Essai Revenger R 29 HB MK II

En mode puncheur

Plus que sa vitesse maxi, respectable mais pas exceptionnelle (pour un Revenger…), c'est sa poussée qui surprend. Doté du plus puissant des Verado, la carène en épée du Revenger dépasse les 50 nds au terme d'une accélération… musclée. Hauturier, endurant, élégant, ce 29 pieds est même transportable !

Texte et photos Philippe Leblond


 96 000 € avec Mercury Verado 350 ch 4T (tarif 2010)
 8.84 m
 14
 53,9 nds

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 76 mars/avril 2010




Dans la catégorie des « bateaux-plaisir », les Revenger figurent en bonne place… Et le 29 pieds hors-bord est sans doute l'un des meilleurs de la gamme du constructeur anglais. Carène en lame de couteau (24° au tableau arrière), zébrée de virures parallèles, elle est typique de l'école de l'offshore à l'anglaise. Ainsi, son rapport longueur/largeur singulièrement élevé lui autorise de circuler sur nos routes. Avec près de 9 mètres, c'est sans doute l'un des bateaux les plus longs à prendre place sur une remorque. Autre atout pour son gabarit : sa relative légèreté. Sans rien enlever à sa rigidité structurelle, c'est ce poids contenu et la qualité de glisse de ses œuvres vives qui en font l'un des semi-rigides de plaisance les plus rapides. Ne cherchez pas plus loin la raison de la présence de nombreux Revenger dans les compétitions offshore… Outre cette carène sportive, le 29 MK 2 présente un cockpit typé « grand tourisme ». Ce dernier est d'ailleurs aménageable sur mesure. Notre bateau d'essai, préparé spécifiquement pour la promenade rapide hauturière par Jean-Maurice Authié, l'importateur français, ne propose pas moins de sept vraies places assises (voire huit si l'on en compte quatre sur la banquette arrière !) et peut recevoir un matelas pour le bain de soleil sur son long pont avant. Comme sur le 29, que nous avions essayé avec un Optimax 300 XS (voir essai ds Pneu Mag n°64), le poste de pilotage comporte des bolsters américains Mc Leod, hyper enveloppants et dotés d'une assise réglable électriquement. Ajoutez à cela le cale-pied incliné, à la base de la console, et vous pouvez vous concocter une position de conduite aux petits oignons, quel que soit votre gabarit. Des sièges parfaits pour les sorties « full gas » en mer formée, où un bon maintien latéral et une ergonomie soignée sont indispensables à la sécurité. Côté pratique, le rangement n’a pas été oublié : on trouve sous le siège avant de la console un volumineux coffre sec, auquel s’ajoute la grande cale arrière avec relevage électrique de la banquette abritant la batterie (avec coupe-batterie télécommandé du tableau de bord !), le filtre et la pompe de cale, et surtout celle de l’avant, entièrement libre, sans oublier le coffre de mouillage indépendant. Précisons que tous les couvercles de coffres sont garnis d'un joint de caoutchouc et équipés de vérins (électrique pour la cale arrière)… Et l’accastillage n’est pas en reste : mains courantes, taquets rétractables, lignes de vie en corde, deux généreux vide-vite anti-retour, guide de mouillage, feux de navigation à leds, échelle de bain amovible… Bref, du sportif mais aussi du marin !

Parfaitement calé dans le bolster de droite, celui du pilote, on peut envoyer la cavalerie sans arrière-pensée. Et, avec l'apport du compresseur, synonyme de couple élevé, les accélérations déménagent ! La vitesse maxi est atteinte en un éclair, soit 53,9 nds, mais avec, il est vrai une hauteur de montage moteur standard. Car, il faut savoir que cette carène est capable de beaucoup plus, notamment lorsqu'on la monte avec deux Optimax 300 XS (tableau arrière renforcé), voire deux Verado 350 SCI. La barre des 80 nœuds est alors à sa portée…

Au-delà de la vitesse pure, ce qui séduit à bord du Revenger, c'est sa qualité de glisse hors du commun, qui fait que même sur un filet de gaz, ce bateau va vite. En restant à 2 000 tr/min du régime maxi, on "déambule" quand même à 35 nds ! Très agréable pour les longues croisières, avec un niveau sonore "calmé" et un équilibre parfait. Le franchissement des sillages est un jeu d'enfant pour cette lame qui tranche l'élément liquide sans impacts. Et en virage, on apprécie la précision du guidage, avec l'impression que le volant est en relation directe avec la quille. La gîte intérieure est impressionnante, et le grip tout autant. Mais, bien maintenu par son bolster, on en redemande ! Question autonomie, on peut tabler sur environ 150 milles en croisière économique (25 nds), mais il est possible d'opter pour un réservoir de 350 l, ou d’ajouter un second réservoir de même capacité (2 x 227 l) pour les programmes "grand raid"..



photo Revenger R 29 HB MK II


photo Revenger R 29 HB MK II





Maxi_08072010-111620c_2010_07_07_a_15.21.25 Maxi_08072010-111620c_2010_07_07_a_15.21.28