Essai 3D Tender Family 580

Bon élève…

Ce semi-rigide fabriqué en Chine vise une utilisation familiale pour laquelle il réunit l'essentiel des qualités requises : nombreuses places assises, capacité de rangement, comportement marin serein… Reste un design quelconque, mais qui ne porte pas préjudice à une personnalité sympathique.

Texte et photos Philippe Leblond


 14 990 € sans moteur (tarif 2013)
 5.8 m
 9
 35,4 nds 
avec Honda 115 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 94 Mars/Avril 2013



Bon élève mais peut mieux faire… Cette critique nuancée que les profs assènent régulièrement aux élèves qui ne sont pas (encore) dans le haut du classement, pourrait s'adresser à ce nouveau 3D Tender, présenté pour la première fois au Grand Pavois, en septembre dernier. Quoi que, après essai, l'on puisse en conclure que ce semi-rigide de moins de six mètres possède de réels atouts pour séduire une clientèle à la recherche d'un compagnon de vacances à budget raisonnable. Effectivement, pour moins de 15 000 € (rajoutez-en autant pour le moteur), il offre à peu près les mêmes prestations que des modèles italiens sensiblement plus chers (hormis Capelli et Selva). Alors bien sûr, il ne peut s'enorgueillir ni de leur pedigree, ni de leurs flotteurs en Néoprène/Hypalon (à moins de payer l'option). Avant notre essai, Olivier Dalidec, créateur de la marque 3D Tender, m'avait prévenu : "Ce bateau d'essai est un modèle customisé. Les flotteurs bicolores, la sellerie rouge et le pont en simili teck (Decking) ne sont pas prévus en standard." La preuve, donc, qu'un chantier chinois peut à la demande du constructeur appliquer quelques variantes… De fait, cet exemplaire, à flot, était plus chatoyant que celui uniformément blanc, exposé à terre ! De la poupe à la proue, l'observation attentive du cockpit ne laisse paraître aucune lacune de conception, à l'exception peut-être du solarium qui, même avec sa rallonge (convertible en table de pique-nique, avec un pied amovible), manque d'ampleur, et de l'unique coffre avant, spacieux certes, mais condamné à recueillir le mouillage en l'absence d'un coffre dédié. Sinon, il n'y a que du bon. A commencer par de nombreuses vraies places assises : cinq places minimum, sept en se serrant un peu sur le leaning-post et le siège de la console. Et les flotteurs peuvent accueillir quatre autres passagers. Pour qu'ils puissent bien se tenir en navigation, on aurait préféré de classiques saisines en corde et ajouté une main courante, sur les flancs de la console, sans trop pénaliser les larges passavants. Parmi les points positifs retenons aussi une capacité de rangement intéressante. A la grande cale arrière s'ajoute les rangements secs du leaning-post et de la console, cette dernière offrant un beau volume, facile d'accès grâce à l'ample ouverture frontale assistée de deux vérins à gaz. Un bon point aussi pour l'accès à la baignade, via les deux petites plates-formes de bain, et la delphinière avec taquets et davier pour le mouillage.
Tout en appareillant pour notre sortie en mer, nous apprécions aussi la position de pilotage, avec des commandes à bonne hauteur et une face postérieure de console rentrante, laissant de l'espace aux jambes pour prendre de bons appuis au sol. De même que le tableau de bord, bien abrité derrière un pare-brise étayé par deux mains courantes en inox. Gaz ! Sous le punch du Honda BF115, le 3D Tender se cabre généreusement (attention face à un vent fort), mais expédie le déjaugeage en 3"5. L'accélération se poursuit, bien pleine, jusqu'au régime maxi. Après ajustement du trim, réglage auquel la carène du 580 Family se montre réactive, on atteint 5 600 tr/min et 35,4 nœuds. Une valeur ordinaire, mais obtenue avec trois personnes à bord, un réservoir plein aux trois-quarts, et sur un clapot de 50-60 cm. Par contre, les allures de croisière, et c'est là l'essentiel, sont de belle facture avec 18,3 et 27,5 nœuds à 3 500 et 4 500 tr/min. A ces régimes, le 3D Tender devrait donc obtenir de bons rendements. Question comportement, la copie rendue par l'élève franco-chinois est propre. Bien assis sur ses boudins, il est très stable à l'arrêt. A pleine vitesse et sous l'effet du trim, il amorce un léger mouvement de roulis, mais reste facile à maîtriser. Son passage dans le clapot est à la fois sûr et plutôt confortable, grâce à une quille bien en V, jusqu'au tableau arrière. Et en virage, son attitude est franche, même lorsqu'on tente de le malmener (braquage violent, remise de gaz brutale). Sa gîte intérieure, reste constante, son grip énergique et sa motricité sans faille. Pour ne pas gâter le tableau, sa carène se montre à la fois vivante et plaisante à piloter.



photo 3D Tender  Family 580


photo 3D Tender  Family 580


photo 3D Tender  Family 580


Au ponton :
Le 580 Family a bien appris sa leçon. Avec son aménagement de cockpit confortable, il marche sur les plates-bandes des semi-rigides italiens, depuis longtemps passés maîtres dans l'art du produit de type familial. De fait, bien que ne faisant pas six mètres, il sait se montrer accueillant pour un équipage nombreux, avec quelques éléments de confort qu'on ne trouve pas toujours à ce niveau de prix : table de pique-nique, solarium, pont en simili teck...
Parmi les points positifs, on peut souligner l'accessibilité du coffre de la console, la largeur des passavants autour du poste de pilotage, l'échelle de bain affleurante sur la plage arrière et les taquets inox de format généreux.




En mer :
Après un cabrage prononcé sous la poussée énergique du Honda BF115 (puissance maxi autorisée), la reprise d'assiette se fait rapidement. Réactif aux réglages de trim, le 580 Family s'avère plaisant à barrer et montre un comportement cohérent, autorisant une prise en main facile. Si l'on ne navigue pas trop chargé,100, voire 90 chevaux devraient suffire à assumer la totalité du programme de ce semi-rigide estampillé "famille" : balade, ski et wake.




2
3