Essai Nautica Cab (Dorado) DORADO 10 Cabine

Un gros tout-terrain

Polyvalence est un mot qui convient bien au plus grand des Dorado. Avec ses 10 mètres, sa carène bien défendue, sa console-cabine et ses 500 chevaux, ce semi-rigide bien construit et bien fini joue les gros baroudeurs de charme, capable d'associer farniente et action.

Texte et photos Philippe Leblond


 102 500 € sans moteur (tarif 2010)
 9.98 m
 20
 49 nds avec 2 x Yamaha 250 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 75 Janvier/Février 2010




Lorsqu'on pousse les accélérateurs en butée, la carène du Dorado, découpe, ventile, disperse façon puzzle… Les deux V6 Yamaha lui permettent de tutoyer la barrière des 50 nœuds, porte d'entrée de la haute performance en matière de plaisance motonautique. 49 nœuds plus précisément, mais sur un plan d'eau pas facile et avec un T-top dont on sait qu'il constitue un aérofrein de deux à trois nœuds. Une queue de Mistral agitait encore la baie de La Ciotat quand nous avons relevé nos mesures, mais la carène profonde et fluide du Dorado 10 n'avait guère d'égard pour la houle et le clapot venant à sa rencontre. Franchissement irrésistible et déflexion efficace, auxquels s'ajoute une belle faculté à déjauger. Sous la poussée des 2 x 250 ch, seul le dernier tiers des œuvres vives est au contact de l'eau, ce qui explique cette belle pointe de vitesse malgré les 3 tonnes de l'engin en ordre de marche. Bien dessinée, et bien équilibrée, sa carène lui confère les qualités évolutives d'un semi-rigide de 8 mètres. Précis et agréable à barrer, le Dorado 10 vire dans un rayon très court pour son gabarit, grâce à une gîte intérieure prononcée, et à un bon guidage de sa quille, ainsi qu'à une étrave bien dégagée des flotteurs. Son chrono de déjaugeage parle de lui-même : 4 secondes pour un tel bateau et avec 100 ch de moins que la puissance maxi, cela promet des étincelles avec 2 x 300 ch ! Cette puissance maxi fera frissonner les amateurs de vitesse, mais 2 x 200 ch sera un très bon choix pour qui est capable de se contenter de 40/45 nœuds. Quoi qu'il en soit, la motorisation de l'essai lui convient parfaitement. Rendez-vous compte que, à seulement 4 000 tr/min (loin du régime maxi), on peut croiser en toute quiétude, à 30 nœuds ! Voilà de quoi envisager de belles traversées. Cela met la Corse à un peu plus de 3 heures. Et pas de risque de fatiguer à la barre, car la position de conduite s'avère excellente, avec ce gros leaning-post biplace (presque trois places) bien rembourré. De surcroît, les commandes de gaz sont placées au centre, permettant de piloter à deux, un bon point pour s'épargner de la fatigue en mer formée. Efficace en mer, le Dorado 10 ne déçoit pas non plus au mouillage. Son vaste cockpit est bien organisé pour offrir une certaine liberté de mouvement et du confort, comme en témoignent ses quelque huit places assises, hors flotteurs. Seule vraie critique, l'étroitesse des passavants pour un semi-rigide de près de 2 mètres de largeur intérieure. La faute à la console très large et aux supports du T-top qui débordent de part et d'autre. Mais, il est presque excusé par le fait que cette console abrite une couchette double accessible en relevant le panneau sur lequel est moulé le siège avant. Un abri parfait pour passer une ou deux nuits au mouillage en amoureux. Ce serait bête de ne pas en profiter, car le leaning-post propose un bloc-cuisine avec évier, frigo et plan de travail, tandis qu'une douche se trouve à la poupe. Le pont, gaufré par un antidérapant en pointe de diamant, est autovideur par l'intermédiaire de deux gros nables en inox. Outre le T-top en toile blanche sur armature inox, ce bateau de propriétaire était équipé d'un rack à défenses, doté de supports de cannes. Ce qui n'empêche pas l'utilisation des deux solariums, et montre que ce bateau peut aussi bien intéresser les amateurs de bronzette que les pêcheurs de gros. Pour terminer, nous mettrons l'accent sur le sérieux de la construction, avec une rigidité structurelle assurée pas un solide carlingage de couples et varangues, stratifiés sur les fonds, et un échantillonnage généreux pour ce qui est du polyester. Les flotteurs en tissu Orca, soigneusement assemblés, la sellerie bien coupée et garnie d'une mousse à cellules fermées, sont au service d'une ligne élégante. Précisons que le Dorado 10 vient de faire l'objet d'une nette évolution. Sa carène s'allonge jusqu'à 10,60 m tandis que sa puissance maxi passe à 2 x 350 ch. Par ailleurs, le solarium arrière peut abriter, en option, une seconde couchette double..



photo Nautica Cab (Dorado) DORADO 10 Cabine


photo Nautica Cab (Dorado) DORADO 10 Cabine





Maxi_02062010-1055062
Maxi_02062010-1055063