Essai Caribe Avantage 430 T

Le bonheur accessible

Avec la montée en gamme des semi-rigides, il n'est pas toujours facile de trouver un ticket d'entrée dans le motonautisme pour un budget raisonnable. L'accord passé entre Honda et Caribe, pour la commercialisation de packages, met en relief des ensembles accessibles et performants, à l'exemple de ces deux Caribe, efficaces et ludiques.

Texte et photos Philippe Leblond


 7 190 € sans moteur (tarif 2016)
 4.3 m
 8
 29 nds avec Honda 40 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 67 septembre/octobre 2008



Bien assis sur ses flotteurs de fort diamètre, l'Avantage 430 fait preuve d'une grande stabilité à l'arrêt. Revers de la médaille, sa largeur intérieure est assez limitée. Elle est néanmoins suffisante pour accepter un siège biplace de pilotage derrière lequel sont disposés, à claire-voie, la batterie dans son bac étanche, surmonté du coupe-circuit, et la nourrice Honda, forte de 24 litres. L'épaisseur du tableau arrière et des renforts de coque apparents donne confiance. Cette robustesse du gros œuvre et sans aucun doute l'un des points forts de Caribe, alors que le design et la finition des accessoires laissent parfois à désirer. Deux cadènes plantées dans le tableau arrière peuvent servir pour tracter un skieur ou un wake-board. L'assise du siège pilote se relève, curieusement, vers l'avant. Ce n'est sans doute pas le plus pratique, mais lorsqu'on oublie de boucler la fermeture, on ne risque pas de basculer en arrière lors d'un saut de vague. Le câblage moteur court sur le plancher, à la base du flotteur tribord. C'est aussi sur la face interne des tubes que sont maintenues les pagaies, à l'aide d'attaches de Velcro. On trouve le même type de lien, à l'avant, pour maintenir l'amarre lovée à portée de main. Une bonne idée que nous n'avons vue que chez Caribe. La pointe avant est occupée par un coffre volumineux qui peut aussi servir au mouillage. Il est toutefois possible de ranger le matériel fragile dans la partie basse de la console… Entrée de gamme oblige, le nez du bateau n'est pas pourvu de davier. Il est sommairement protégé par deux bandes de ragage, et l'on ne trouve pas de taquet pour mouiller ou amarrer. Un peu léger… Bien assis derrière la console (debout, on manque un peu d'espace), le pilote bénéficie d'une bonne protection et d'une bonne visibilité. La lecture des instruments ne pose pas de problème et il reste de la place pour monter un combiné GPS-sondeur sur le bord supérieur du tableau de bord. La main courante permet au copilote de bien se tenir s'il veut naviguer debout dans la mer formée. La propulsion est assurée par l'inédit BF40 de chez Honda, et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce petit bicylindre, léger et compact, procure un bon punch au Caribe (non, dans celui-ci il n'y a pas de rhum !). Le déjauge express (2''5 seulement) est suivi d'une bonne montée en régime vers la vitesse maxi qui échoue de peu sous la barre des 30 nds. On n'en obtient pas moins une vitesse de croisière satisfaisante avec 18 nds à 4 000 tr/mn. Le mariage avec ce 40 ch est très réussi, car le Caribe témoigne d'un comportement parfaitement homogène et d'une prise en main facile. Le bateau, même s'il vire à plat, ne déclenche pas de ventilation de l'hélice, et ses virures s'accrochent bien à la trajectoire souhaitée. Et quel que soit le cap par rapport au clapot, le passage se fait en souplesse et sans ruptures d'assiette.



photo Caribe Avantage 430 T


photo Caribe Avantage 430 T





2
3