Essai Joker Boat Wide 950

Résolument haut de gamme

L'amiral de la gamme Wide porte son titre avec panache. Combinant un design séducteur et des performances à la hauteur de son statut, il cache sous son pont une superbe cabine qui éveille des rêves de croisière. La construction et la finition sont aussi au top.

Texte et photos Jacques Anglès


 127 600 € sans moteur (tarif 2016)
 9.9 m
 16
 46,8 nds avec 2 x Yamaha 250 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 75 janvier/février 2010




Avec sa gamme Wide lancée il y a un peu plus de deux ans, Joker Boat, longtemps ancré dans un classicisme de bon aloi, a donné un coup de jeune à son image avec un indéniable brio. Une fois encore, force est de reconnaître que les créateurs transalpins sont sans conteste les maîtres du design. Fleuron du chantier, le Wide 950 s'attache à renforcer cette réputation en jouant sur tous les registres. à commencer par une ligne à la fois fluide et agressive, qu'illustrent le profil fuselé de la console-rouf, le flotteur qui s'affine vers la proue, et le grand arceau arrière au courbes tendues. Cette belle étude de formes trouve son prolongement dans le travail de la déco, chic et inventive, à l'image des selleries deux tons aux reflets de bronze ou du design typé du tableau de bord. Le tout est mis en valeur par le pont en teck (de série s'il vous plaît !), par l'accastillage haut de gamme et par un équipement standard particulièrement soigné. Cuisine de pont, réfrigérateur, douche, cabine tout confort avec salle d'eau séparée, guindeau électrique d'origine avec ancre et chaîne, rien ne manque à l'inventaire, ou presque. D'ailleurs, la liste des options ne comporte que deux lignes : installation d'un double vérin hydraulique en bimotorisation, et système audio stéréo installé. Le reste de l'équipement, motorisation et électronique, relève de choix personnels à étudier avec le vendeur. Bien entendu, le tableau arrière est conçu pour recevoir un équipement bimoteur, à l'image du modèle essayé ici, doté de deux V6 Yamaha de 250 ch, dont nous mesurerons plus tard toute l'efficacité. Mais terminons d’abord notre tour du propriétaire… Première évidence, le cockpit est conçu pour un équipage de préférence en nombre limité, même s’il peut, à l’occasion, embarquer seize personnes sans que l’on puisse l’accuser de surcharge. En sortie à la journée, l’équipage optimal comptera quatre à huit personnes, sans risque de se marcher sur les pieds. En navigation, on peut compter sur huit places assises : six sur la confortable banquette arrière semi-circulaire, et deux au poste de pilotage, ce dernier étant pourvu d’une assise relevable formant appui fessier pour le pilotage debout. Le socle de ce leaning-post abrite la cuisine, avec évier, réchaud deux feux et une tablette rabattable offrant un plan de travail commode. C’est bien pour cuisiner, mais on constate alors l’absence de table de repas, une faute à corriger impérativement. En revanche, on apprécie le confort de la banquette et la conception très aboutie du taud de soleil double (avant et arrière), qui couvre tout le cockpit et s’intègre parfaitement à l’arceau une fois replié. On peut aussi louer la facilité de circulation sur le pont, avec de larges passages de chaque côté du leaning-post et des accès sûrs au pont avant, avec mains-courantes le long de la console. Ce pont, offre une splendide surface de farniente (2,95 m de long !), bordée par de solides mains-courantes inox que l’on aimerait un peu plus hautes, pour la sécurité. Enfin, sous le pont, la grande cabine double, bien aérée par quatre hublots, offre un confort parfait pour la croisière, avec un grand lit (195 x 140 cm), des rangements pour les effets personnels et un cabinet de toilette fermé.

Prenons maintenant place au poste de pilotage, cap sur le large pour voir si le ramage de ce bel oiseau est en rapport avec son plumage. Contact ! Les V6 Yam s'ébrouent en toute discrétion (à peine 62 décibels, pratiquement inaudibles en extérieur). Premier bémol, la console, très haute, gêne la visibilité, et la petite estrade en teck, installée pour compenser, n'est pas assez large. En revanche, les commandes électriques (option du motoriste) sont un régal pour les manœuvres de port, facilitées par la double motorisation. Un mot sur celle-ci : le tableau arrière est conçu pour ce type de montage, mais rien n'interdit de préférer un monomoteur. Par exemple, le V8 350 Yamaha : compte tenu du gain de poids (200 kg) et de traînée, il devrait délivrer des performances pas très éloignées du duo de 250 ch de notre essai, avec une économie substantielle à l'achat et à l'entretien. Cela dit l'attelage actuel donne, c'est le moins que l'on puisse dire, toute satisfaction. Jugez-en : 3,5 secondes au déjaugeage et près de 47 nœuds en pointe, sans forcer ! à cette vitesse, la carène du 950 Wide, loin d'être à ses limites, dégage une parfaite sensation de sécurité. Tant en ligne droite qu'en virages, elle répond aux moindres sollicitations du pilote, laissant rêver de ce qu'elle pourrait donner avec une motorisation supérieure... sans doute au-dessus des 50 nœuds. Et en virages serrés, elle ne décroche ni ne ventile à aucun moment. Si le pilotage est un plaisir et les performances de haut niveau, le 950 Wide favorise toutefois le confort plutôt que l'expressivité sportive. Telle une berline de luxe, il taille sa route avec précision, éventuellement à grande vitesse, sans faire souffrir ses passagers. En cela, il correspond parfaitement à son programme. .



photo Joker Boat Wide 950


photo Joker Boat Wide 950


photo Joker Boat Wide 950





CONCLUSION
Un bateau élégant, luxueux et marin, pour la croisière à deux ou les sorties en famille avec des invités. La réalisation, robuste et soigneusement finie, tant pour le flotteur que pour la partie polyester ou l’équipement, honore la réputation du chantier, malgré quelques défauts à corriger. On aime l’immense bain de soleil avant, la cabine de grandes dimensions, et plus encore les qualités dynamiques et l’équilibre de cette carène bien coupée. Pour peu que l’on dispose du budget, ce Wide 950 mérite que l’on s’y intéresse.




Maxi_01062010-1632396
Maxi_01062010-1633212
Maxi_01062010-1632394 Maxi_01062010-1632395 Maxi_01062010-1633213