Essai 3D Tender Lux 655

Bien à sa place

Sans atteindre l’excellence des productions italiennes, ce modèle « tout confort » de chez 3D Tender fait bonne figure. Sa capacité d’accueil est importante, avec du rangement en rapport et une finition sensiblement supérieure à ce qu’elle était à l’origine de cette marque. Les performances et le comportement dynamique sont eux aussi convaincants.

Texte et photos Philippe Leblond


 18 435 € (PVC) 21 125 € (CR/CSM) sans moteur
 6.55 m
 12
 40,0 nds avec Suzuki 140 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Essai paru le 02/02/2021

Fiche technique

Longueur 6,55 m
Largeur 2,7 m
Diam. maxi des flotteurs 58 cm
Nbre de compartiments 6
Puissance maxi 200 ch (147,2 kW)
Puissance conseillée par Pneumag 140 à 200 ch
Poids sans moteur 900 kg
Rapport poids/puissance 7,8 kg/ch (avec le moteur de l’essai)
Nombre de personnes 12
Couchage 0
Charge utile 0 kg
Matériau flotteurs PVC ou CR/CSM
Capacité carburant 100 l
Catégorie CE C
Constructeur 3D Tender (France/Chine)
Importateur Réseau de revendeurs
Droits annuels sur la coque exonéré
Droits annuels sur le(s) moteur(s) exonéré



Dans la « galaxie » 3D Tender – pas loin de 100 références de pneumatiques pliables ou semi-rigides ! – la série Lux se contente de six modèles, de 4,40 m à 8,45 m, ce dernier partageant avec le Patrol 860, sommet de la famille « pro », le statut de bateau-amiral de la marque. Mais, comme son appellation le dit justement, Lux désigne la gamme « tout confort » de 3D Tender. Essayé à l’occasion des tests des nouveaux Suzuki DF115G et DF140G, ce Lux 655 nous a fait assez belle impression. Voyons pourquoi…



 



Au ponton



Depuis l’apparition de cette marque française qui fait construire ses pneumatiques en Chine, il y a une douzaine d’années, la qualité de fabrication et la finition ont évolué dans le bon sens. Le Lux 655 qui s’est prêté à nos essais en est la preuve évidente, même s’il n’atteint pas le niveau de sophistication des meilleures productions, italiennes notamment. On notera ainsi le leaning-post et la console non contremoulés, rapportés sur le plancher, l’absence de coffres « secs », de vérins et de joints de caoutchouc sur les capots de ceux-ci, les fermoirs de coffres non réglables, le capot de puits de mouillage dépourvu de passe-ligne, les charnières saillantes… Reste que le positif domine largement ! A commencer par une apparence flatteuse. Les tubes, en PVC sur cette version (le chantier propose aussi l’Hypalon), avec valves de surpression, sont assemblés avec soin, le gel-coat gris fait aussi bonne figure, de même que la sellerie, bien coupée et d’une consistance agréable (les coussins sont même déhoussables), et l’inox, présent partout où il peut l’être (mains courantes, charnières, supports de cannes, taquets…). Il y a aussi et surtout une conception générale plutôt aboutie dans l’optique d’une utilisation familiale. Deux critères dont il faut absolument cocher les cases : le nombre de vraies places assises et le volume de rangement. Dans ce domaine, le Lux 655 remplit le cahier des charges avec six places assises, sans le concours des flotteurs, et un nombre de coffres qui permettra « d’avaler » sans mal le matériel de sécurité et les affaires de l’équipage. Autre point qui a son importance à bord d’un bateau qui sera occupé par un équipage parfois nombreux : la liberté de mouvements sur le pont. De ce point de vue aussi, le Lux 655 s’en tire avec les honneurs, grâce notamment à un poste de pilotage monoplace qui laisse deux larges passavants (34 cm). Les marche-pieds, situés de part et d’autre de la banquette arrière, rendent aisé l’accès à la plate-forme de bain, laquelle s’avère particulièrement spacieuse pour un semi-rigide de cette taille. L’échelle est intégrée et la douchette, alimentée par un réservoir de 100 litres (!), à portée de main. Les taquets aussi sont bien placés, sur le bord de la plage de bain, mais à ces modèles pliants nous aurions préféré des fixes…



 



Et que dire de la convivialité ? Eh bien, sur ce 3D Tender, elle n’est pas en reste. Il y a au sol deux embases de fixation, à l’avant et à l’arrière, pour recevoir deux tables de pique-nique. De quoi dresser deux petites dînettes pouvant accueillir chacune trois convives, quatre en se serrant un peu. Ajoutez à cela le solarium de la proue (un peu puzzle à assembler !), et les amateurs de rayons UV pourront s’y prélasser à leur aise compte tenu de ses dimensions : 197 x 150 cm. De quoi tirer le meilleur parti des mouillages… Mais ces derniers devront être bien abrités, de préférence, car la stabilité latérale à l’arrêt n’est pas des meilleures. Terminons cet état des lieux avec le poste de pilotage. Si le leaning-post offre une assise bien dessinée, il sera, au goût des pilotes de grande stature, un peu trop rapproché de la console. Et comme celle-ci ne comporte pas de retrait au niveau des jambes, des chocs aux genoux ne sont pas à exclure. Les commandes, elles, sont à bonne hauteur et le pare-brise efficace. La main courante qui l’encadre offre une bonne prise pour le copilote, qui ne pourra que se tenir debout, le siège étant individuel. Le tableau de bord, enfin, offre suffisamment d’espace pour intégrer l’afficheur Suzuki et un petit combo GPS-sondeur (non monté sur notre bateau d’essai), ou sur étrier si l’on désire un écran grand format. Comme souvent, le vide-poches est aux abonnés absents…    



