Essai Apex 15 OPEN

Un petit sans complexes

Le benjamin de la gamme Open d'Apex est petit par la taille mais grand par ses qualités. Solidement construit, facile à transporter et à mettre en œuvre, il démontre qu'un bateau de moins de 4,50 m peut être vraiment marin. Et avec sa capacité de sept personnes, il peut à l'occasion embarquer famille et amis pour de brèves balades.

Texte et photos Jacques Anglès


 9 850 € sans moteur (tarif 2005)
 4.42 m
 7
 27,2 nds

6236suzukimarine570x143
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 48 Juillet/Août 2005




Le chantier Apex a été créé en 1986 au Costa Rica par deux Français, Georges et Roger Dherlin qui le dirigent toujours. Il a construit sa réputation sur la robustesse et les qualités marines de ses modèles, plus connus en Amérique du Nord qu'en Europe (proximité oblige) et souvent utilisés pour des usages professionnels. Si l'on excepte la gamme des annexes, l'Apex 15 Open est le plus petit des semi-rigides de la marque, ce qui ne l'empêche pas de faire honneur aux atouts de ses grands frères (le plus grand atteint 11 m de long).Commençons par la construction. Le flotteur, à quatre compartiments, est soigneusement réalisé en Néoprène/Hypalon, avec des bandes de renfort doublant tous les assemblages et des extrémités arrière hémisphériques. La couleur gris clair est un choix judicieux : c'est moins salissant que le blanc et pas trop chaud au soleil. Ce flotteur est protégé extérieurement par un double liston en caoutchouc très épais qui englobe les extrémités arrière. On remarque aussi un renfort intérieur de la proue, là où la ligne de mouillage risque de raguer et des bandes de protection sur le sommet des boudins. Mais on regrette tout de même le choix de poignées de maintien en sangle rigide, dures au toucher. Les mains courantes, en polyamide tressé, sont plus agréables et surtout plus pratiques pour se tenir.La partie polyester, carène et cockpit, apparaît elle aussi robuste, avec un échantillonnage qui assure une bonne rigidité des planchers et des capots de coffres. Toutefois, sur certains exemplaires, on décèle de petits défauts d’aspect des parties à démoulage délicat telles que les anti-dérapants type pointe de diamant. Les reprises effectuées en usine avant livraison sont bien faites, mais n’échappent pas à un œil exercé. Malgré ce bémol, l’ensemble inspire confiance, ce que confirme la garantie constructeur de 5 ans.Enfin l’agencement du cockpit, simple et pratique, ménage un maximum d’espace libre. On y trouve une banquette arrière biplace, abritant un coffre de bonnes dimensions, une console de pilotage décalée sur tribord, et un coffre de proue plus grand qu’une simple baille à mouillage, qui forme un petit siège d’appoint, par mer calme ou au mouillage. Avec deux places assises de plus, l’une devant la console, l’autre sur un strapontin amovible qui prend place entre la console et le flotteur, donne l’impression d’être plus grand que les 4,42 m qu’il revendique. Côté équipement, on apprécie la solide main-courante de console et les feux de navigation montés d’origine, ce qui est rare sur des unités de cette catégorie.

C’est cependant sur l’eau que l’Apex 15 se montre le plus convaincant, par les performances et par la sensation de sécurité qu’il procure. Équipé d’un 50 ch, ce petit bateau révèle un beau caractère. Jugez vous-même : il déjauge en 3,5 secondes et dépasse 27 nœuds en pointe, avec une bonne réactivité au trim et une stabilité constante. En outre, il passe fort bien dans les vagues et affiche une «accroche» imperturbable en virage. Ce tableau positif ne fait pourtant pas oublier l’étroitesse de l’espace entre la console et la banquette, très perceptible quand on pilote debout, ni l’étonnante souplesse du volant qui se déforme quand on s’appuie dessus, deux points qui pourraient être corrigés facilement. Un petit effort messieurs Dherlin !

.



photo Apex 15 OPEN


photo Apex 15 OPEN





Maxi_20052008-115305perf