Essai Valiant 630 Sport Fishing

Fish and ships

Les deux nouveaux modèles "pêche" de Valiant sont clairement dédiés à cette activité, comme le montre leur équipement spécifique, et notamment leur vivier à circulation d'eau de mer, intégré au pont. Bien motorisés, ils se rendront sur les zones de pêche en un minimum de temps.

Texte et photos Philippe Leblond


 36 680 € Mercury Fourstroke 150 ch 4T (tarif 2016)
 6.3 m
 13
 42 nds
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 96 juillet/Août 2013



Du poisson, et des bateaux pour l'attraper ! "Fish and ships", tel est le "menu" du jour chez Valiant qui remplace ses deux précédents modèles DR-620 Fishing (voir essai dans Pneu Mag n°84) et DR-750 Fishing, dédiés eux aussi à la pêche. Les deux héritiers ont été présentés, en septembre dernier, lors du salon de La Rochelle, où ils ont été mis à disposition des concurrents du Grand Pavois Fishing qui, chaque année, disposent d'une flotte Valiant, en partenariat avec Brunswick Marine in France, l'importateur. C'est d'ailleurs à cette occasion que nous avons pu effectuer ces essais. Comme les autres bateaux de la gamme, les Sport Fishing sont aussi construits chez Arimar, en Italie, mais ils disposent en standard de flotteurs en tissu Orca (type Néoprène/Hypalon).
Le plus petit des deux, le 630, n'en présente pas moins un pont de belle surface. En outre, il est flush (de plain-pied) sur sa totalité, à l'exception des coffres avant qui forment une estrade propice au bain de soleil, même si ce dernier n'est pas sensé figurer au "programme". Car, ce semi-rigide, comme son appellation l'indique ("fishing"), est avant tout dédié à la capture du poisson. Pour cela, on appréciera le positionnement avancé du poste de pilotage, laissant beaucoup de place en arrière du leaning-post afin de se mouvoir librement lors des parties de pêche. Pour ce qui est de l'équipement spécifique, on notera surtout la présence d'un vivier intégré au pont. Ce dernier a vu ses proportions modifiées par rapport à celui qui équipait les modèles précédents, au prétexte que la récupération des poissons n'était pas commode (vivier trop étendu sous le plancher). Précisons que ce vivier est monté au chantier, il ne sera pas possible de le commander après livraison. Pour le reste, la version Fishing du 630 Sport comporte six supports de cannes (quatre sur l'armature du leaning-post, deux sur la main courante du pare-brise). Les aides électroniques montées sur le tableau de bord de notre bateau d'essai le sont au travers du partenariat avec Navicom, dans le cadre du Grand Pavois Fishing. Par contre, la console, le leaning-post biplace, la direction hydraulique, le réservoir fixe de 140 l et l'échelle de bain sont fournis de série. Quelques options sont aussi proposées : roll-bar inox (810 €,), feux de navigation (290 €), taud de console (250 €)…
En navigation, voyant que le tableau arrière de notre Valiant était équipé du Mercury Fourstroke 150 EFI, nous nous attendions à de belles performances. Elles ne nous ont pas déçus, particulièrement dans le domaine de l'accélération, où le nouveau 150 ch semble pratiquement intouchable. Avec 2"5 pour déjauger et 3"7 pour passer de l'arrêt à 20 nœuds, de mémoire, nous n'avons pas fait mieux dans cet exercice. La vitesse de pointe est elle aussi satisfaisante, avec 42 nœuds et la certitude de pouvoir multiplier les lieux de pêche sans perdre de temps. Les allures de croisière de 21 et 25 nœuds sont agréables, le 4-cylindres américain se montrant discret dans les moyens régimes. Et économe… Bien que ne disposant pas des consommations, nous sommes certains que les rendements (distance parcourue/essence consommée) sont élevés.
Performant, le 630 Sport Fishing s'est aussi montré efficace en navigation. Facile à barrer, quelles que soient la vitesse ou les évolutions (recherche de V-max, virages attaqués), il se comporte en souplesse dans le clapot (40-60 cm), offrant un confort appréciable, même à vitesse élevée. En revanche, le pilotage ne s'avère pas vraiment excitant, la carène paraissant un peu "scotchée" à l'eau. Même avec une bonne dose de trim positif, on a le sentiment qu'elle ne s'aère pas vraiment et, de fait, ne transmet que peu de sensations (vitesse, réactivité) à son pilote. Nous le constaterons aussi avec le 760 Sport Fishing… Les carènes de leurs prédécesseurs, construits au Portugal, étaient plus communicatives.



photo Valiant 630 Sport Fishing


photo Valiant 630 Sport Fishing


photo Valiant 630 Sport Fishing


Tel qu'il apparaît dans sa livré "Grand Pavois Fishing", ce 630 présente les bases essentielles à l'activité pêche, avec en premier lieu un pont spacieux, de plain-pied et bien dégagé dans sa partie arrière. A cela vient s'ajouter un équipement spécifique bien ciblé, avec surtout un nouveau vivier à circulation d'eau de mer moins étendu mais plus profond que le précédent. Ce vivier intégré au plancher ne pénalise aucunement les déplacements à bord.




Bien qu'efficace, docile et franche du "collier" la carène du nouveau fishing de Valiant est moins vivante que celle de son prédécesseur. Magré une bonne dose de trim positif, elle peine à s'aérer et ne procure que des sensations feutrées à son pilote. Pourtant les perfs sont bien là, avec notamment des chiffres record en accélération.




2
3