Essai Zodiac Open 5.5

Condensé de matière grise

Une conception sophistiquée au service d’une fonctionnalité optimale, telle est la caractéristique majeure du tout nouvel Open 5.5. Avec pour corollaire une personnalisation poussée de son équipement, afin de jouer au maximum la carte de la polyvalence. Un pari osé mais plutôt réussi, comme le montre cet essai.

Texte Philippe Leblond - Photos Romain Sandt et Philippe Leblond


 à partir de 18 643 € (PVC) sans moteur
 5.4 m
 12
 39 nds avec Yamaha 130 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Essai paru le 21/06/2018

Fiche technique

Longueur 5,4 m
Largeur 2,54 m
Longueur intérieure 4,22 m
Largeur intérieure 1,39 m
Diam. maxi des flotteurs 57 cm
Nbre de compartiments 5
Puissance maxi 130 ch (95,7 kW)
Puissance conseillée par Pneumag 100 à 130 ch
Poids sans moteur 585 kg
Rapport poids/puissance 5,8 kg/ch (avec le moteur de l’essai)
Nombre de personnes 12
Couchage 0
Charge utile 1410 kg
Matériau flotteurs PVC ou CR/CSM
Capacité carburant 100 l
Catégorie CE C
Constructeur Zodiac Nautic (92 - Sèvres)
Importateur réseau de concessionnaires
Droits annuels sur la coque exempté
Droits annuels sur le(s) moteur(s) exempté



Ce qui frappe de prime abord lorsqu’on découvre le dernier-né des semi-rigides du groupe Zodiac, c’est son évidente sophistication. Pas de doute, la matière grise du bureau d’études a phosphoré pour atteindre l’objectif prioritaire fixé par le cahier des charges : être en mesure de répondre à une utilisation multiprogramme. Et pour cause… Ce nouveau modèle vient remplacer le Pro Open 550 qui s’est écoulé à plusieurs milliers d’exemplaires à travers le monde, grâce à sa polyvalence et à sa (très) longue carrière. Dominique Herbert-Suffrin, PDG du groupe Zodiac n’a cessé de le marteler lors du voyage de presse organisé pour l’essai du petit dernier : « Ce modèle représente pour nous un enjeu primordial, car la gamme Pro Open est la plus diffusée ! » D’où une certaine audace de conception que nous allons décortiquer de plus près…   



Une modularité astucieuse



Pour bien faire les choses, Zodiac avait mis à disposition des journalistes européens une dizaine d’Open 5.5, tous motorisés et équipés de manières différentes, afin de bien démontrer l’éventail d’utilisation et la personnalisation offerte par ce nouveau Pro Open qui rejoint l’Open 7 (voir notre essai sur ce site), duquel il est clairement inspiré. Amarrés le long de la capitainerie du port du Crouesty (Morbihan), ils se dévoilent avec tous leurs atouts. Le temps limite impartis pour les essais, comme souvent dans ce genre de réunion, ne nous a pas permis de détailler entièrement les nuances offertes, ni de tester volant en main toutes les versions. Mais, en l’état, on peut saluer le travail effectué pour offrir un maximum dans un espace minimum. Ainsi, il n’est pas incongru de se poser la question suivante : l’Open 5.5 en offre beaucoup pour un semi-rigide de son gabarit. Trop ? Peut-être… Car le plan de pont, côté poupe, est assez « encombré ». Il n’est pas très facile de se mouvoir entre le bolster et la banquette arrière, dès lors qu’on est quatre à bord. Un espace qui, il faut le reconnaître, offre tout de même cinq vraies places assises, ce qui est plutôt rare sur un 5,50 m. Mais ce qui est peut-être le plus étonnant sur ce bateau, c’est son imposant poste de pilotage, qui ne déparerait pas sur un 7 mètres ! Le tableau de bord, spacieux, permet d’intégrer une centrale de navigation grand écran (12 pouces !) tout en préservant de l’espace pour encastrer d’autres instruments, sans oublier un petit vide-poches ouvert et les supports de gobelet et canette. Le haut pare-brise protège bien des éléments, et sera pleinement apprécié lors des navigations hivernales. Quant au bolster, c’est un vrai biplace, avec un bon maintien latéral et une position de conduite agréable, grâce aussi au retrait de la façade postérieure de console et à son cale-pieds moulé.  



