Essai Lomac 800 IN

ça pulse !

Dernier fleuron de la gamme luxe du chantier italien, le 800 In se distingue par son design sophistiqué, avec un grand cockpit-salon capable d'accueillir de nombreux invités. Un bateau de balade rapide et convivial, plutôt cabriolet de luxe que 4x4, qui confirme les nouvelles tendances Lomac.

Texte et photos Jacques Anglès


 47 885 € sans moteur (tarif 2006)
 7.96 m
 20
 47,5 nd avec 2 x 200 ch Yamaha 2T HPDI

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 51 Janvier/Février 2006




Bien calé sur le siège/leaning-post à cinq positions, manettes de gaz dans le coin, votre essayeur Pneu-Mag est à la fête : le 800 In vole sur la crête des vagues sans broncher, à plus de 45 nœuds. Un petit cran de trim supplémentaire pour aérer la carène, et hop, le GPS grimpe encore pour se stabiliser à 47,5 nœuds ! Pas mal pour un modèle qui se veut avant tout familial, même si, dans le cas présent la motorisation 2 x 200 Yam est proche de la puissance maximale autorisée. Avec ce montage, le pilote ne boude pas son plaisir, d'autant plus que la stabilité est impeccable, tant en assiette longitudinale que latérale, sur une mer légèrement clapoteuse et ondulée par un restant de houle. La coque montre en outre une excellente rigidité, sans « bruits de caisse » ni résonances parasites, ce qui est le signe d'une construction robuste. Bref l'ensemble délivre une sensation de sécurité qui mérite d'être soulignée, même si elle ne surprend pas de la part d'un Lomac.On soulignera aussi le confort de navigation, en partie dû à un poids conséquent : avec 1500 kg, le 800 In est en effet 40% plus lourd que les « Série Club » à cockpit minimaliste, qu'affectionnent les baroudeurs et les clubs de plongée. Les qualités de la carène se confirment en courbes où l'on note une bonne accroche et une inclinaison modérée, qui n'a d'ailleurs rien d'étonnant si l'on considère la largeur exceptionnelle du bateau et la position relativement basse du boudin, celui-ci venant vite s'appuyer sur l'eau quand on serre les virages. Cette configuration concourt d'ailleurs à la stabilité au mouillage, parfaite avec les deux flotteurs bien « posés ». Le bilan dynamique est flatteur : voila un bateau qui, avec 400 ch au tableau arrière peut être mis entre (presque) toutes les mains, bien qu'il soit tout de même préférable de savoir piloter pour en tirer la quintessence, sans oublier la vigilance indispensable à haute vitesse. Rappelons au passage que la puissance conseillée par le constructeur (2 x 150 ch) devrait amplement suffire à exploiter le potentiel et le programme de ce modèle. Voyons maintenant le plan de pont : on remarque la largeur exceptionnelle de la poupe, et les hautes hiloires qui bordent les deux cockpits, très rassurantes pour des passagers non avertis ou avec des enfants à bord. Le constructeur a choisi de privilégier un vaste cockpit arrière, avec un carré en U décalé sur tribord de façon à ménager une coursive latérale (37 cm de large) vers l’échelle de bain. Ce grand carré offre six places assises confortables et peut se convertir soit en grand bain de soleil soit en espace repas. Une critique à ce propos, la petite table ronde fournie en standard peut tout juste servir pour l’apéritif, alors que les planches du bain de soleil, moyennant une légère adaptation, pourraient faire un plateau de table idéal pour six à huit couverts. Au registre des bons points, notons que l’arceau de cockpit en polyester, avec feux de navigation intégrés, est fourni en standard alors qu’il est généralement en option chez les autres constructeurs. En revanche, il faut passer par les options pour s’offrir le taud de soleil, bien conçu et rapide à installer ou à replier le long de l’arceau. Compte tenu de l’espace occupé par le carré arrière, la console de pilotage est assez avancée. Placée au centre, elle laisse deux larges passages latéraux de 40-45 cm de large qui ménagent une bonne circulation de l’avant à l’arrière. La banquette de pilotage offre trois places, celle du centre étant équipée d’une assise réglable à cinq positions pour le pilote. Si ce dernier est bien installé, les deux « co-pilotes » sont moins bien lotis, avec des sièges sans dossier et sans poignée de maintien. L’absence totale de poignées ou de mains courantes sur tout le bateau est d’ailleurs un point que Lomac doit impérativement corriger. On s’étonne qu’un constructeur aussi expérimenté ait oublié ces indispensables accessoires alors que tous ses autres modèles en sont abondamment pourvus. Enfin, l’intérieur de la console sert essentiellement de volume de rangement. On peut éventuellement y installer un WC, mais l’espace est assez exigu et l’accès pas particulièrement facile.

à l'avant, on trouve un cockpit plus petit mais bien conçu, avec une banquette-coffre en U épousant la forme de la proue et un siège sur l'avant de la console, formant également coffre. Comme à l'arrière, ce cockpit est convertible en bain de soleil (en standard) et, bonne idée, le plancher en teck, amovible, fournit un plateau de table assez grand pour quatre à cinq convives, très facile à installer. Autre idée pratique, la baille à mouillage est intégrée dans le moulage de proue en polyester et donc directement accessible sans enlever les coussins.Terminons par le flotteur : du pur Lomac de bonne facture comme on peut s'y attendre, en Néoprène-Hypalon Orca de 1670 décitex, avec collages renforcés, finition gris très clair, coupe classique à cinq compartiments et bonne protection extérieure par un double liston en caoutchouc épais. Il ne manque que quelques grosses poignées en caoutchouc, toujours utiles pour guider le bateau à la main quand on vient beacher. Sachant, toutefois qu'elles ne seront en rien utiles pour tirer le bateau au sec compte tenu de son poids conséquant..



photo Lomac 800 IN


photo Lomac 800 IN


photo Lomac 800 IN





Conclusion
Ce nouveau Lomac s’inscrit avec brio dans la vogue actuelle des semi-rigides très équipés. Ses atouts : une construction sérieuse, un confort maximal pour la navigation en famille et de solides qualités marines. Le cockpit ultra-large (le record dans sa catégorie), offre un espace exceptionnel et astucieusement agencé, avec une circulation facile, de nombreux rangements et des idées intéressantes, à l’image des vide-poches latéraux intégrés dans la structure polyester. Dommage que quelques négligences (absence de mains-courantes...) ternissent un bilan largement positif sur les points essentiels.




Maxi_16052008-113045mesure Maxi_16052008-113045con Maxi_16052008-113045moteur