Essai Caribe Avantage 530

Costaud mais civilisé

Ses gros flotteurs lui donnent l'allure et la capacité d'un gros-porteur, mais son aménagement en faveur du confort à bord est à même de séduire une petite famille. De plus, son comportement et ses performances, avec 60 ch seulement, font de cet ensemble un bon ticket d'entrée dans le motonautisme de loisir.

Texte et photos Philippe Leblond


 17 990 € sans moteur (tarif 2016)
 5.3 m
 10
 33.5
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 81 Janvier/Février 2011



Malgré son apparence un peu dodue, l'Avantage 530 sait se montrer performant. Avec – 33 % de la puissance maxi autorisée, il a dépassé 33 nœuds au régime maxi de 6 400 tr/min ! Une performance consistante, qui pourrait être encore améliorée avec une hélice à pas plus long, puisque la 14 pouces utilisée lors de notre essai entraînait un surrégime de 400 tr/min. Les 35 nœuds seront sans doute accessibles avec une hélice un peu plus longue, au bénéfice des rendements qui sont déjà excellents avec plus de 2 milles par litre, entre 4 000 et 4 500 tr/min (de 17 à 20 nds). D'autant qu'on peut se permettre de perdre un peu en accélération, au vu des chronos réalisés au déjaugeage (3"6) et de 0 à 20 nds (6"6)… Mais, le chiffre le plus étonnant est celui de l'autonomie. Grâce à la sobriété du nouveau Honda BF60 et au gros réservoir d'essence (150 litres !), il est possible de naviguer pendant plus de 24 heures à régime économique, sans repasser à la pompe !
Venons-en au pilotage qui, compte tenu de cette puissance raisonnable, s'avère vivant et plaisant. Même trimé à la vitesse maxi, et malgré un léger roulis, le Caribe est doté d'une tenue de cap rigoureuse. La barre et les commandes répercutent fidèlement l'action du pilote, à cette carène qui réagit aux moindres sollicitations. Par contre, le bateau est moins à l'aise quand on attaque les virages serrés sans ménagement. La carène interrompt sa gîte intérieure dès le premier tiers du virage, et la remise de gaz se traduit par une amorce de contre-gîte qui peut surprendre un pilote peu expérimenté. Il est donc préférable de virer calmement. Dans ce cas, l'Avantage 530 se montre précis, grâce à un bon grip de sa quille. L'allure naturelle de croisière se situe à 4 500 tr/min (19,7 nds), la carène travaillant le clapot en souplesse, et le Honda émettant un feulement discret.
Les flotteurs du Caribe (60 cm !) sont d'un diamètre peu commun. Il en découle une flottabilité importante (1 385 kg de charge utile) et une homologation en passagers qui ne l'est pas moins (10 personnes). Mais, leur implantation sur la coque étant plutôt haute, ils touchent à peine l'eau à l'arrêt, et la stabilité n'est pas optimale. Par contre, une fois chargé, le boudin repose bien sur l'eau et ne s'enfonce quasiment plus. On note aussi que le cockpit est plus profond que sur nombre de semi-rigides concurrents, dispensant une sécurité supplémentaire, notamment pour les enfants en bas âge. Le plancher antidérapant possède deux gros vide-vite, situés à la base de la banquette arrière, qui offre deux à trois places assises en fonction du gabarit des occupants. Par contre, le siège de pilotage trop étroit pour deux, laisse le pilote seul aux commandes. Ces dernières sont placées un peu bas pour un barreur de grande taille. L'assise relevable offre toutefois une bonne position de conduite debout (en appui), et encore meilleure lorsqu'on est assis. Simple, la console n'en est pas moins fonctionnelle, avec un coffre sec (ouverture sous le volant), et un tableau de bord laissant la place pour fixer un GPS ou un sondeur sur étrier. Les mains courantes de la console ou du leaning-post permettent au copilote de se tenir aux côtés du pilote en navigation, debout ou assis sur le flotteur.
À l'escale, le pont du Caribe s'offre au soleil grâce à un solarium démontable, utilisable dans le sens transversal, car la présence du puits de mouillage fait qu'il est trop court dans le sens longitudinal… Le large passavant (console décalée) permet de se rendre facilement vers l'arrière pour profiter de la baignade, via une petite plate-forme moulé avec le pont et équipée d'une échelle télescopique ; le roll-bar s'avère malheureusement un peu gênant... Nous retiendrons aussi trois petites astuces pratiques : les attaches Velcro pour l'amarre de pointe et l'échelle de bain, la sangle sur le flanc intérieur du flotteur pour s'aider à remonter à bord, et le bouchon de remplissage de carburant avec son petit bac de débordement, situé sur le bord du coffre avant.



photo Caribe Avantage 530


photo Caribe Avantage 530


photo Caribe Avantage 530


EN MER
Une hélice à pas trop court a sans doute privé l'Avantage 530 de deux ou trois nœuds qui lui aurait permis de dépasser la marque des 35 nds. Un léger roulis à la vitesse maxi ne l'empêche pas d'afficher une tenue de cap précise. Par contre, une certaine prudence s'impose lorsqu'on entre fort dans les virages, en raison d'une amorce de contre-gîte.

AU PONTON
L'assise mobile du siège pilote, qui se transforme en leaning-post, permet aussi de piloter debout.
Le solarium possède une rallonge amovible qui lui donne des dimensions plus décentes.
La nourrice est située dans le coffre sous la banquette. On trouve aussi un réservoir fixe de 150 litres qui confère au Caribe une autonomie hors normes.
La console de pilotage est simple mais bien étudiée, à l'exception de sa face arrière qui ne comporte pas de retrait pour la flexion des genoux. Un défaut encore très répandu…




2
3