Pour compenser l’emprise au sol importante de ces éléments de confort, la console et le bolster, dont le dossier enveloppant est néanmoins une option, sans laquelle, le siège est un leaning-post, ont été décalés sur tribord afin de laisser un large passavant unique plutôt que deux riquiquis. Bien vu. Tout comme les trois éléments amovibles, formant le dossier de la banquette arrière, pour faciliter l’accès aux plates-formes de bain et libérer quatre porte-cannes pour la pêche. Rayon rangement, la volumineuse console apporte sa louable contribution avec une grande ouverture frontale assistée par vérins pneumatiques (il est possible d’y caser un wakeboard), car par ailleurs, les coffres n’en sont pas très généreux, celui de l’avant étant dédié au mouillage auquel s’ajoutent les deux petits bacs amovibles, situées sous les assises latérales de la banquette arrière. Cette dernière abrite une glacière Igloo de 54 litres…   



L’accastillage : du sérieux !



Terminons le tour du propriétaire en décernant la mention très bien à l’accastillage. Zodiac n’a pas mégoté proposant de nombreuses mains courantes bien placées, des taquets fortement dimensionnés et positionnés de telle manière que les amarres ne raguent pas sur les flotteurs (proposés en PVC Strongan ou en Hypalon Orca) , un balcon encadrant la proue, permettant de se tenir lors des manœuvres de mouillage, une delphinière discrète mais flanquée des feux de navigation, de chaumards et équipée d’un davier repliable, sans oublier la bitte d’amarrage inox, ni l’arceau arrière avec point de traction haut placé pour favoriser les figures en wakeboard. Un bon point aussi pour le remplissage de carburant avec son bac de débordement situé sur le bord du coffre à mouillage, ce dernier pouvant être recouvert, en option, d’un matelas de bain de soleil.



Avant d’enclencher la marche avant, il convient de préciser que la carène de l’Open 5.5 (comme celle du Pro 5.5) est nouvelle, il ne s’agit pas d’une reprise de celle des anciens Pro et Pro Open 550. Elle affiche toujours un angle très marqué au tableau arrière (24°), autrement dit un « V profond » de la même valeur exactement que celle des légendaires marques d’offshores américains : Cigarette, Apache, Formula, Fountain et consorts… Ce profil destiné à assurer un meilleur passage en mer formée réclame par contre davantage de puissance que les carènes aux formes plus porteuses, ce qui nous fait dire à la lumière des essais que nous avons effectués qu’il faut envisager 100 chevaux, pas moins, pour exploiter convenablement le potentiel de ce nouveau Zodiac. Compte tenu des nombreux journalistes présents, nous n’avons pu l’essayer qu’avec deux des trois puissances proposées au Crouesty : avec 115 et 130 chevaux. D’abord équipé du Mercury 115 Pro XS, une version musclée du Four Stroke 115 qui nous a permis d’accrocher 35,1 nœuds à 5 750 tr/min avec quatre personnes à bord, le plein de carburant et le… T-top qui pénalise l’aérodynamique. Le meilleur rendement (1,16 mille par litre) s’est établi à 3 500 tr/min pour une vitesse de 17,8 nœuds. Deux autres bons rendements ont été obtenus à 4 000 et 4 500 tr/min (1,05 m/l) pour des allures de 20,6 et 26,2 nœuds. Sur un exemplaire sans T-top et avec le même moteur, nous avons obtenu 35,6 nœuds en pointe, mais avec cinq passagers cette fois… L’essai suivant s’est déroulé avec la puissance maxi, en l’occurrence un Yamaha F130. A plein régime (6 100 tr/min) notre GPS a indiqué 39 nœuds piles. Une marque obtenue dans une mer formée à la différence des premiers essais qui se sont déroulés sur un plan d’eau lisse. Nous étions quatre à bord, avec 70 litres d’essence et coiffé du fameux T-top, qui doit bien « manger » deux nœuds. Il est évident que dans de meilleures conditions, cet ensemble signerait un bon 40 nœuds, valeur très élevée pour un bateau de 5,40 m. Donc, il ne fait pas de doute que la carène du nouvel Open est véloce. En découle de super rendements, avec un excellent 1,21 mille par litre à 4 000 tr/min et 21,7 nœuds, vitesse de croisière idéale pour un semi-rigide de cette longueur et de ce poids. Cette allure propice aux longues navigations s’accompagne d’une autonomie d’un peu plus de 100 milles. Cette dernière pourrait être supérieure si Zodiac proposait un réservoir un peu plus généreux (par exemple 130 litres), ce que pourraient apprécier certains pêcheurs qui n’hésitent pas à se rendre sur des postes lointains…    



