Essai Zodiac Medline 2 Compact

Un profil de best-seller

Série à succès, la Medline s'enrichit d'un quatrième mousquetaire. Ce dernier, qui vient se placer entre le I et le II, possède les mêmes armes de séduction que ses aînés : un cockpit convivial, de belles dispositions pour le farniente et un comportement à la mer convaincant. L'avenir lui appartient.

Texte et photos : Philippe Leblond


 n'est plus au catalogue
 5.3 m
 9
 32 nds avec Yamaha 100 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 41 Mai/Juin 2004




Le petit frère du Medline II a tout pour se faire une place au soleil. A l'heure de rendre les clés au dynamique concessionnaire de Mandelieu, AS Marine, le bilan est, il est vrai, très flatteur. Et en premier lieu, il donne la sensation à son pilote de barrer un bateau beaucoup plus grand que les 5,30 m qui figurent sur la plaque constructeur. Son équilibre en navigation, le confort de sa carène, sa maniabilité, engendrent un sentiment de sécurité qui séduira plus d'un propriétaire. Ensuite, il y a sa conception qui colle au plus près de son programme de compagnon pour la famille. Zodiac a fait du confort de chacun (pilote et passagers) un impératif, et il est vrai que l'aménagement du cockpit réserve de nombreuses places assises en navigation (au moins quatre sur des sièges) ainsi que deux solariums pour les moments de détente aux mouillages. Sans parler de la conversion possible du bain de soleil avant en petite dînette avec la table optionnelle. Un cabriolet, que l'on peut fixer sur les deux mains courantes en inox fixées, collées sur les flotteurs, permet de déjeuner à l'ombre. Plus inhabituelle, à bord d'un semi-rigide, est la présence des supports de verres ou de canettes, tant sur le poste de pilotage que sur l'un des coffres avant, à portée de main des occupants du siège biplace, devant la console. Pour la baignade, signalons aussi les petites plate-formes de bain intégrées au moulage de la poupe. Celle de bâbord est bien sûr dotée d'une échelle de bain pliante et d'une douchette alimentée par un réservoir d'eau de 50 litres. Pour en terminer avec le « confort passif », n'oublions pas de mentionner les nombreux volumes de rangement, coffres ou équipets, qui sont partie intégrante du moule de pont. Et pour situer le niveau de finition du gros œuvre en polyester, précisons que tous ces coffres sont enduits de gel-coat brillant. Sur le plan esthétique, la « signature » Medline est donc respectée à la lettre : flotteur gris pâle, accastillage sur mesure, console décentrée, et surtout sellerie à rayures bleues et blanches… Pour ce qui est du positionnement dans la série Medline, le petit nouveau est bien un Medline II en réduction. Mais, malgré la différence de longueur (70 cm de moins), la circulation à bord reste efficace, le report sur tribord du poste de pilotage libérant à bâbord un passavant de 36 cm de large. Les deux solarium offrent, par ailleurs, une surface suffisante pour quatre adeptes des séances UV (168 x 122 cm à l'avant, 112 x 130 cm à l'arrière), les flotteurs, de part et d'autre, faisant office d'appuie-tête. Quant à l'ergonomie de la position de pilotage, elle n'a pas été sacrifiée, offrant tant assis que debout, un confort satisfaisant, grâce à une assise relevable servant de « leaning-post ». L’équipement n’est pas non plus revu à la baisse et l’on se réjouit de retrouver un davier sur socle polyester pour le mouillage, des mains courantes inox permettant de fixer le taud de soleil ou des supports de cannes à pêche, des taquets inox, et des options intéressantes telles que douche de pont (option), roll-bar inox, mât de ski ou gonfleur électrique..Si la finition, dans la découpe du tissu et les collages, est encore perfectible, la qualité de la stratification et du gel-coat paraît irréprochable et l’on se doit de souligner l’effort d’intégration des éléments d’accastillage qui peuvent éviter les contusions en navigation par mer formée. L’astuce du puits de mouillage, avec l’ancre suspendue par son jas, évite les recherches fastidieuses au fond de la baille. Le petit bac de débordement dans lequel se trouve le nable de remplissage du réservoir de carburant (sous le siège avant) est aussi un égard vis-à-vis du préposé au plein. De même l’assistance de l’ouverture manuelle du grand coffre arrière, par deux vérins à gaz est bien agréable. En revanche, sur le tableau de bord, la place risque de manquer pour qui voudra installer un GPS ou un soudeur. A la barre du nouveau Zodiac, ces petits détails d’équipement semblent loin, car l’attention du pilote est tout de suite captée par ses qualités évolutives. Son poids, sensiblement au-dessus de la moyenne, n’y est certes pas étranger, de même que le V profond presque constant de sa carène, prolongée par des courts flaps fixes. Dommage que la petite houle résiduelle n’ait pas suffit à faire décoller le Medline car nous aurions aimé compléter notre excellente impression quant à son comportement à la mer. Sa faculté à rester au contact de l’eau est d’ailleurs étonnante, limitant les mouvements d’assiette qui souvent se soldent par des impacts avec le plan d’eau. Bien que vif et rapide, le Medline se comporte en petite limousine, mettant un point d’honneur à rendre la navigation confortable. Une bonne nouvelle dans l’optique des sorties en famille. Autre avantage, malgré sa quille marquée, il peut hydroplaner dès 10 noeuds. Il en découle une large plage de régimes favorables en matière de consommation (5 rendements supérieurs à 1 mille par litre) autorisant un grand choix en matière de vitesse de croisière. Même à 5 000 voire 5 500 tr/mn, le bateau reste économique à l’usage et ce, en dépit d’un choix d’hélice perfectible. En effet, il serait sans doute possible de gagner trois ou quatre nœuds en vitesse de pointe tout en faisant tomber le régime de 100 ou 200 tours, en optant pour une hélice de 19 pouces, « plus longue » que la 17 pouces de l’essai. Car pour ce qui est de l’accélération, le 100 ch 4 temps à carburateurs en a sous le pied : n’a-t-on pas réalisé 2’’8 au déjaugeage ? A creuser, donc…

Pour le reste, pas de problème, le Medline se révèle sain et plaisant à l'usage, enroulant les virages avec brio et précision. Il serait même intéressant de le revoir à l'œuvre avec plus de puissance. Il n'est d'ailleurs pas exclu que son homologation actuelle soit revue à la hausse en matière de puissance maxi. Pourquoi pas 115 chevaux ?.



photo Zodiac Medline 2 Compact


photo Zodiac Medline 2 Compact


photo Zodiac Medline 2 Compact





Conclusion
Pour un bateau destiné à la promenade familiale, avec tout le confort et l’équipement que cela implique sur les semi-rigides d’aujourd’hui, le tout nouveau Medline II Compact répond présent. Agréable en navigation comme au mouillage, il témoigne d’une excellente conception et cadre exactement avec les exigences de son programme. Chaque chose est à sa place, et l’on peut dire qu’il n’est pas loin du sans faute. Sa présentation flatteuse est à la hauteur de ses qualités techniques et, pour nous, sous réserve d’avoir confirmation de sa tenue en mer formée, il ne fait pas de doute qu’il va se hisser parmi les références de sa catégorie.




Maxi_23052008-130500image_2 Maxi_23052008-130500con Maxi_23052008-130500image_3