Essai Alson Flash 950

Chasseur de mouillages

Ses performances supersoniques, alliées à un gabarit qui garantit un bel espace au mouillage, donnent envie de partir à la chasse aux escales de rêves. Voilà un grand semi-rigide à même d'embarquer un équipage nombreux pour de longues virées ensoleillées. Et à bord, il y a de quoi prendre ses repas, et même passer la nuit…

Texte et photos Philippe Leblond


 137 800 € avec 2 x Mercury 300 ch Verado 4T (tarif 2011)
 9.64 m
 14
 52.2 nds
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 81 Janvier/Février 2011



Cela fait déjà quelques années que certains constructeurs de grands semi-rigides ont pensé à transformer la cale arrière, située sous le bain de soleil, en une cabine. Alson est de ceux-ci, à l'exemple de la cabine arrière du Flash 950 qui offre, au choix, une couchette double ou deux lits jumeaux, lorsqu'on ôte le complément central. Avec 190 cm de long par 180 de large, il y a effectivement de quoi passer de bonnes nuits ! Par contre, en raison d'un manque de hauteur (56 cm quand fermé), le capot reste en position semi-ouverte, simplement paré d'une moustiquaire, ou un taud amovible. Cet aménagement simple mais confortable (éclairage de lecture par spots halogènes) permet, lorsqu'on est deux, de prolonger le séjour en mer, sans nécessité de rejoindre un port. Et le Flash 950 propose d'autres équipements de confort, comme la douche de pont avec eau chaude/eau froide, un WC marin, avec réservoir d'eaux usées, située à l'intérieur de la volumineuse console (appréciez la large porte d'accès coulissante) et un coin-repas, avec table en teck massif et banquette en L, flanqué d'une kitchenette adossée au siège de pilotage. Cette dernière comporte un évier, une plaque de cuisson électrique et un mini frigo (49 litres). En option, Alson propose aussi un second petit carré avant, avec la rallonge de bain de soleil servant de table de pique-nique. Bref, de quoi envisager la petite croisière en amoureux, ou si l'on est plus nombreux, de belles escales à la journée dans les calanques, loin des plages surpeuplées.
Le confort à bord de l'Alson, c'est aussi un volume de rangement important, grâce à un grand et profond coffre situé sous le solarium avant. Le capot s'ouvre en grand avec l'aide de deux vérins, et il est aisé d'y stocker des choses encombrantes. Lorsque la cabine arrière n'est pas occupée, elle peut aussi recevoir bon nombre d'affaires, notamment celles qui doivent rester au sec. Il est ainsi possible de laisser totalement libre le cabinet de toilette qui, dans le pire des cas, peut également servir au rangement. Autre point à signaler, la facilité de circulation sur le pont. Et cela grâce autant au large passavant laissé par la console décalée à tribord, qu'au siège pilote monoplace qui dégage l'entrée du cabinet de toilette, ou encore à l'astuce du passage central ménagé au centre du solarium arrière, auquel s'ajoute l'échancrure dans l'hiloire, avec sa marche en teck, facilitant grandement l'accès à la belle plate-forme de bain et à ses deux échelles intégrées, avec poignées de rétablissement. La nuit tombée, un éclairage de courtoisie (LED) balise le pont.
Passons à l'accastillage, en soulignant que comme la plupart des équipements de confort, ce type d'accessoires est optionnel. Hormis le gonfleur électrique, le compas, la paire de taquets arrière et celui de la pointe avant, fixé sur un petit socle polyester, livrés de série, les roll-bar, cabriolet (trois arceaux) et guideau électrique à commande à distance filaire figurent sur la liste des options. L'un dans l'autre, l'Alson se trouve paré de l'essentiel dans ce domaine, comme c'est le cas de son tableau de bord qui, en dépit de sa compacité (due à la porte du cabinet de toilette), bénéficie d'un agencement optimisé, disposant efficacement les commandes ainsi que les instruments moteur et électroniques (GPS-traceur Lorenz), à l'exception de la VHF fixe Cobra, reléguée derrière le volant. Un regret aussi, que le leaning-post se limite à la place du pilote… Pour cela aussi, une porte d'accès latérale pour le cabinet de toilette eut été préférable. En parlant de ce dernier, la pose des vaigrages sur les cloisons est perfectible et, à l'extérieur, la sellerie manque un peu de tenue. Des petits détails de finition qui mériteraient d'être peaufinés.
L'un des points forts de cet Alson, c'est incontestablement son comportement homogène, sain et vivant. Malgré ses dimensions et sa puissante bimotorisation, il se révèle très maniable, et plaisant à barrer comme le serait un semi-rigide de 7 mètres. Capable de virer très serré, avec précision et sans faire ventiler ses hélices, le Flash 950 ressort des courbes comme une balle sous la poussée fulgurante des gros Verado. Dans le domaine de l'accélération, son chrono de déjaugeage parle de lui-même : 5 secondes piles ! La vitesse maxi n'est pas mal non plus , avec 52,2 nds à notre GPS… Et, compte tenu de la puissance installée (600 chevaux !), pour ce qui est des rendements (distance parcourue/essence consommée), son 0,45 m/l à 3 000 et 3 500 tr/min, avec des vitesses de croisière respectives de 20 et 28 nds, est vraiment intéressant. À ces allures, les passagers apprécieront la sonorité agréable et discrète des Verado qui, même lorsqu'on monte dans les tours, conservent un timbre plaisant. Par contre, sa vitesse minimale d'hydroplanage assez élevée (19,3 nds), nécessite un régime de 2 900 tr/min, ce qui peut être pénalisant en pilotage dans la mer très formée.
Revenons au comportement marin. Nous avons vu qu'en virage, l'Alson était docile et efficace. En ligne droite, la vitesse maxi est vite atteinte, et même avec un réglage de trim nettement positif, on apprécie sa tenue de cap rigoureuse et la quasi absence de roulis. L'assiette reste optimale sur tous les axes de navigation (mer de face, d'arrière, de travers, de trois-quarts) et le confort appréciable dans le clapot de 50 cm. Toutefois, au large de la baie de La Ciotat, la houle de près d'un mètre a mis en évidence quelques impacts de la carène dans les réceptions de saut à vitesse élevée, sans que pour autant le bel équilibre de l'Alson en soit perturbé.



photo Alson Flash 950


photo Alson Flash 950


photo Alson Flash 950


photo Alson Flash 950





CONCLUSION
À l’heure du bilan, la colonne "positif" est largement dominante. Le Flash 950 est un grand et bon semi-rigide, capable d'assurer des sorties lointaines en un minimum de temps pour mieux profiter des heures de mouillage, où il fera une belle "plate-forme" pour le farniente et la baignade. De surcroît, la couchette double et la console-WC élargissent son programme à la petite croisière. Reste que le design convenu de l'Alson, de même que certaines facilités de finition, seront peut-être pointées du doigt par des acquéreurs potentiels dont les exigences vont au-delà de l'essentiel.




6
3
5
4
2