point fort de ce canot, c'est sa capacité de conserver une vitesse élevée dans la mer formée, en sécurité.




Perf
Aime