Des accélérations en demi-teinte…



Si côté vitesse, l’Open 5.5 obtient de bonnes notes, c’est plus laborieux pour ce qui est des accélérations. Au moins, les skieurs ne se feront pas « allonger les bras » ! Malgré sa fougue, le Mercury a dû se contenter de 5’’1 pour faire déjauger cette carène en V profond (8’’8 pour passer les 20 nœuds), tandis que le Yamaha a clairement peiné avec 6’’7. Difficile d’incriminer le choix des hélices qui, au vu des régimes et des vitesses maxi obtenus, paraît pertinent.



 



Performant, le dernier-né des Zodiac nous a démontré l’être, avec de bons chiffres si l’on excepte les accélérations, en demi-teinte. Qu’en est-il du comportement ? Si avec le Mercury le plan d’eau, des plus cléments lors de notre navigation du Crouesty jusqu’à l’Ile d’Houat, ne nous a pas permis de nous éclairer quant aux qualités de passage dans la vague de cette carène, notre chemin retour s’est effectué sur une mer qui s’était levée, avec des creux oscillants autour de 70 cm et une brise de sud-ouest forcissant à 3 beauforts. Dès lors, nous avons pu apprécier la sécurité procurée par l’Open 5.5, même à vitesse maxi, et ce malgré un nez un peu léger (beaucoup de poids à l’arrière avec la puissance maxi et deux passagers assis sur la banquette arrière). La tenue de cap est demeurée imperturbable en dépit de quelques petits décollages, la carène soulageant bien à la réception dans les creux, et ne mouillant pas. Par contre, elle n’a pu éviter quelques impacts, ce qui dans cette mer désordonnée (courant de marée contre vent) n’est guère évitable. En virage, nous avons apprécié le grip régulier et la précision dans les trajectoires.  



 



photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5


photo Zodiac Open 5.5





Conclusion : Beau travail de Zodiac qui, avec cet Open 5.5, pousse loin le concept du semi-rigide polyvalent. Ce dernier saura-t-il tout faire bien ? Seul un usage prolongé dans le cadre de diverses activités pourra le dire, mais nous nous montrons positivement optimistes au sujet de ce « couteau suisse ». On ne serait pas complet sans mentionner que le chantier français propose, au choix, trois teintes pour les flotteurs et deux pour la mousse EVA qui habille le pont (option).




Qualité de réalisation        

Comportement      

Performances        

Equipement          

Adéquation programme        

Rapport qualite/prix      

Le comportement dynamique et le pilotage attractif
Le large choix d’équipements
Le poste de pilotage spacieux et protecteur
Le cockpit autovideur à l’arrêt
La réalisation soignée
La place arrière tribord un peu « confinée »
L’absence de compas
Le T-top qui gâte la ligne (et le tarif !) sur un semi-rigide de cette taille
L’absence de table de pique-nique parmi les options
T-Top : 2 325 €
Roll-bar ski/wake : 1 208 €
Dossier de bolster : 500 €
Plates-formes de bain : 1 075 €
Pont en mousse EVA : 992 €
Extension solarium : 821 €

Face a la concurrence…

Modéle Pro Open 5.5 Tempest 560 Work Manta 550
Marque Zodiac (France) Capelli (Italie) Pro Marine (France)
Imporlation Réseau de concessionnaires Yamaha Motor France (95 – Saint-Ouen l’Aumône) Réseau de concessionnaires
Longueur 5,40 x 2,54 m 5,60 x 2,55 m 5,50 x 2,53 m
Nb de personnes 12 9 12
Matériau flotteur CR/CSM CR/CSM CR/CSM
Prix 21 143 € (sans moteur) 25 950 € avec Yamaha 100 ch 18 500 € (sans moteur)
PERFORMANCES
Ft_moteur
Mes_dyn