Essai Selva PA 580 DVC

Gonflé à bloc !

Avec ses flotteurs de 60 cm, pas de crainte pour le chargement. Homologé pour 12 passagers, le plus grand modèle de la gamme Plein Air à de quoi les recevoir. Avec un moteur de moyenne puissance, il offre de bonnes sensations à son pilote et fait preuve d'un comportement homogène et sûr. Digne d'intérêt.

Texte et photos Philippe Leblond


 16 899 € avec Selva 80 ch 2T (tarif 2008)
 5.78 m
 12
 30,1 nds

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 66 Juillet/Août 2008



Très bien placé en prix pour sa longueur, ce package italien (bateau et moteur) offre, pour un tarif "light", les prestations d'un semi-rigide de près de 6 mètres. Voilà qui est tentant, même si cette prouesse trouve son origine par le lieu de construction (Chine) et le matériau de flotteur (PVC). Ce bateau faisait d'ailleurs partie de notre sélection dans le dossier sur les ensembles à moins de 20 000 €, que nous avons publié dans notre dernière édition. Ce tarif, concurrentiel s'il en est, s'explique aussi par un niveau d'équipement relativement basique. Pas de davier d'étrave, ni de guide de mouillage, pas de solarium, flotteur de diamètre constant comportant le minimum d'accessoires (seulement deux poignées), absence de réservoir fixe et d'échelle de bain (option)… Pour autant, le Plein Air 580 n'a rien d'un modèle "club", puisqu'il dispose d'un plancher contre-moulé comportant un coffre avant faisant office de baille à mouillage, pouvant aussi contenir la nourrice de carburant, et d'une banquette biplace abritant une cale de rangement (matériel humide). Ce pont intègre aussi deux petites plates-formes antidérapantes pour la baignade, de part et d'autre du bac moteur, et dissimule le câblage du moteur. La console, pour sa part, est boulonnée sur le plancher. La console, pour sa part, est boulonnée sur le plancher. Avec son petit siège intégré, elle porte le nombre de vraies places assises à trois, et même cinq, si l'on utilise le coussin du coffre avant (par mer calme). Un défaut : la mousse de la sellerie est trop molle. Cela dit, les flotteurs, compte tenu de leur diamètre important, permettent de s'asseoir assez confortablement, et ce semi-rigide à forte capacité est capable d'embarquer un équipage en rapport avec son homologation, ce qui n'est pas souvent le cas. Dommage que les saisines soient rares et faites de ces sangles en PVC qui ne donnent pas une prise en main agréable… Le plus grand modèle de la gamme Plein Air se prête bien au pilotage "debout", grâce à sa console haute, surmontée d'un pare-brise ceint d'une main courante en inox. Ce poste de pilotage, décalé à tribord, laisse un large passage pour circuler dans le cockpit. Le tableau de bord, bien qu'assez compact, permet de placer le combiné instrumental du moteur à côté du volant pour en faciliter la lecture et dispose d'un espace pour le montage d'un sondeur, ainsi que d'un petit vide-poches. Les commandes sont bien placées, mais l'emplacement du bouton de trim sur l'extérieur du levier de gaz ne facilite pas son réglage. à l’aise debout, grâce au recul suffisant de la banquette, le pilote se trouve un peu loin des commandes une fois assis. Le moment est venu de tourner la clé de contact. Le Tiger Shark s'ébroue, sans trop fumer, mais ne montre pas la discrétion sonore d'un 4-temps. Ce Selva 80 ch, à injection directe, propose en contrepartie un punch appréciable lors de l'accélération pour déjauger (moins de 4 secondes avec trois personnes à bord !) et des reprises énergiques en sortie de virages. Dans cet exercice, le PA 580 fait preuve d'une belle docilité, virant court et avec une légère glisse pour ne pas mettre la pression sur son équipage. Lors des petits sauts sur sillages, la réponse des gaz est instantanée, et un bon feeling s'instaure rapidement entre le bateau et son pilote, bien que le nez soit un peu léger (attention face à vent fort). Plutôt confortable dans un clapot court de 50 cm, ce semi-rigide trouve son rythme de croisière naturel à 3 500 tr/mn, soit 17,3 nds. On peut augmenter le tempo, mais le Tiger Shark commence à chatouiller les oreilles… Maniable et économique avec ce moteur, mais un peu limité en performances, le PA 580 gagnerait sans doute à adopter le 100 ch 4-temps, que ce soit en performances ou en confort de fonctionnement.



photo Selva PA 580 DVC


photo Selva PA 580 DVC


photo Selva PA 580 DVC





Maxi_16012009-144047image_5
Perf