Essai Brig Eagle 780 Overnight

Bien dans sa coque

Ce grand semi-rigide venu de l'Est n'a sans doute pas le pouvoir de séduction des belles réalisations italiennes, mais il n'en présente pas moins de solides arguments, le principal étant un comportement marin alliant confort, performance et sécurité. Le plan de pont a aussi le mérite d'héberger une console/cabine autorisant de passer une nuit à bord.

Texte et photos Philippe Leblond


 43 337 € (PVC Mirasol) sans moteur (tarif 2016)
 7.85 m
 16
 43,1 nds avec Mercury Verado 300 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Essai paru le 16/06/2016



Non content d'occuper le sommet de la gamme Eagle (semi-rigides équipés confort), le 780 Overnight est le plus grand des modèles du chantier ukrainien. Constructeur généraliste de semi-rigides, Brig a développé quatre gammes, de l'annexe (série Falcon Tenders) jusqu'à l'Eagle 780, en passant par des modèles polyvalents (séries Falcon Riders et Navigator). Très présente sur les marchés des pays scandinaves et de l'est de l'Europe, la production Brig atteint aujourd'hui de gros volumes. Les prix compétitifs, notamment avec l'utilisation du tissu Mirasol (un PVC), contribuent aussi à l'essor de cette marque qui propose néanmoins des flotteurs en Hypalon (tissu Orca), comme c'est le cas pour notre bateau d'essai.

*Au ponton*
Sans être imposant – la silhouette du Brig est plutôt fluide – ce grand semi-rigide s'offre le luxe d'une volumineuse console de pilotage dont on se doute bien qu'elle renferme, à tout le moins, un WC (chimique et en option). Et pour cause, on y trouve même un espace pour un matelas supposé servir de couchette double, ce qui lui vaut l'appellation "overnight" (soit un bateau capable de passer la nuit au mouillage). Reste que nos mesures effectuées à bord (191 x 110 cm) sont plus modestes que les dimensions annoncées par le chantier (200 x 140 cm). En se serrant un peu… Question aération, il manque un hublot à cette "cabine". Pour ce qui est de la hauteur nous avons relevé 1,37 m. Un bon compromis en termes d'habitabilité et pour sauvegarder l'élégance de la ligne. L'accès se fait par la porte latérale à double battants, verrouillable. Elle peut aussi servir de généreux rangement. Le poste de pilotage est décalé sur tribord afin de laisser un large passage à bâbord. Une bonne option. On accède donc facilement à l'avant, où l'on trouve un solarium dont le jeu de coussins ressemble à un puzzle mal assemblé. Il a cependant le mérite de proposer un espace bronzette de 163 x 117 cm. Un bain de soleil qui peut facilement se convertir en une petite dînette pour le pique-nique.

Relativement spacieux, le tableau de bord permet d'intégrer un combiné GPS/Sondeur grand écran. Le boîtier DTS du Verado fixé sur son socle tombe bien sous la main, et le pare-brise coupe bien du vent, sans couper la vue (pas de cadre). Un bon point aussi pour le siège de pilotage biplace avec ses deux assises relevables indépendamment. Consciencieux, Brig n'a pas oublié la prise allume-cigare, le vide-poches, la poignée copilote et les porte-gobelets. Un mot enfin sur l'accastillage pour souligner la présence de taquets rétractables (dont nous ne sommes pas partisans), pour frapper les amarres passées par les chaumards de la delphinière (à l'avant). Pour ce qui est de l'ancre, placée à l'étrave dans un écubier, c'est une solution élégante et pratique pour les manœuvres de port (pas de risque d'éperonner les bateaux voisins), certes, mais nous avons embarqué un paquet de mer dans le puits à chaîne via cet écubier, lors des passages dans les vagues.

*En mer*
C'est avec la puissance maximale autorisée par le chantier que nous avons testé l'Eagle 780. En l'occurrence un Mercury Verado 300 ch. Le 6 cylindres en ligne américain a fait parler son compresseur pour procurer au Brig de vives accélérations, comme en atteste nos chronos, avec en exergue un déjaugeage atomique, en 2"2 ! Performance qui nous a étonnés car généralement, avec le laps de temps d'intervention de leur compresseur, les Verado sont souvent pénalisés pour cette mesure, mais la quasi-absence de cabrage a aidé. Et le temps nécessaire pour dépasser les 20 nœuds est excellent, lui aussi, compte tenu du gabarit de ce semi-rigide. Il est vrai que l'hélice de l'essai tirait plutôt court (17 pouces de pas) expliquant le léger surrégime constaté : 6 450 tr/min. Pour mémoire, la fourchette motoriste va de 5 800 à 6 400 tr/min. On peut donc estimer qu'elle favorisait les accélérations au détriment de la vitesse de pointe. Pour autant, on ne peut pas qualifier notre Eagle 780 d'essai d'escargot. Les 43,1 nœuds obtenus avec une peinture sous-marine qui "bouffe" environ 3 à 4 nœuds sont satisfaisants. Il n'est pas interdit de penser qu'avec une hélice à pas plus long, on aurait sans doute obtenu davantage (peut-être deux ou trois nœuds supplémentaires). Et, qui dit vitesse de pointe élevée, dit vitesse de croisière élevée et rendements moteur élevés. D'où l'importance de bien choisir son hélice… Aux allures de croisière que nous avons retenues, on peut évaluer la consommation à environ 30 l/h à 21,3 nœuds (3 500 tr/min) et 50 l/h à 28,6 nœuds (4 500 tr/min), ce qui procure deux niveaux d'autonomie satisfaisants (215 et 175 milles).

Lors de notre essai dans la Baie de La Ciotat, les vestiges d'une longue houle d'Est (environ 1 mètre), assortis d'un petit clapot plus au large, nous ont permis de valider l'équilibre du Brig. Verdict positif. L'Eagle 780 fait preuve d'une tenue de cap imperturbable et d'une belle stabilité, tant sur l'axe longitudinal (longueur de flottaison maximale) que transversal, où l'on ne note aucune amorce de roulis, même en trimant copieusement. Et ce semi-rigide, il en demande du trim, car sa carène a tendance à "coller" à l'eau. C'est d'ailleurs la raison d'un bémol, à savoir une tendance à "bourrer" dans la vague rattrapée, lorsqu'on évolue avec mer par l'arrière. Pour autant, il ne mouille pas. En virage mode "sportif", il se signale par une gîte intérieure marquée, ce qui n'est pas du luxe car sa carène en V profond accroche férocement en virage sportif. Pour ne rien gâter, il dispense un réel confort en navigation, franchissant les vagues en souplesse aux allures de croisière, l'équipage appréciant la tonalité grave et discrète du Verado lors des longues balades.



photo Brig Eagle 780 Overnight


photo Brig Eagle 780 Overnight


photo Brig Eagle 780 Overnight


photo Brig Eagle 780 Overnight


photo Brig Eagle 780 Overnight





Perf_brig
Appreciations_brig