Essai Zeppelin Command 20 V Pro

Fidèle serviteur

Il ne s'agit pas d'une nouveauté à proprement parler, juste de l'évolution d'un modèle existant, l'un des fers de lance de la gamme du chantier sarthois. Ce 20 V-Pro s'affirme comme un polyvalent de qualité, et se destine à ceux qui prennent la mer sans trop se soucier de la météo.

Texte et photos Philippe Leblond


 21 677 € sans moteur
 6.1 m
 14
 36,5 nds avec Suzuki 115 ch 4T

Suzuki-gif-4
Orca-logo_rvb

Essai paru le 02/03/2018

Fiche technique

Longueur 6,1 m
Largeur 2,48 m
Diam. maxi des flotteurs 53 cm
Nbre de compartiments 5
Puissance maxi 150 ch (110,4 kW)
Puissance conseillée par Pneumag 115 - 150 ch
Poids sans moteur 370 kg
Rapport poids/puissance 4,8 kg/ch (avec le moteur de l'essai)
Nombre de personnes 14
Couchage 0
Charge utile 1070 kg
Matériau flotteurs CR/CSM Orca 1 100 décitex
Capacité carburant 95 l (150 l en option) l
Catégorie CE C
Constructeur Zeppelin (72 - Le Lude)
Importateur Réseau de concessionnaires
Droits annuels sur la coque exempté
Droits annuels sur le(s) moteur(s) exempté



Ce semi-rigide facile à transporter et à mettre à l’eau réunit, au-delà de ces deux avantages, l’essentiel des atouts exigés d’un semi-rigide de type polyvalent. La légèreté (370 kg coque nue), malgré une construction robuste, un plan de pont évolutif (il peut être aménagé « à la carte »), une possible personnalisation esthétique, de solides performances et un comportement marin efficace. De quoi séduire les utilisateurs qui désirent un semi-rigide pouvant être agencé en fonction de leur loisir dominant, que ce soit la pêche, la plongée, la chasse, le raid côtier…



Au ponton



Cette polyvalence appelle une construction de type traditionnelle, telle que celle employée depuis toujours par Zeppelin. A la différence d’un pont en polyester contre-moulé, avec ses coffres, ses assises et son poste de pilotage dont l’emplacement est figé, le plancher en contre-plaqué marine stratifié laisse une certaine liberté pour organiser son cockpit à sa guise. Le chantier du Lude l’a encore démontré lors du dernier salon de La Rochelle, avec la présence au Grand Pavois Fishing de quatre Command 20 V-Pro, dont pas un n’était identique à l’autre. Pour parvenir à ce « sur-mesure », Zeppelin propose un riche catalogue d’accessoires (consoles, sièges, accastillage) et, si le futur propriétaire n’y trouvait pas son bonheur, il lui serait possible de commander des équipements auprès de fournisseurs extérieurs.



Sur le Zeppelin de notre essai, la console et le siège de pilotage, un leaning-post biplace, ont été fort à propos décalés vers tribord. Ceci afin de laisser un passage unique mais plus large que les deux passavants qui borderaient un poste de pilotage centré dans la largeur, d’autant que la main courante qui ceint le haut pare-brise déborde généreusement sur les côtés. Les déplacements se font donc assez aisément car la banquette arrière, biplace elle aussi, si elle occupe le centre de la proue, permet tout de même un accès au tableau arrière. Le revêtement de pont en Dekking gris (matière synthétique à motif de lattes), assorti à celui des flotteurs, assure par ailleurs une bonne adhérence. Notons tout de même l’absence d’échelle de bain, tant en standard que parmi les options. Par contre, les saisines des tubes (posées selon un principe simplifié mais peu pratique à l’usage) s’interrompent pour laisser un large passage « plongeur », matérialisé par un doublage en tissu Orca Fabric Impression (pour l’adhérence). En l’absence de siège sur l’avant de la console, le nombre des vraies places assises se limite à quatre. C’est peu dans l’absolu, mais cela correspond bien à l’esprit de ce bateau qui concerne en priorité les amateurs de pêche ou des utilisateurs actifs. Les manieurs de moulinet ne commanderont même pas la banquette arrière ! Les plongeurs en groupe non plus, pour y installer peut-être un rack à bouteilles. Mais la petite famille sportive (balade, raid, glisse tractée) appréciera de disposer de ces quatre places pour échapper à l’inconfort des flotteurs et bénéficier de rangements tels que ceux offerts par la banquette et le leaning-post, auxquels s’ajoute le volume généreux de la console. Le V-Pro offre également un coffre à mouillage indépendant, flanqué d’un taquet bien dimensionné et d’un discret support polyester pour le davier basculant. Un oubli : le couvercle est dépourvu de passe-ligne… Bien vu : l’intérieur de ce coffre est protégé par un tapis de caoutchouc alvéolé qui évite les chocs d’ancre en navigation.



