Essai Solemar 23 Offshore

Classe et confort de limousine

Spécialiste du semi-rigide grand standing, Solemar exprime une fois de plus sa philosophie sur ce 23 Offshore à la mise soignée. Il séduit d'abord par sa finition luxueuse et le confort de son cockpit, puis emporte l'adhésion en délivrant un pilotage tout en douceur et en précision.

Texte et photos Jacques Anglès


 47 520 € sans moteur (tarif 2016)
 6.96 m
 12
 40,4 nds avec Suzuki 225 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 76 mars/avril 2010



La passion du style", tel est le slogan de Solemar, un chantier qui occupe une place à part dans le monde du semi-rigide, notamment pour avoir été un pionnier du semi-rigide habitable. Les Solemar se distinguent au premier coup d’œil par leur aspect luxueux, leur couleur ivoire et un style typé qui n’a jamais cédé aux sirènes des « tendances ». Illustration de cette philosophie, le 23 Offshore accorde une attention prioritaire au confort, sous deux aspects : agrément au mouillage et confort en navigation. Il met aussi l’accent sur la sécurité, ce dont témoigne son cockpit, très rassurant pour les enfants ou les passagers peu amarinés, avec un franc-bord et des garde-fous de hauteur plus que généreuse. Précisons, que malgré l'arrivée du tout nouveau 23.1 Offshore, ce modèle est encore au catalogue.
Pour le confort, chaque zone a une fonction bien définie : l’avant est le lieu privilégié du farniente, avec un bain de soleil de belle surface, l’arrière est celui de la convivialité et des repas entre amis, avec un carré en forme de U pouvant accueillir six à huit personnes autour d’une grande table. Et une fois le repas terminé, la table fait fonction d’allonge pour convertir le carré en bain de soleil. En place centrale, le poste de pilotage offre un confort de grande limousine, en privilégiant la position assise, sur une large banquette biplace, bien abritée par la console et son grand pare-brise.
C’est moins bien en pilotage debout, où l’on se trouve un peu près du volant. Toujours pour le confort, la console offre assez de volume pour abriter le WC que réclament de plus en plus de client(e)s. Cet espace vient en complément des nombreux coffres que l’on trouve sous les banquettes et sous le pont avant. On attribuera aussi un bon point à la grande plate-forme de bain arrière garnie de teck, très agréable une fois que l’on y est mais dont l’accès n’est pas vraiment pratique. En revanche, le taud de soleil (optionnel) ne suscite aucune réserve : robuste et facile à installer, il ombrage tout le cockpit et peut être conservé sans crainte en navigation, sans trop d’effet aérofrein (à pleins gaz, on ne perd que 1,5 nœud de vitesse). Côté construction et finition, la qualité est de mise, qu’il s’agisse du polyester ou du flotteur. Ce dernier est en CR/CSM Orca 1670 décitex de Pennel & Flipo, une référence en la matière au service d’une réalisation soigneuse, avec double liston extérieur englobant les extrémités arrière. Le polyester présente un fini impeccable et semble à toute épreuve en matière de rigidité. Outre une structure très cloisonnée et des renforts de fonds bien visibles dans les coffres avant, il suffit de soupeser la table du carré arrière pour constater que le chantier ne lésine non plus pas sur la matière. Il en va de même pour l’accastillage, à l’exemple des imposants taquets de proue et de poupe. Tout cela se traduit par un poids conséquent, avec une exigence de puissance en proportion. Le 225 ch Suzuki utilisé ici procure toute satisfaction, mais nous conseillerons de ne pas descendre en dessous de 200 ch pour apprécier les qualités marines, bien réelles, de cette carène. Naturellement, le poids ne favorise pas la vitesse pure, mais il apporte un indéniable avantage de confort, ce que les passagers, tout comme le pilote, apprécieront par mer formée. Bien servi par le 225 ch Suzuki, le Solemar 23 se révèle en effet particulièrement agréable à piloter (à l’instar, d’ailleurs, de tous les Solemar qu’il m’a été donné d’essayer). Douceur et précision sont les qualificatifs qui viennent à l’esprit quand on est aux commandes de cette carène en V profond.



photo Solemar 23 Offshore


photo Solemar 23 Offshore





CONCLUSION
Juste en dessous de 7 m, ce qui l’exonère de la taxe annuelle sur les coques, cet open de luxe se dédie exclusivement à la ballade en famille ou entre amis. Au-delà d’une esthétique qui suscite des avis partagés tout en faisant la renommée de la marque, il collectionne des atouts qui peuvent fonder un choix : construction robuste et soignée, tenue de mer, confort étudié, dont une cabine WC rare dans cette taille, nombreux rangements. Le prix est certes élevé, mais il est en rapport avec la qualité.




Maxi_08072010-0916155 Maxi_08072010-0916156 Maxi_08072010-0916154 Maxi_08072010-0917003 Maxi_08072010-0917002