Essai Valiant 760 Sport Fishing

Fish and ships

Les deux nouveaux modèles "pêche" de Valiant sont clairement dédiés à cette activité, comme le montre leur équipement spécifique, et notamment leur vivier à circulation d'eau de mer, intégré au pont. Bien motorisés, ils se rendront sur les zones de pêche en un minimum de temps.

Texte et photos Philippe Leblond


 54 980 € Mercury Verado 300 ch 4T (tarif 2016)
 7.6 m
 22
 45 nds 
avec 2 x Honda 250 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 96 juillet/Août 2013



Comme son petit frère, le 760 Sport Fishing fait belle impression avec son flotteur de diamètre progressif, affinant la ligne, et la combinaison noir des tubes/gris de la coque et du pont, lui conférant une identité "baroudeur". Son cockpit présente une surface nettement supérieure à celle du 630, qui permettra de pêcher à plusieurs, sans se gêner. L'aménagement de pont est assez comparable, avec son grand espace arrière, à la différence qu'il en ajoute un comparable à l'avant et que sa console de pilotage est un peu moins excentrée, en raison de ses 50 cm de largeur supplémentaires. Autre secteur gagnant : le stockage du matériel. D'une part, son coffre avant est sensiblement plus volumineux, de l'autre, il ajoute une belle soute à l'arrière, en plus du vivier à circulation d'eau de mer. De surcroît, malgré la présence de la batterie, la console offre deux étages de rangement. A l'arrière, le "tableau intérieur", qui fait office de cale technique (pompe de cale, pompe alimentant le vivier), mène comme sur le 630 à deux étroites plates-formes de bain. Celle de gauche comporte une échelle pliante et une main courante inox pour s'aider à remonter de la baignade. Deux solides taquets sont fixés sur de larges plats-bords antidérapants. Destinés à supporter le roll-bar inox optionnel, ils peuvent aussi s'avérer pratiques pour embarquer par le côté. On notera également que l'évacuation du cockpit se fait par quatre nables, au lieu de deux sur le 630. Les paquets de mers ne resteront pas longtemps sur le plancher !
Sur les deux bateaux, l'équipage appréciera la profondeur de cockpit, avec des tubes bien protégés et rigidifiés, grâce à un plancher polyester qui remonte haut sur leur face interne. La console du 760, plus haute et plus large, protège mieux pilote et copilote, et son tableau de bord est cette fois suffisamment spacieux pour intégrer un GPS/sondeur grand écran. Si l'équipement standard est le même que celui du 630, le 760 propose un second vivier (installation avant livraison) et jusqu'à cinq porte-cannes supplémentaires.
Comme aux commandes du 630, les sensations que l'on éprouve sont en demi-teinte, en raison d'une carène dont l'assiette reste désespérément plate, même lorsqu'on ajoute une grosse louche de trim positif. Rien de bien grave cependant, car le 760 s'avère tout à la fois efficace, confortable, sain et on ne peut plus facile à prendre en main. Sa tenue de cap est remarquable, de même que sa stabilité latérale qui reste insensible à l'effet de couple du Verado qui ne manque pourtant pas de chevaux (300). Pour la stabilité longitudinale, difficile de se prononcer définitivement car la mer, plutôt clémente lors de notre essai, ne nous a pas permis de "sortir l'hélice de l'eau". En virage, le 760 se montre particulièrement docile, avec une barre douce, un guidage de l'étrave précis et un bon grip, malgré une gîte intérieure modérée. Au chapitre "performances", on aurait pu s'attendre, en regard du poids contenu de ce Valiant et de la puissance (maxi) installée, à une vitesse de pointe de l'ordre de 50 nœuds… Mais, plus importantes sont les allures de croisière, et la capacité de cette coque à planer à bas régime autorise une large plage d'utilisation, entre 3 000 et 4 500 tr/min, soit de 20 à 32 nœuds. Pour ce qui est des accélérations, les 20 nœuds sont atteints avant même que la carène ne soit entrée dans ses lignes. Bref, ça pousse !
Malgré ses trois mètres de large, le 760 Sport Fishing reste compatible avec le transport sur remorque, à condition de dégonfler les flotteurs. Par contre, contrairement au 630, il se fait "rattraper" par la taxe sur la coque et le moteur. A part ça, la gamme Sport Fishing a prévu d'accueillir, dès le prochain Grand Pavois, trois nouveaux modèles (550, 580 et 690). Nous serons, bien sûr, en première ligne pour les essais !



photo Valiant 760 Sport Fishing


photo Valiant 760 Sport Fishing


photo Valiant 760 Sport Fishing


Outre sa surface de pont plus généreuse, le 760 Fishing rémédie à l'un des points faibles du 630 : le manque relatif de rangement. En effet, il propose en plus du vivier, une volumineuse cale de stockage. Par contre, le couvercle du coffre de mouillage fait l'impasse sur l'indispensable passe-bout, et les taquets placés sur les plats-bords peuvent faire obstacle aux lignes de pêche. Bien que généreuse, la console laisse un large passage à bâbord.




Comme son petit frère, le 760 délivre un pilotage un peu fade, mais très sécurisant, même à haute vitesse. Il offre par ailleurs une très large plage d'utilisation pour ce qui est des allures de croisière, avec la possibilité de naviguer à l'économie, malgré les 300 chevaux installés sur ce bateau d'essai. Au demeurant, il pourrait très bien se contenter de 100 chevaux de moins.




5
6