 



En mer



Malgré ses 900 kg sans moteur, un poids respectable dû en partie à son importante largeur, le Luxe 655 de notre essai s’est vu gratifier d’une belle pointe de vitesse : 40 nœuds, piles ! Nous y voyons deux raisons évidentes : d’une part la « santé » du tout nouveau Suzuki DF140BG (voir sur ce site le sujet dans la section « essais moteurs »), d’autre part le choix d’une hélice à pas long (23 pouces) favorable à l’obtention d’une bonne V-max. Conséquence de ce pas long, des accélérations moins remarquables que la vitesse : 4’’9 pour déjauger, 7’’2 pour abattre le 0 à 20 nœuds. Des chronos plutôt moyens en rapport de la charge embarquée, soit trois personnes et le plein de carburant d’un réservoir maigrichon (100 litres). Ce qui, malgré de bons rendements moteurs (distance parcourue/essence consommée), débouche sur une autonomie en-deçà des standards, le 3D Tender étant obligé de passer par la pompe après 120 milles, couverts au régime le plus économique. En général, on calque, plus ou moins, la capacité du réservoir, sur le chiffre de la puissance maxi. Dans ce cas, le Lux 655 aurait pu embarquer plus ou moins 200 litres d’essence… Donc, avec juste 100 litres et malgré la sobriété du quatre cylindres Suzuki doté de son dispositif de gestion économique sur les régimes intermédiaires (Lean Burn), l’autonomie est seulement acceptable. Reste qu’avec 200 chevaux, il faudra faire de fréquentes haltes dans les ports…



 



Très facile à prendre en mains avec le Suzuki 140 ch, le Luxe 655 affiche un comportement sain, sécurisant. Le pilote est rapidement en confiance et se prête vite au jeu de pousser dans ses retranchement cet ensemble plutôt homogène, même si l’on aimerait disposer d’un peu plus de pêche lors des relances en sortie de virage, sachant que lors de l’essai, le bateau n’était qu’à mi charge. Toutefois, nous cautionnons le choix d’une hélice à pas long dans le sens où elle permet d’atteindre des vitesses élevées et donc des ratios économiques sur une large plage de régimes. Après un déjaugeage marqué d’un cabrage modéré, le régime grimpe énergiquement, tandis que le 3D Tender passe en souplesse sur le clapot haché de sur l’Etang de Thau (50 à 60 cm), sculpté par une bonne brise de force 4 à 6. La carène défléchit efficacement, même avec vent par le travers, et nous rejoindrons le port vestes de quart quasiment sèches… Quoi d’autre ? La tenue de cap est rigoureuse, la stabilité latérale préservée même avec un trim généreusement positif, et l’efficacité en virage, large ou serré, ne prête pas le flanc à la critique : gîte intérieure modérée mais constante, grip régulier, relance en sortie en pleine motricité… Bref, la copie mérite une bonne note, d’autant que le DF140BG se montre très discret au plan sonore jusqu’à 4 500 tr/min, soit sur les régimes de croisière, ce qui est particulièrement appréciable lors des longues navigations.  



photo 3D Tender  Lux 655


photo 3D Tender  Lux 655


photo 3D Tender  Lux 655


photo 3D Tender  Lux 655


photo 3D Tender  Lux 655


photo 3D Tender  Lux 655





Qualité de réalisation      

Comportement        

Performances        

Equipement        

Adéquation programme        

Rapport qualite/prix      

Le comportement dynamique
La capacité de rangement
Les nombreuses places assises
Le grand solarium
La stabilité à l’arrêt pourrait être meilleure
La petite capacité du réservoir d’essence
L’absence de passe ligne sur le capot du coffre à mouillage
Les fermoirs de coffre non réglables

Face a la concurrence…

Modéle Vesta 650 Comfort Sunrider 650 Golden Line 650
Marque Adventure (Ukraine) Bombard (France) Grand (Ukraine)
Imporlation Jet Marine (29 – Brest) Réseau de concessionnaires Réseau de revendeurs
Longueur 6,48 x 2,50 m 6,35 x 2,45 m 6,50 x 2,65 m
Nb de personnes 12 13 12
Matériau flotteur PVC PVC PVC
Prix 20 946 € (sans moteur) 16 844 € (sans moteur) 22 483 € (sans moteur)
PERFORMANCES
Vitesse maxi 40,0 nds à 6 000 tr/min
Vitesse de croisière rapide 32,2 nds à 5 000 tr/min
Vitesse de croisière economique 22,1 nds à 4 000 tr/min
Temps de jaugeage 4,9 secondes
Accélération de 0 a 20 nds 7,2 secondes
Vitesse minimale d’hydroplanage 12,0 nds à 2 750 tr/min
Consommation en usage courant (estimation) 16,6 l/h à 4 000 tr/min
Autonomie en usage courant (estimation) 120 milles à 22,1 nds
Hélice de l'essai 14’’ x 23’’ alu 3 pales