Essai Alson Flash 880

Un grand classique

Généreux par ses dimensions, et conventionnel par son style et sa conception,
le Flash 880 possède en navigation un tempérament de feu. La puissance maxi n'est d'ailleurs pas requise pour assurer confort et performances. Une belle limousine des flots !

Texte et photos Philippe Leblond


 62 000 € sans moteurs (tarif 2013)
 8.9 m
 16
 49,7 nds 
avec 2 x Honda 250 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 97 Septembre/Octobre 2013



Ce grand semi-rigide italien, aimablement mis à notre disposition par Bartoli Marine, l'agent de Porto Pollo (Corse), adopte un style très classique, non dénué d'élégance. L'une des rares originalités qu'il s'accorde réside dans la répétition du motif "carbone tressé" que l'on trouve à la fois sur les flotteurs en tissu Orca et sur la sellerie, sans oublier l'habillage du tableau de bord… Une touche high-tech dans un univers conventionnel, mais qui ne dépare pas. Pour le reste, le Flash 880 met l'accent sur les fondamentaux : flotteurs en Néoprène/Hypalon de forte section, nombreuses places assises, notamment grâce à la banquette de poupe en U (neuf places autour du carré, lorsque la table et dressée !), et volume de rangement maximal. Il ajoute également deux équipements de confort, presque obligés à ce niveau de gamme : une kitchenette et un WC marin (options). La motorisation est confiée à ce que Honda a de plus puissant, c'est-à-dire le BF250, ici présent en deux exemplaires. Voyons tout cela plus en détail…
Avec près de deux mètres de largeur intérieure, l'Alson offre une habitabilité appréciable. Ce qui permet de se mouvoir facilement malgré les nombreux éléments de confort présents à bord. Notamment la volumineuse console qui, en option, peut abriter un WC, et le siège de pilotage biplace enveloppant, dont le dos est aménageable en petite cuisine (frigo coulissant à façade alu, évier, planche à découper). La grande banquette en U voit judicieusement son dossier interrompu à bâbord pour faciliter le passage vers la plate-forme de bain et la douchette, alimentée par un réservoir de 100 litres. L'arceau polyester au profil altier, et le mât de ski en position centrale ne font pas obstacle. Mentionnons aussi la belle surface cumulée de bain de soleil, sans rallonge à l'avant mais avec un complément à l'arrière. Ce dernier vient se caler à l'intérieur du U de la banquette, mais ses éléments en bois massif, stockés dans le coffre latéral tribord, sont lourds et pénibles à manier.
Bien lancé, trim positif (mais pas trop !), le Flash 880 lance des éclairs : 49,7 nœuds à pleine charge, avec une peinture sous-marine, ce qui équivaudrait à environ 54 nœuds sans cet antifouling ! Pas mal au vu du gabarit respectable de cette limousine marine, qui déplace plus de 2,5 tonnes en ordre de marche (notre essai s'est déroulé avec les pleins soit 500 l d'essence et 100 l d'eau douce et deux personnes à bord). Il n'y a pas à dire, sur ce tableau arrière, les V6 japonais "pètent la santé". Le déjaugeage, comme la mise en vitesse et les reprises sont dopés par le système V-Tec (admission variable). Par contre, en recherche de V-max, l'Alson amorce un roulis qui prend de l'ampleur et nécessite un réel travail sur la direction et les gaz pour le maintenir sur sa quille. Compte tenu des vitesses de croisière obtenues, elles aussi très élevées (de 25,5 à 39,2 nœuds entre 3 500 et 5 000 tr/min), il nous semble que le Flash 880 pourrait se contenter de 2 x 200 ch ou même de 350 ch en monomoteur, tout en restant performant et d'une prise en main plus facile. Car qu'en serait-il de sa carène un peu volage sans antifouling et sans les pleins avec les 500 ch ?
Dès qu'on réduit un peu les gaz et qu'on abaisse un peu le trim, l'équilibre redevient serein et l'on prend un grand plaisir à barrer ce gros semi-rigide qui croise confortablement sur le restant de houle (60-70 cm) qui parcourt le Golfe du Valinco. Son rythme naturel (vitesse conséquente et sonorité mécanique contenue) se situe à 4 000 tr/min, soit 27 nœuds. Nous remettons toute la puissance pour les virages "imposés" : pas de problème, l'Alson enroule les courbes, larges ou serrées, avec un égal bonheur, même lorsque le pilote adopte des remises de gaz "on-off". Bien calé sur son bouchain, le Flash 880 prend une gîte intérieure marquée et constante, sans perte de motricité. Un régal ! Un petit bémol cependant : le léger manque de place entre le siège pilote et la console, et le pare-brise peu protecteur.



photo Alson Flash 880


photo Alson Flash 880


photo Alson Flash 880


Très habitable, le Flash 880 propose un plan de pont trois-zones, sans surprise mais bien maîtrisé. La banquette en U forme un carré particulièrement vaste, mais la table n'est malheureusement pas en proportion. Le siège de pilotage pourrait être confortable, mais il est placé un peu trop près de la console. Laquelle offre un tableau de bord bien agencé, mais un pare-brise symbolique. Malgré des cales de rangement particulièrement généreuses, Alson a trouvé le moyen de placer deux réservoirs de 250 litres chacun, dont les orifices de remplissage sont dans le flanc de la console.




Avec la motorisation de l'essai, qui correspond au maximum autorisé, les perfs du Flash 880 sont stratosphériques. Et il n'est pas facile à contrôler au régime maxi (roulis)... La bonne mesure nous semble être 2 x 200 ch. De quoi naviguer à plus de 40 noeuds, à coup sûr, et bien profiter de cette carène plus sportive qu'il n'y paraît.




2
3