Essai Lomac Adrenalina 9,5

Intouchable !

Succès annoncé pour ce semi-rigide au charme magnétique. Doué d'un physique de jeune premier et de qualités athlétiques hors normes, le nouveau Lomac joue juste et a le sens de la mise en scène. Il ne fait aucun doute qu'il va rapidement trouver son public car, dans tous les domaines, il a placé la barre très haut. Montée d'adrénaline garantie !

Texte et photos Philippe Leblond


 107 000 € sans moteur (tarif 2016)
 9.42 m
 20
 54,5 nds avec 2 x Yamaha 300 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 87 Janvier/Février 2012



Ce n'est ni le plus cher, ni le plus luxueux, ni le plus extravagant des semi-rigides de sa catégorie, mais l'Adrenalina cumule tant de qualités qu'il frôle la note maximale dans tous les secteurs. Pourtant, il y a encore peu, malgré toute son expérience et son sérieux, Lomac ne semblait pas destiné à lancer pareil engin… Mais, ces deux dernières années, le lancement du 1100 (in-board puis hors-bord) nous a vraiment convaincus que le chantier milanais avait sa place dans le concert du grand semi-rigide haut de gamme. Disons que l'Adrenalina est son manifeste. Il y a d'abord le design signé Federico Fiorentino (il a déjà travaillé pour Nuova Jolly), avec une silhouette dont la sportivité n'entache en rien l'élégance. Bien que le choix des coloris soit libre, la livrée gris anthracite (polyester et flotteurs) et corail (sellerie), nous a tapé dans l'œil. Ce contraste "sexy" lui va à merveille, mais fait grimper le prix de près de 6 000 € par rapport à la version "blanche" (94 000 €).
Outre sa plastique pour le moins avantageuse, l'intelligence de la conception de l'Adrenalina se signale aussitôt. Plutôt que d'en faire un cabin-cruiser étriqué, les Lomento, père et fils, ont préféré le voir comme un généreux day-cruiser. Pari réussi pour ce bateau qui, sans prétendre à la croisière avec un grand C, permettra à ses heureux propriétaires de prolonger une excursion d'un jour ou deux grâce à une cabine agréable, mais dépourvue de salle d'eau. Par contre, elle est dotée d'un WC marin coffré, situé entre les deux couchettes jumelles. Précisons que ces dernières peuvent former un couchage double, en deux temps trois mouvements, à l'aide d'un complément central (livré de série). Pour ce qui est de la douche, elle se prendra sur la plate-forme de bain… Reste que cette cabine n'a rien d'un sarcophage, avec 1,65 m au plus haut, ses trois hublots (dont un ouvrant), son mobilier de bois clair, son gel-coat brillant, son éclairage et ses équipets… L'objectif était d'offrir une cabine raisonnablement confortable et conviviale, en évitant d'alourdir la silhouette du bateau avec des superstructures pesantes.
De la même manière, Lomac a fait une croix sur un solarium permanent à la poupe, afin de préserver la facilité de circulation. Ainsi, le pont de l'Adrenalina permet des déplacements aisés et sûrs, de la plate-forme de bain, desservie par un passage latéral à tribord (douchette et prise de quai), jusqu'à la proue, où l'ancre placée dans un écubier se manœuvre au guindeau électrique, avec des commandes au pied (en plus de celles du tableau de bord). Quant à l'antidérapant, c'est le meilleur et le plus noble qui soit : le teck. Le reste de l'aménagement fait la part belle au farniente, avec deux solariums, chacun étant convertible en dînette. Celui de l'arrière est au contact de la kitchenette du leaning-post, et au total des deux tables, il est possible d'asseoir une dizaine de convives. Côté rangement, il n'y pas de souci à se faire : aux trois coffres de l'avant (dont un long pour les skis ou la gaffe) s'ajoute une grande cale arrière et, au besoin, la cabine… Pour sa part, le cabriolet jouit d'un rangement spécifique, en périphérie de la banquette. Précisons que tous les coffres sont dotés de vérins à gaz et de joints caoutchouc ! Sur le plan de l'accastillage, bravo à Lomac qui a fait l'impasse sur un éventuel roll-bar, toujours préjudiciable à la ligne, et pour son choix de taquets rétractables (Seasmart) esthétiques et de bonne dimension.
Avant de mettre le contact, un mot sur la carène de l'Adrenalina, qui ne nous est pas inconnue. C'est elle qui équipait un Lomac 900, préparé par Laurent Plasse (Offshore Passion) pour établir des records lors de raids hauturiers, début 2000. Une carène qui a été légèrement modifiée (les virures ont été affinées) et qui, comme nous allons le voir, fait preuve d'une grande rigidité structurelle (aucun tremblement de structure à la réception des sauts), tout en amortissant admirablement les impacts. Or, faire un bateau à la fois raide et confortable n'est pas donné à tout le monde…
Cette carène a été construite en infusion et avec une résine vinylester sur tissu quadriaxial. Son comportement en virage est particulièrement incisif, que ce soit à l'inscription (presque trop spontanée), dans le guidage sur la trajectoire, puis lors de la remise de gaz en sortie. L'Adrenalina qui obéit au doigt et à l'œil ressort comme une balle, mais il est préférable de ne pas trop rentrer le trim et conserver un réglage proche du neutre pour atténuer l'assiette plongeante et la légère tendance au survirage. Cette précision "laser" de la quille contribue, bien sûr, au plaisir de barrer ce semi-rigide surpuissant mais totalement sain. Pas une goutte sur le pont, à l'issue de nos évolutions musclées, dans une mer qui commençait à bouger un peu. Voilà qui témoigne de l'efficacité de la déflexion et de l'équilibre quasi idéal du bateau. L'assiette reste sereine, à toutes les allures, et quel que soit le cap.
Jetons maintenant un œil au relevé de performances… Là encore, on frôle le sans faute. Le déjaugeage est expédié, chose rare pour un semi-rigide de ce gabarit, en à peine plus de trois secondes, tandis que les 20 nds sont abattus en 4,2 secondes, l'un des tout meilleurs chronos publiés dans Pneu Mag ! Le plus impressionnant, c'est encore les reprises que procurent les deux V6 Yamaha qui totalisent, il est vrai, plus de 8 000 cm3 et 600 chevaux. A 3 500 ou 4 000 tr/min, lorsqu'on "tape" sur les accélérateurs, heureusement qu'on a le leaning-post derrière les fesses, sinon on finirait assis sur les moteurs… Autre motif de satisfaction, les allures de croisière, qui s'échelonnent de 20 à 41 nœuds (!), de quoi adapter sa vitesse aux impératifs de mer ou d'emploi du temps. Impression sidérante : à 3 000 tr/min, dans un "silence" et une quiétude dignes d'une Rolls, on a l'impression de ne pas avancer. Un coup d'œil au GPS : on est à 26 nœuds et sur 60 cm de clapot ! A ce régime, celui du meilleur rendement pour l'Adrenalina et son duo de F300, l'autonomie est de 265 nautiques. Le seul chiffre qui ne soit pas exceptionnel, car, et nous le gardions pour la bonne bouche, la vitesse de pointe est de 54,5 nœuds ! Et encore dans des conditions moyennes…



photo Lomac Adrenalina 9,5


photo Lomac Adrenalina 9,5


photo Lomac Adrenalina 9,5


photo Lomac Adrenalina 9,5





Conclusion
Inutile de s'interroger plus avant, l'Adrenalina est une réussite à tous points de vue : esthétique, dynamique, conception. La vraie question c'est de savoir qui relèvera le défi ?




6
3
4
5
2