Essai Valiant Comfort 500

Il a le sens de la famille

Simple mais bien conçu, ce petit semi-rigide a tous les atouts d'un vrai premier bateau. Il navigue bien et propose un plan de pont orienté "farniente", où parents et enfants vivront de belles heures dans les criques ensoleillées. A condition de compléter la dotation de base avec les options bain de soleil et bimini…

Texte et photos Philippe Leblond


 16 490 € avec Mercury 50 ch 4T (tarif 2016)
 5.01 m
 8
 28,2 nds
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 95 Mai/Juin 2013



Notre bateau d'essai, bien qu'étant construit chez Arimar en Italie, était encore affublé de l'éphémère premier graphisme de flotteur. Pour le reste, rien n'a changé depuis cette prise en mains qui a eu lieu à La Rochelle, à deux pas du siège de Brunswick Marine in France, dont le réseau distribue les packages Valiant/Mercury et Valiant/Mariner. Bien que la plaque constructeur autorise 10 chevaux de plus, le moteur était le 50 ch de la marque au capot noir. Nous allons voir lors de notre sortie que cette puissance va s'avérer un peu juste. Le positionnement reculé du poste de pilotage, ajouté à la modeste puissance du 50-chevaux, occasionne un déjaugeage assez laborieux, marqué par un cabrage très prononcé. Il est vrai que nous étions deux, assis sur la banquette de pilotage, sans personne pour faire contrepoids dans la partie avant. Sur un bateau aussi léger, l'assiette s'en ressent fatalement. Par contre, une fois sorti, le bateau accélère aisément jusqu'au régime maxi. Notre GPS affiche 28,2 nœuds en pointe, ce qui est correct au regard de la puissance installée. Et les allures de croisière s'avèrent elles aussi satisfaisantes avec 15,7 nœuds à 3 800 tr/min et 20,8 nœuds à 4 500 tr/min.
Comme sur la plupart des petits ensembles, le régime nécessaire à l'hydroplanage est assez élevé (ici, 3 300 tr/min). Il apparaît clairement que pour viser le ski nautique et naviguer en famille, avec le chargement afférant, il faudra opter pour la puissance maxi. Cela permettra, par ailleurs, d'adopter un régime moteur un peu inférieur, ce qui n'est pas un mal car, en croisière rapide à 4 500 tr/min, le petit Mercury se montre bruyant… Certes, le prix d'achat grimpe sensiblement (+ 1 300 €), mais la consommation, elle, ne s'en ressentira pas. Compte tenu des aptitudes dynamiques affichées par le 500 Comfort, la motorisation maxi ne sera en aucun cas difficile à prendre en main. Tel quel, avec le F50, le petit Valiant est agréable à barrer montrant une bonne stabilité latérale, même à plein régime. Par contre, il faut optimiser le réglage de trim, afin de ne pas déclancher un léger marsouinage (légèreté du nez). Pour compléter nos sensations, nous sommes allés sauter le sillage d'une vedette de passagers. Verdict : le 500 Comfort est sain et se reçoit en souplesse. En virage aussi il est à l'aise, malgré une gîte intérieure limitée par ses gros flotteurs. Seul bémol, une tendance à ventiler lors des remises de gaz en sortie de virage serré, et des relances un peu poussives.
Plaisant à barrer, le petit Valiant flatte également le regard. Sa silhouette, bénéficiant d'un flotteur de diamètre progressif, affinant la ligne mais bien posé sur l'eau, est à la fois séduisante et rassurante. Hormis quelques détails, comme la mousse des coussins trop ferme, les saisines faites d'un nylon abrasif, et les fermoirs de coffres capricieux, sa conception est une réussite. Première qualité : la circulation aisée en dépit des aménagements de confort. La console décalée sur tribord laisse un large passage à bâbord qui trouve un prolongement avec l'espace laissé le long de la banquette, cette dernière facilitant l'accès à la baignade. Pour un semi-rigide de cette taille, le 500 Comfort offre un solarium de belles dimensions, grâce à une rallonge qui vient se caler sur le siège situé devant la console. Par contre, la sellerie (590 €), le bimini (390 €), comme la douche de pont (540 €), de même que les instruments du tableau de bord (GPS-traceur 5" 760 €, compas 110 €, VHF fixe 290 €, radio/MP3 à 890 €) font partie des options, ce qui n'est pas le cas de l'échelle de bain, livrée de série. Le prix très attractif, à la base, enfle donc sensiblement dès lors que le 500 veut justifier son appellation "Comfort". Reste qu'il a les atouts pour séduire une famille de quatre personnes. La banquette de pilotage peut recevoir deux adultes, les deux enfants pouvant trouver place sur le siège de console. Et même si le réservoir d'essence de 38 litres (fixe) encombre un peu le bas de celle-ci, la base de la banquette et le grand coffre avant (sous le solarium) proposent un volume de rangement suffisant. Un vrai petit semi-rigide pour la famille, en somme !



photo Valiant Comfort 500


photo Valiant Comfort 500


photo Valiant Comfort 500


Il suffit de jeter un oeil à l'agencement du cockpit du 500 Comfort pour constater son orientation "familiale". L'espace a été bien optimisé pour combiner, tout à la fois, un solarium de belle surface et la facilité de circulation de l'équipage. Il propose en outre quatre vraies places assises (coussins un peu fermes...), avec un recours possible aux flotteurs pour offrir deux places supplémentaires. La capacité de rangement est aussi satisfaisante, et l'on apprécie que le câblage moteur passe sous le plancher.




Ce petit Valiant témoigne de belles qualités dynamiques. Sain dans ses réactions, plaisant à barrer, il souffrira cependant, avec le 50-chevaux, d'un léger manque de puissance, surtout lorsque le bateau sera chargé. Le propriétaire, s'il veut sortir en famille et pratiquer le ski nautique aura tout intérêt à opter d'emblée pour la puissance maxi.




2
3