Concernant les poste de pilotage, la note est bonne aussi avec une console à façade postérieure rentrante, laissant la place pour les pieds et les jambes, des commandes à bonne hauteur, quelle que soit la stature du barreur, et un leaning-post à l’assise rembourrée confortable lorsqu’on pilote debout en appui (de toute façon il est impossible de conduire assis). La large console avec son haut pare-brise offre une bonne protection pour les sorties « fraîches », et la main courante de pare-brise avec son anse à destination du copilote lui garantit une bonne prise. Quant au tableau de bord, il se montre généreux en espace, permettant d’intégrer côte-à-côte deux combinés GPS-sondeurs à grand écran. Au besoin, le chantier propose une rehausse de tableau de bord qui permet d’intégrer d’autres instruments. Comme pour nombre de ses concurrents, on déplore l’absence d’un vide-poches à portée de main du pilote, détail indispensable s’il en est !   



En mer



Notre essai, une fois n’est pas coutume, s’est déroulé en eau intérieure, sur la Seine en l’occurrence. Le petit clapot et les quelques sillages croisés, ici où là, ne sont pas à même de permettre de juger complètement les qualités de passage de la carène du 20 V-Pro. Mais, ces conditions donnent tout de même une indication sur l’atténuation des impacts qui confirment la propension de cette coque à préserver le confort des passagers. Pour ce qui est du comportement marin nous vous suggérons la lecture de l’essai d’un autre 20 V-Pro, que nous avons opéré au large de La Baule (n°85 paru en septembre/octobre 2011, également en ligne sur ce site). Où que ce soit, quelles que soient les conditions, nous n’avons pas de doute sur les qualités dynamiques de ce Zeppelin. Ce semi-rigide enchaîne toutes les figures du pilotage sans broncher. Hyper stable quant à sa tenue de cap, que ce soit en vitesse de croisière (trim légèrement positif), ou à plein régime (trim très positif), le Zeppelin est quelque peu avare de sensations tant il assure et rassure. Et, en virage rapide, le grip de la carène semble d’autant plus fort qu’il passe presque à plat, avec une gîte minimale (comme la plupart des semi-rigides de la marque) qui oblige les occupants à se cramponner ferme pour rester en place. Notons, pour cet essai effectué avec un Suzuki 115 ch, une nette ventilation de l’hélice qui pénalise les relances en sortie de courbe…



Parlons maintenant performances… En préambule, précisons que lors de cet essai le compte-tours du Suzuki n’était pas branché. Même sans cet indicateur, le DF115 nous est apparu bien « marié » avec le V-Pro. Comme le prouve la vitesse maxi de 36,5 nœuds générant des allures de croisière de 19,5 nœuds (éco) et 25,4 nds (rapide), ces deux derniers chiffres étant relevés à des régimes que nous estimons aux alentours de 3 500 et 4 500 tr/min. A ce sujet, le pilote aura une large latitude pour adapter sa vitesse de croisière à l’état de la mer puisque le 20 V-Pro plane dès 9,8 nœuds ! Du côté des accélérations, les marques sont aussi satisfaisantes avec seulement 3’’2 pour déjauger et moins de cinq secondes pour franchir les 20 nœuds. Voilà qui montre que ce 20 pieds s’accommode bien d’une puissance de 115 chevaux. Pour ceux qui navigueraient lourdement chargés, ou qui voudraient établir des moyennes plus élevées, nous avions relevé 42,6 nœuds avec un Yamaha 150 ch (puissance maxi autorisée), équipé il est vrai d’une hélice très longue (21’’), au détriment des accélérations.  



 



photo Zeppelin Command 20 V Pro


photo Zeppelin Command 20 V Pro


photo Zeppelin Command 20 V Pro


photo Zeppelin Command 20 V Pro


photo Zeppelin Command 20 V Pro


photo Zeppelin Command 20 V Pro


photo Zeppelin Command 20 V Pro


photo Zeppelin Command 20 V Pro





Qualité de réalisation      

Comportement        

Performances      

Equipement      

Adéquation programme        

Rapport qualite/prix      

Le comportement efficace et sûr
La position de conduite
La console haute qui protège bien
Le tableau de bord spacieux
La banquette confortable
La perte de motricité en sortie de virage
Le couvercle du coffre à mouillage sans passe-ligne
Les saisines peu pratiques
Le design basique

Face a la concurrence…

Modéle Ocean Pro 630 ViperMax 6.2 Manta 610
Marque Humber (Grande-Bretagne) Osprey (Grande-Bretagne) Pro Marine (France)
Imporlation Fishing Ribs (35 - Melesse) Plaisirs Nautic 29 (29 - Plomelin) Réseau de concessionnaires
Longueur 6,30 x 2,34 m 6,20 x 2,48 m 6,10 x 2,53 m
Nb de personnes 17 12 14
Matériau flotteur CR/CSM CR/CSM CR/CSM
Prix 25 730 € (sans moteur) 26 890 € (sans moteur) 29 950 € (sans moteur)
PERFORMANCES
Vitesse maxi 36,5 nds* (* Compte-tours hors service)
Vitesse de croisière rapide 25,4 nds*
Vitesse de croisière economique 19,5 nds*
Temps de jaugeage 3,2 secondes
Accélération de 0 a 20 nds 4,6 secondes
Vitesse minimale d’hydroplanage 9,8 nds*
Hélice de l'essai 11 l/h
Consommation en usage courant (estimation) 7 h 45 min (rés. 95 l)
Autonomie en usage courant (estimation) inox 3 pales