Essai Joker Boat Clubman 19

Un benjamin très vaillant

Le plus petit des Clubman de la marque Joker Boat, loin de jouer les appâts d'entrée de gamme, est d'abord un bateau très marin. Facile à piloter, sûr en mer et doté d'un cockpit bien organisé pour les balades en famille, il est paré pour les vacances.

Texte et photos Jacques Anglès


 23 490 € sans moteur (tarif 2016)
 5.6 m
 12
 33,9 nds avec Yamaha 80 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 91 Septembre/Octobre 2012



Malgré sa connotation anglophone, le label Joker Boat est produit par le chantier milanais Nautica Aiello, installé de longue date parmi les marques de référence du semi-rigide familial avec une trentaine de modèles qui vont du minuscule Jet Tender 1 (3,30 m) à l'imposant 33 Mainstream (9,98 m). L'anglophilie de la marque se reflète aussi dans la dénomination des gammes (Tender, Coaster, Clubman, Mainstream, Wide) et dans les références des modèles, définies en pieds. À l'instar du Clubman 19 (pieds), long de 5,60 m, une dimension qui en fait un vrai bateau de mer. Au premier regard, on note l'élégance sans tape-à-l'œil, le design sobre, les couleurs assorties avec goût (flotteur ivoire et selleries sable clair sur fond de polyester blanc), bref tout ce qui compose la signature de Joker Boat. Dommage que les grosses initiales JC (Joker Clubman) plaquées sur les flancs du tube, soient un peu trop voyantes…
Le sérieux de la construction et des finitions se précise en montant à bord : c'est lisse, brillant, impeccable en tout point. Commençons par le flotteur : il est bien sûr réalisé en Néoprène-Hypalon Orca (CR/CSM) et protégé par un double liston très épais sur tout le pourtour, extrémités arrière incluses. Les collages sont pratiquement invisibles et la coupe en long “à l'italienne“ ne laisse aucunement deviner le compartimentage interne (six compartiments). L'expérience du chantier se révèle aussi au niveau des passages latéraux pour plongeurs, dotés de renforts au sommet du tube et deux grosses poignées idéalement placées pour faciliter la remontée à bord en s'aidant d'un coup de palmes. Idem pour les longues mains-courantes en nylon toronné de gros diamètre, qui offrent une prise efficace et plus agréable que les poignées en sangle rigide qui équipent de nombreux pneus. La partie “dure“ montre le même souci du travail bien fait. Le moule principal de pont, remonte peu sur les côtés (pour limiter le poids) et suffisamment au niveau du mobilier de pont (console, banquette, coffre avant) pour parer tout risque d'entrée d'eau par la base. La rigidité du plancher et des capots de coffres, le brillant du gel-coat et des pièces d'inox confirment une impression de qualité qui s'étend jusqu'aux détails, tels que les valves de flotteur en inox siglées Joker Boat, les fermoirs de coffres (réglables et cadenassables) ou l'accès pratique aux câblages du tableau de bord. La disposition du cockpit favorise la circulation et l'espace. La console de pilotage et le grand coffre arrière formant banquette sont déportés sur tribord, ménageant ainsi un large passavant et une coursive arrière, fort pratique, vers l'échelle de bain. Le constructeur a pensé au farniente (grand solarium avant pour adultes, petit solarium arrière pour enfants), mais aussi à la pêche et à la plongée (possibilité de s'asseoir en regardant vers l'arrière pour surveiller les lignes, passages “plongeur“ sur le flotteur, coffre long pour arbalètes de chasse sous-marine, cannes à pêche ou skis). Mais cette commodité de circulation se paie par un nombre réduit de places assises dans le sens de la marche (trois seulement). En revanche on ne se plaindra pas des rangements, volumineux et bien conçus. Globalement, ce cockpit est pratique pour la balade estivale comme pour la pêche où la plongée, avec une prédilection pour la première de ces utilisations.
La carène correspond également à ce programme, en favorisant la portance et la stabilité. L'étrave, assez aigüe et légèrement remontante, s'évase doucement vers la poupe, et le flotteur repose sur l'eau à l'arrêt, gage de stabilité optimale lors des moments de farniente ou en action de pêche. Le poste de pilotage, bien placé au centre de gravité de la coque, permet de piloter assis ou debout, la seconde option ayant notre préférence, avec le volant et la manette de gaz à bonne hauteur. Pour cet essai, notre Clubman 19 est doté d'un 80 ch Yamaha, un choix sage en regard de la puissance maximale autorisée (115 ch), laquelle paraît en revanche un peu excessive. L'idéal se trouve sans doute entre les deux pour tirer la quintessence de ce modèle, par exemple avec un 100 ch Yamaha (même bloc et même poids que le 80 ch), ce qui fera gagner 20 ch sans alourdir le bateau. Le 80 ch se révèle néanmoins suffisant et délivre des performances très satisfaisantes, en commençant par un déjaugeage rapide et facile, pratiquement sans cabrer. Dès qu'il est déjaugé, le Clubman 19 reprend “naturellement“ une assiette presque horizontale, et sa bonne réactivité au trim permet un ajustage précis en fonction de la vitesse et des conditions de mer. Un bémol toutefois pour les coups de raquette assez secs que transmettent les flotteurs dans du gros clapot latéral. Tenue de cap, contrôle précis de la direction, bonne stabilité dynamique, cette carène joue franc jeu. Elle délivre un confort optimal entre 17 et 23 nœuds, et son rendement pratiquement constant de 3 500 à 5 500 tr/min (16,6 à 32 noeuds) permet, quand la mer est belle, de marcher vite sans alourdir la facture de carburant. L'équilibre de la carène se confirme lors des franchissements de vagues sportifs, assurés sans sourciller. En courbes longues rapides comme en virages serrés, le Clubman 19 montre une accroche sans reproche mais il s'incline très peu (le tube venant très vite s'appuyer sur l'eau), ce qui oblige à bien se tenir pour contrer la force centrifuge. Enfin, lorsqu'on le pousse à fond, il dévoile un caractère légèrement survireur assez ludique. Bref, c'est une carène vive, sûre et sensible, qui permettra de perfectionner son pilotage sans prendre de risque.



photo Joker Boat Clubman 19


photo Joker Boat Clubman 19


photo Joker Boat Clubman 19


photo Joker Boat Clubman 19





CONCLUSION
Dix-neuvième Joker Boat essayé par Pneu Mag, le Clubman 19 confirme la bonne réputation de la marque italienne. Dans un style classique, ce modèle associe une construction robuste, une finition luxueuse et un beau tempérament marin. Le 80 ch Yamaha délivre un pilotage vivant et des performances tout à fait satisfaisantes en utilisation familiale, ski nautique compris. Un 100 ch permettra à des pilotes chevronnés d'en tirer le meilleur, mais ce choix ne s'impose pas, sauf si l'on navigue souvent avec un équipage nombreux.




3
6
4
5
2